CRÉDIT : GUY LAROCHE

Des gens de la communauté de Saint-Flavien ont rendu hommage à la jeune Anaïs Renaud en déposant des gerbes de fleurs et plusieurs peluches à l’intersection de la rue Bédard et de la rue Principale (route 271), endroit où la fillette a été happée mortellement le jeudi 1er mars dernier à Saint-Flavien.

Par Francis Martel - Collaboration spéciale

Une photo de la jeune fille issue d’une famille de six enfants était également visible. La communauté est sous le choc depuis que la jeune fille de 11 ans s’est fait frapper par une voiture en se rendant à l’école vers 7h30. 

L’enfant avait été transporté vers un centre hospitalier de Québec pour soigner ses blessures. Son décès a été constaté quelques heures plus tard. 

Plusieurs hypothèses ont été étudiées par les enquêteurs sur place, mais la thèse du geste criminel peut être écartée.

Rappelons que la conductrice du véhicule, une dame de 31 ans de Lyster, a été arrêtée pour négligence criminelle causant des lésions et libérée par sommation. 

Le dossier sera éventuellement soumis au procureur qui décidera si des accusations seront portées. 

 

Les plus lus

Des toits s’effondrent à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Plusieurs toitures de Saint-Gilles ont cédé sous le poids de la neige. Les pompiers ont été appelés à intervenir à différents endroits de la municipalité, le 25 février, en lien avec ces incidents.

Saisie importante de méthamphétamines sur le territoire

FAITS DIVERS. Les policiers de la MRC de Lotbinière ont arrêté deux individus, le 1er mars dernier. Un homme dans la cinquantaine de Laurier-Station et une femme dans la vingtaine de Sainte-Croix auraient tous deux été accusés de trafic de méthamphétamines et répondus à des infractions en lien avec la Loi sur le tabac.

Cruauté animale entre Saint-Flavien et Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Une citoyenne de Saint-Agapit aurait découvert deux chats morts gelés dans des sacs sur le rang des Pointes qui relie Saint-Flavien et Saint-Agapit.

Des élèves passent la nuit à l’école

FAITS DIVERS. Les mauvaises conditions climatiques et les conditions routières difficiles qui en ont découlé le 25 février ont forcé certaines écoles de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) à garder des enfants à coucher pour la nuit. Finalement, ils ont été 158 à camper dans six établissements différents.