Les libéraux se disent au secours de la gestion de l’offre

Vincent Breton vincent.breton@tc.tc
Publié le 14 août 2015

Le candidat libéral dans Lévis-Lotbinière, Claude Boucher, a lancé sa campagne le 14 août à Lévis.

©TC Media - Vincent Breton

POLITIQUE. Le candidat libéral dans Lévis-Lotbinière, Claude Boucher, estime que les conservateurs ont mis la gestion de l’offre en danger lors des négociations du Partenariat transpacifique.

Celui qui aspire à être député fédéral dans la région a annoncé d’emblée, lors du lancement de sa campagne, que son parti accordait un soutien «inconditionnel» au système de gestion de l’offre.

Selon lui, le gouvernement sortant a failli à la tâche lors des échanges avec les pays européens. «Le gouvernement va devoir se justifier. Ç’a vraiment été une mauvaise négociation», argue-t-il, rappelant le fait que plus de 17 500 tonnes de fromages fins provenant d’Europe pourraient bientôt arriver sur les tablettes canadiennes.

M. Boucher assure d’ailleurs que si le Parti libéral devait prendre une position dans le dossier de la gestion de l’offre qui ne correspond pas nécessairement à ce que ses électeurs veulent, il logerait du côté des producteurs.

«Je vais défendre les gens de la région. Je suis du côté des producteurs agricoles», clame-t-il.

Négociations pour le pont

L’ancien ambassadeur en Haïti a avancé une piste de solution afin de régler de façon définitive la question du pont de Québec.

Il annonce que si les libéraux sont portés au pouvoir, il convoquerait, dans les 90 jours suivant l’élection, tous les acteurs concernés, sans exception. Ceux-ci auraient six mois pour trouver une solution, à la hauteur de leurs compétences respectives.

Si jamais cette table de négociation n’accouchait de rien, «le gouvernement fédéral prendrait la responsabilité et règlerait le problème pour les 20 prochaines années», de déclarer Claude Boucher.

Il n’a cependant pas précisé quelles solutions pourraient être adoptées, préférant laisser les négociateurs éventuels faire leur travail.