La MRC de Lotbinière a une situation enviable au niveau de l’emploi. (Crédit photo : Archives)

SOCIÉTÉ. La MRC de Lotbinière est l’une des 10 MRC au Québec qui a connu la plus forte hausse de son nombre de travailleurs en 2017. Selon sa plus récente publication, qui fait état de l’évolution du marché du travail au Québec, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) classe Lotbinière au cinquième rang sur 104 MRC, avec une croissance de 2 %.

Ainsi, 80,8 % des citoyens de la MRC de Lotbinière âgés de 25 à 64 ans étaient sur le marché du travail en 2017, ce qui correspond à 13 893 personnes.

Pour construire son portrait de la province, l’ISQ s’est basé sur trois critères spécifiques provenant des données de Revenu Québec. Il y a le nombre de travailleurs, le taux d’emploi et le revenu médian.

«On voit que pour Lotbinière, ce qui est particulier, c’est qu’elle se classe très bien dans les trois indicateurs. Les MRC qui s’en tirent le mieux sont souvent celles à forte croissance démographique. Quand on regarde l’évolution de la MRC de Lotbinière, elle est au-dessus de la croissance générale au Québec», a expliqué l’une des auteures du bulletin Évolution du marché du travail dans les MRC du Québec, Marie-Hélène Provençal. Elle note aussi que la plupart des autres MRC du top 10 se retrouvent dans l’ouest de la province.

En 2017, la MRC de Lotbinière comptait 32 612 habitants et sa population est en progression constante depuis près de 10 ans. En 2011, elle regroupait 29 922 résidants.

D’autre part, Mme Provençal a ajouté que ce n’est pas par hasard que la MRC de Lotbinière se situe en tête de classement. «Depuis 2012, c’est une tendance qui se maintient.» Toutefois, elle ne se risque pas à faire de projection pour l’avenir.

Salaires

Quant aux revenus des citoyens de la MRC, ils sont aussi en nette progression. Le revenu médian est passé de 37 365 $ en 2016 à 39 045 $ en 2017, une hausse de 4,5 %. Cette donnée représente la valeur centrale, exprimée en dollars, qui sépare en deux parties égales les revenus d’emploi des travailleurs de la région.

La vigueur du marché de l’emploi et la proximité des villes de Québec et de Lévis ne seraient pas étrangères à cette croissance. «L’augmentation est beaucoup plus importante qu’à l’échelle du Québec. Il s’agit de l’une des hausses les plus fortes et c’est possiblement à cause de la qualité des emplois. Aussi, il y a un plus grand nombre d’emplois mieux rémunérés qui sont occupés», a expliqué Mme Provençal.

 

Les 10 MRC ayant la plus forte croissance du nombre de travailleurs 2016/2017

1.       Mirabel 4,8 %

2.       Montcalm 2,7 %

3.       Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine 2,4 %

4.       La Rivière‑du‑Nord 2,3 %

5.       Lotbinière 2,0 %

6.       La Jacques‑Cartier 1,9 %

7.       Montréal 1,9 %

8.       Les Moulins 1,6 %

9.       Vaudreuil‑Soulanges 1,6 %

10.   Roussillon 1,5 %

Source : Bulletin flash Évolution du marché du travail dans les MRC, ISQ

 

 

Les plus lus

​La Recyclerie ouvre ses portes à Saint-Agapit

ENVIRONNEMENT. L’entreprise Recyc.Lav a ouvert officiellement sa première recyclerie à Saint-Agapit, le 25 mai dernier.

Bio même avant que ce soit tendance

AGRICULTURE. Avant même que les produits biologiques occupent une place importante sur les tablettes des supermarchés, certains producteurs de lait, dont plusieurs dans la MRC de Lotbinière, ont décidé de faire le virage biologique. C’est le cas de Richard Poulin, propriétaire de la ferme Anrilyn de Saint-Édouard, qui a fait le saut dans les années 1990.

Placide Martineau acquiert le Rona de Saint-Apollinaire

ÉCONOMIE. L’entreprise Placide Martienau a confirmé, au cours des derniers jours, l’acquisition du magasin Rona de Saint-Apollinaire. Par le fait même, les six frères propriétaires ont annoncé qu’ils joignaient le réseau de quincaillers Rona.

Entente renouvelée entre le fédéral et les SADC

ÉCONOMIE. Le gouvernement fédéral et le Réseau des SADC et CAE du Québec ont renouvelé leur partenariat. Ainsi, Ottawa a confirmé lors d’une conférence de presse tenue le 7 juin, à Lévis, qu’il accordait une contribution de 169 M$ sur cinq ans, une bonification de 25 M$ par rapport à la précédente entente.