Pas d’inquiétude pour les scieries québécoises

Groupement Agro-Forestier Lotbinière-Mégantic


Publié le 17 mai 2017

L’industrie forestière ne devrait pas connaître de baisse au Québec cette année.

© Photo DepositPhotos.com – akiyoko74

ÉCONOMIE. La décision du Département du commerce américain (DOC) d’imposer une surtaxe de 12,82 % pour Produits forestiers résolus, depuis le 28 avril 2017, et de 19,88 % pour les autres entreprises québécoises, rétroactive au premier janvier 2017, n’a aucun impact sur l’industrie forestière de la MRC de Lotbinière.

C’est l’opinion émise le mercredi 17 mai par Gaston Martineau, directeur général du Groupement Agro-Forestier Lotbinière-Mégantic inc. qui regroupe environ 11 000 producteurs. «Il n’y a aucun impact pour le moment et rien n’est envisagé d’ici la fin de l’année.»  Le Québec et l’Ontario se partagent équitablement 30% des exportations vers les États-Unis, alors que l’Alberta et la Colombie-Britannique exportent le reste vers le même marché.

Ce litige du bois d’oeuvre, déjà vécu par les producteurs, sera remporté à coup sûr par le Canada, mais il faudra être patient. «Tout cet argent sera placé en fiducie et une fois que tous les recours seront épuisés par les Américains, elle sera retournée aux producteurs canadiens.» Conscient qu’il s’agit d’argent en banque, M. Martineau déplore cette imposition de taxes américaine.

Un marché stable

Tous les producteurs forestiers s’entendent pour dire que la principale donnée à surveiller est le nombre d’habitations nouvelles par an aux États-Unis. «Avec un nombre oscillant entre 1 et 1,2 million chaque année, les exportations vers les Américains assurent la survie de notre industrie.»

Gaston Martineau a rappelé les années 2006-2007, qui avaient été catastrophiques pour l’industrie forestière. «Le nombre de nouvelles constructions aux États-Unis atteignait 400 000 environ, ce qui était insuffisant.» Plusieurs scieries ont dû fermer étant devenues non rentables. De plus, la valeur du dollar canadien oscillait autour de 0,90$ par rapport à la valeur américaine désavantageant les exportations canadiennes.