(Crédit photo : Guy Laroche)

FAITS DIVERS. Les pompiers de Saint-Apollinaire ont été appelés à intervenir dans la nuit du 5 au 6 janvier pour un incendie qui s’est déclaré dans une écurie du rang Gaspé, à Saint-Apollinaire.

C’est un passant qui a avisé les services d’urgence, vers 3h du matin, après avoir remarqué des flammes sortant d’un tracteur situé à proximité du bâtiment du 168, rang Gaspé.

L’édifice est une perte totale. Heureusement, a expliqué le directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Apollinaire, Martin Miller, le propriétaire a réussi à évacuer ses chevaux avant l’arrivée de pompiers.

«La cause de l’incendie est probablement électrique. Le tracteur devait être branché pour le garder en fonction. Il y a vraisemblablement eu une défaillance du système électrique, ce qui a fait que le feu s’est déclenché.»

Les sapeurs de Saint-Agapit et de Saint-Antoine-de-Tilly ont été appelés en renfort. Le brasier a été maîtrisé un peu moins d’une heure après le début de l’intervention. Les pompiers ont quitté les lieux vers 6h30, le dimanche matin, après avoir mis les restes de l’édifice à terre.

 

Les plus lus

Des toits s’effondrent à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Plusieurs toitures de Saint-Gilles ont cédé sous le poids de la neige. Les pompiers ont été appelés à intervenir à différents endroits de la municipalité, le 25 février, en lien avec ces incidents.

Saisie importante de méthamphétamines sur le territoire

FAITS DIVERS. Les policiers de la MRC de Lotbinière ont arrêté deux individus, le 1er mars dernier. Un homme dans la cinquantaine de Laurier-Station et une femme dans la vingtaine de Sainte-Croix auraient tous deux été accusés de trafic de méthamphétamines et répondus à des infractions en lien avec la Loi sur le tabac.

Cruauté animale entre Saint-Flavien et Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Une citoyenne de Saint-Agapit aurait découvert deux chats morts gelés dans des sacs sur le rang des Pointes qui relie Saint-Flavien et Saint-Agapit.

Des élèves passent la nuit à l’école

FAITS DIVERS. Les mauvaises conditions climatiques et les conditions routières difficiles qui en ont découlé le 25 février ont forcé certaines écoles de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) à garder des enfants à coucher pour la nuit. Finalement, ils ont été 158 à camper dans six établissements différents.