Maire de Saint-Apollinaire de 2000 à 2005, Yves Mailly a choisi de revenir dans l’arène politique pour régler plusieurs dossiers qu'il considère comme étant «urgents».

S’il reçoit la confiance de ses concitoyens, il s’engage à faire cesser le gaspillage de l’eau potable. Il dénonce notamment le fait que les camions chargés du nettoyage des rues soient branchés aux bornes-fontaines alors que l’approvisionnement des citernes pourrait se faire au lac. «Nous en faisons livrer à l’usine de traitement, il y a quelque chose qui ne marche pas», a-t-il constaté.

D’ailleurs, il estime que la recherche d'autres sources d’eau potable n'est pas si urgente. «Si nous l’utilisons avec intelligence, nous n’en manquerons pas».

S’il se réjouit de la construction d’une nouvelle école, le site envisagé en bordure de la route 273 ne lui plaît pas. La vitesse est trop élevée et les risques d’accident sont réels «Je ne voudrais pas avoir la mort d’un enfant sur la conscience! Si je suis capable, je vais demander à ce que le site soit changé.» Il la voit plutôt dans le secteur de la rue Terry-Fox.

Feux de circulation

À petite échelle, Saint-Apollinaire vit des problèmes de congestion aux heures de pointe. La cause, selon Yves Mailly, ce sont les feux de circulation de la route 273.

«Il faut modifier le temps des feux dans chaque direction. C’est rendu qu’il y a des voitures qui font la file jusqu’à l’autoroute 20 en fin de journée».

Yves Mailly indique qu’il entrera rapidement en contact avec le ministère des Transports. Il demandera l’ajout d’un feu prioritaire à l’intersection de la route 273 et de la rue Principale. «En direction nord, la route tombe à une voie. Ceux qui arrivent du sud [Saint-Agapit] et qui souhaitent se rendre à l’épicerie, par exemple, ne sont pas capables de passer lorsqu’il y a du trafic».

Budget

Pour minimiser les dépenses, il privilégie qu’une partie des travaux soient faits en régie interne. «Dans le passé, sur certains projets, j’ai pris nos employés avec les plans et on a fait les travaux nous-même. Tout était surveillé et ils étaient réalisés selon les devis. Nous avons économisé beaucoup à l’époque. Plusieurs kilomètres de route ont été faits de cette façon et 16 ans plus tard, ils sont encore beaux.»

Aussi, il dit qu’il travaillera «très fort» pour qu’il n’y ait pas d’augmentation de taxe au cours des quatre prochaines années. Il privilégie même une baisse du taux de taxation. Selon lui, le budget d’une ville se doit d’être équilibré. S'il y a des surplus importants, c’est que les citoyens ont été «trop taxés».

Premiers répondants

Le territoire de la MRC de Lotbinière est très grand et le nombre d’ambulances qui le dessert est limité. Les délais d’intervention, rappelle-t-il, peuvent atteindre, dans certains cas, plus de deux heures.

«Nous avons tout ce qu’il faut pour que les pompiers deviennent nos premiers répondants. Il s’agirait de les former. C’est très simple, ça ne coûte pas cher et ça peut sauver des vies», a estimé M. Mailly. 

Les plus lus

100 M$ de plus pour le bien-être animal

AGRICULTURE. Le gouvernement a confirmé l’ajout de 100 M$ au Plan de soutien aux investissements en matière de bien-être animal et d’efficacité énergétique, le 3 avril. Cet argent se greffe aux 95 M$ qui avaient déjà été injectés dans ce plan en novembre.

Le conseil des maires en bref

POLITIQUE. Les maires de la MRC de Lotbinière se sont réunis le 11 avril à l’occasion de leur assemblée publique mensuelle. Voici quelques-uns des sujets qui ont retenu l’attention.