Motivation et espoir pour toutes les femmes


Publié le 2 mars 2017

Marie-Sol St-Onge, conférencière

©Jonathan Cossette

PORTRAIT. Il y a cinq ans, le 8 mars 2012, Marie-Sol St-Onge entrait à l’hôpital. Quelques semaines plus tard, elle en ressortait, amputée de ses deux bras et de ses deux jambes. Elle a rebondi et c’est le témoignage qu’elle livrera, mardi prochain, dans Lotbinière.

La confiance en moi et la passion, c’est ce qui me permet d’avancer Marie-Sol St-Onge

La femme de Trois-Rivières a perdu ses quatre membres en raison d’une violente infection de la bactérie mangeuse de chair. Elle l’avoue d’emblée, le choc a été difficile. «J’étais là où je voulais être dans la vie. Je carburais au dépassement», rappelle-t-elle.

Toutefois, elle ne s’est pas abattue. Pour elle, il était hors de question de sombrer dans des questions sans réponse. «J’essaie de ne pas me laisser envahir par des questions comme: "Pourquoi moi?" ou "Pourquoi la bactérie ne s’est pas arrêtée à un membre?" Je suis contente d’avoir rapidement tourné la page», confie-t-elle.

Mme St-Onge soutient au contraire qu’elle s’est accrochée à ce qu’il y a de positif dans la vie. Elle continue de peindre et d’illustrer des livres en plus d’en publier quelques-uns avec son conjoint, avec qui elle est en couple depuis 25 ans. «Je suis franchement étonnée par ce que je réussis à faire. Je suis fière.»

Marie-Sol St-Onge et Nicole Lebel ont récemment présenté leur première collaboration, «Le défi d'Oscar et Henri au cœur de la forêt».
(Photo TC Media - Joanie Mailhot)

Conférence

Le Centre-Femmes de Lotbinière a invité Mme St-Onge pour un souper-conférence dans le cadre de la Journée internationale des femmes dans Lotbinière. Cette soirée aura lieu le 7 mars à la salle des Lions de Laurier-Saint-Flavien.

Son expérience est particulière, mais la conférencière croit que son message pourra rejoindre toutes les femmes. Elle aborde, avec humour, des thèmes comme l’amour, la tolérance, le goût de la vie et la différence. De plus, elle aborde le sujet de l’entrepreneuriat chez les femmes, étant elle-même une femme d’affaires prospère.

Regard de l’autre

Au fil des ans, Marie-Sol St-Onge a appris à vivre avec le regard des autres sur sa condition physique. Elle n’a plus de bras ni de jambe et certains ont un malaise avec cette vision.

Toutefois, même si cela arrive encore quelques fois, l’auteur précise qu’il s’agit d’une minorité de personnes. Elle réussit à désamorcer la plupart des curieux avec un peu d’humour.

De plus, elle concède qu’elle a appris à ne pas s’en faire avec ceux pour qui le malaise persiste. «Si les gens ne comprennent pas, ça devient leur problème. Rendu là, c’est eux qui ont un cheminement à faire», laisse-t-elle tomber.