Martin Dubois de Patri-Arch a présenté le pré-inventaire des bâtiments agricole de Lotbinière. Bien qu’il ait été fait à l’été 2017, certains bâtiments cités n’existent plus aujourd’hui. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

HISTOIRE. Le paysage agricole de la MRC de Lotbinière est ponctué de bâtiments de ferme ultra-modernes et d’installations à la fine pointe de la technologie. D’autres constructions sont les témoins silencieux d’une autre époque. Pour mettre leur importance en lumière, la MRC a commandé un pré-inventaire de ces édifices. Le répertoire qui compte 318 bâtiments a été présenté le 9 mai dernier.

«Dans un diagnostic que nous avions fait du territoire, nous retrouvions plusieurs bâtiments agricoles qui avaient une valeur patrimoniale, ou non, qui étaient laissés à l’abandon. C’était une préoccupation pour nous. L’intérêt c’est de pouvoir les remettre en valeur», a expliqué le responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme à la MRC de Lotbinière, Pablo Montenegro Rousseau.

Le travail, réalisé à l’été 2017, démontre que sur les 318 édifices répertoriés, 73 sont considérés comme ayant une valeur patrimoniale exceptionnelle ou supérieure. Pour la plupart, ils ont été construits au 20e siècle, quelques-uns vers la fin du 19e siècle.

Il n’y a pas que de vieilles granges qui ont été inventoriées. Il y a aussi d’anciennes écuries, porcheries, des bâtisses utilisées pour la conservation d’aliments ou de matériel. Certaines ont des structures surprenantes, des couleurs éclatantes ou délavées avec des détails uniques.

«C’est un patrimoine assez riche. Nous avons constaté qu’il y avait des composantes architecturales qui persistaient, parfois assez typiques de la région. Quand on s’y attarde et qu’on observe comme il faut, c’est très intéressant. Ça nous rappelle comment nos ancêtres faisaient l’agriculture», a expliqué le président de la firme Patri-Arch, Martin Dubois.

Fragile

Bien que Lotbinière compte plusieurs milliers de ces bâtiments, il s’agit d’un héritage «fragile» et «vulnérable», a rappelé Martin Dubois. Les besoins de l’agriculture moderne les rendent parfois inutiles.

«C’est dangereux d’en perdre beaucoup. C’est un patrimoine qui sera toujours plus menacé que les maisons qui sont nécessaires pour l’habitation. Quand il n’y a plus d’animaux, c’est sûr que ces bâtiments n’ont plus vraiment de raisons d’exister.»

Le répertoire, accessible sur le site de la MRC de Lotbinière, facilitera les efforts de conservation. «Si on veut les préserver, il faut savoir de quoi on parle et quels sont les éléments les plus intéressants», a rappelé M. Dubois. Du coup, il souligne le travail de plusieurs propriétaires qui entretiennent leurs bâtiments.

Selon lui, pour prolonger leur durée de vie, il faut non seulement les entretenir, mais aussi leur attribuer une fonction.

 

 

Les plus lus

Un nouvel indicatif dans la région

COMMUNICATION. À partir du 24 novembre, un nouvel indicatif régional commencera à faire son apparition dans tout le secteur de l’Est-du-Québec. Le 367 s’ajoutera donc au 418 et au 581.

L’itinérance existe dans Lotbinière

COMMUNAUTÉ. Même si elle n’est pas visible, l’itinérance est une réalité bien vivante dans la MRC de Lotbinière. C’est ce qu’il a été possible d’apprendre, le 8 novembre, à l’occasion d’une activité organisée par le Groupe de réflexion et d’action sur la pauvreté (GRAP) dans le cadre de la Journée pour l’élimination de la pauvreté.

Grève de trois jours à la SAQ

CONSOMMATION. Le Syndicat des employés de magasin et de bureau de la Société des alcools du Québec (SEMB-SAQ) devrait déclencher une grève de trois jours à partir de vendredi.

Guylaine Dumont parle d’esprit sportif avec des jeunes de Saint-Agapit

SOCIÉTÉ. L’ancienne olympienne Guylaine Dumont était de passage ce matin à l’École l’Épervière de Saint-Agapit. Elle y a rencontré les élèves dans le cadre du projet des ambassadrices et ambassadeurs de l’esprit sportif.

Extincteurs : un commerçant itinérant reconnaît sa culpabilité

FAITS DIVERS. Un citoyen de Lévis, Yan Cadorette, a plaidé coupable, les 31 août et 5 septembre, à des accusations portées contre lui, en vertu de la Loi sur la protection du consommateur. Les événements en cause remontent à 2015, alors qu’il a fait du commerce itinérant sans permis à Saint-Apollinaire, Saint-Jean-de-Brébeuf et Québec.

Des arbres pour améliorer la sécurité routière

TRANSPORT. Le Centre d’enseignement et de recherche en foresterie du Cégep de Sainte-Foy (CERFO) a lancé un projet visant à rendre les routes de la Chaudière-Appalaches plus sécuritaires. En 2018-2019, le CERFO concentrera ses efforts à sécuriser quelques tronçons de route des MRC de Bellechasse et de Lotbinière.

Un bon bulletin pour nos écoles

ÉDUCATION. Pour une deuxième année consécutive, l’École secondaire Pamphile-Le May pointe dans le top 5 des écoles publiques de Chaudière-Appalaches. Avec une cote de 6,4 sur 10, l’établissement d’enseignement de Sainte-Croix a pris le cinquième rang, selon le plus récent classement des écoles secondaires de l’Institut Fraser.

Réponses demandées

ENVIRONNEMENT. Les opposants à l’exploitation des gaz de schiste dans la MRC de Lotbinière sont inquiets. Repsol et Intragaz ont publié récemment des avis selon lesquels les permis de recherche d’hydrocarbures sont maintenant des licences d’exploration en vertu de la nouvelle Loi sur les hydrocarbures. Les groupes citoyens interpellent la députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours et lui de...

Bon premier week-end pour Nez rouge

COMMUNAUTÉ. Les bénévoles d’Opération Nez rouge Lotbinière ont donné le coup d’envoi de la 27e édition dans Lotbinière, les 30 novembre et 1er décembre. Pour ces deux premières soirées, ils ont réalisé 42 raccompagnements, pratiquement le même nombre que l’année dernière.

Quatre axes de réflexion sur les changements climatiques

ENVIRONNEMENT. Le comité Lotbinière en transition a tracé récemment un bilan positif de l’événement Demain Lotbinière, qui a eu lieu les 25, 26 et 27 octobre derniers. Près de 300 personnes se sont rassemblées au centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire pour assister aux différentes conférences et amorcer une réflexion sur les gestes à poser pour ralentir le réchauffement climatique.