Plusieurs opposants au projet de forage d’un puits de gaz naturel se sont présentés à Joly, le 6 juillet dernier. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ENVIRONNEMENT. Une rencontre d’information tenue par Ressources Utica, le 6 juillet, a relancé le débat sur l’exploitation du gaz de schiste. L’entreprise, qui compte implanter un réservoir de gaz naturel conventionnel sur une terre agricole de Joly, a dû répondre aux critiques qui lui ont été adressées par les représentants de plusieurs groupes opposés à de tels projets.

Une quarantaine de citoyens provenant d’un peu partout dans la région se sont présentés en matinée pour manifester leur désaccord. Ces derniers craignent que cela relance, à moyen terme, l’exploitation du gaz de schiste.

«Vous n’allez pas fabriquer de l’acceptabilité sociale, parce qu’il n’y en aura pas. […] Au nom de la qualité de l’eau qu’on boit, de l’air qu’on respire, de la terre dont on se nourrit et de l’atmosphère qu’avec vous on partage, nous nous comportons en souverains. S’il y a une souveraineté qui doit cheminer dans l’esprit populaire, c’est celle-là. C’est la survie du monde qui est en jeu. Ne perdez pas votre temps à essayer de nous ramener le gaz et le pétrole. On veut s’en sortir, pas s’y enfoncer davantage», a lancé le metteur en scène et initiateur du Pacte pour la transition, Dominic Champagne.

Au cours des dernières semaines, Ressources Utica, a tenu différentes activités d’information et rencontré plusieurs citoyens. Selon son porte-parole, Yvan Loubier, le conseil municipal appuie le projet et il y a un intérêt dans la population. «Jusqu’à présent, les gens de Joly que nous avons rencontrés étaient d’accord et enthousiastes. L’acceptabilité sociale, ce n’est pas Dominic Champagne qui la détermine, ce n’est pas un groupe d’opposants qui la dicte.»

Éléphant dans la pièce

Pour la porte-parole de Lotbinière en transition, Irène Dupuis, toute cette opération de relation publique n’est que de la poudre aux yeux et vise uniquement à donner une poignée aux entreprises qui tentent de convaincre le gouvernement de lever les interdictions de fracturation.

«Il est évident que tout ce branle-bas de combat de la part des gazières ne vise pas seulement la mise en place d’un réservoir à Joly. Questerre et Utica travaillent très activement pour obtenir l’autorisation pour un projet pilote dans notre région et pour faire changer la règlementation du Québec afin de rendre possible l’exploitation du gaz de schiste.»

Elle rappelle que Ressources Utica vient d’acquérir quatre petites compagnies gazières au Québec qui possèdent des licences. S’ajoute le fait que plusieurs lobbyistes ont été mandatés pour faire des représentations auprès du gouvernement, de plusieurs ministères, des MRC de Lotbinière et de Bécancour ainsi que de certaines municipalités.

«C’est quelque chose qui ne passe pas, qui n’est pas accepté dans le secteur. Les gens sont informés, comprennent le dossier et n’en veulent pas. Mon message, c’est que nos gouvernements doivent se mobiliser et être proactifs. Ils doivent être des acteurs clés pour diminuer notre consommation d’hydrocarbures. Il faut qu'ils aident la population à modifier ses comportements et amener des solutions.»

 Le projet

Si elle obtient tous ses permis, l’entreprise commencera, cet automne, le forage d’un puits de 2 500 mètres sur une terre agricole. Situé près d’un ancien puits de la Société québécoise d’initiative pétrolière (SOQUIP), le forage vertical permettra d’extraire du gaz naturel conventionnel.

Ce n’est pas du gaz de schiste, précise Yvan Loubier. «On souhaite informer les gens. On veut être transparent et défaire les arguments présentés par les opposants comme quoi il y aura de la fracturation. Il n’y en aura pas.» La nouvelle réglementation, «l’une des plus sévères au monde», interdit la fracturation hydraulique dans la vallée du Saint-Laurent, rappelle-t-il.

Une fois le puits creusé, une partie du gaz sera extraite et ce qui restera permettra à la compagnie de créer un réservoir naturel qui sera transféré à Intragaz. «C’est comme à Saint-Flavien. C’est un puits de stockage de gaz naturel», a-t-il précisé. S’ajoutent aussi des projets de géothermie, de production de biogaz et de captation du CO2.

 

 

Les plus lus

Patrice Coquereau veut déstigmatiser l’anxiété

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier, il était de passage à Leclercville le 25 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Sainte-Agathe uniformise ses adresses

SOCIÉTÉ. Trouver une adresse à Sainte-Agathe, pour qui n’y réside pas, peut causer bien des maux de tête. Les noms attribués aux routes 271 et 218 sont différents selon le secteur de la municipalité et, bien souvent, les numéros d'immeubles ne suivent pas d’ordre précis. Dans moins d’un mois, ce sera chose du passé. La municipalité a finalement complété l’harmonisation des adresses et le tout sera...

Dosquet réagit aux événements de la semaine

SOCIÉTÉ. Dosquet a réagi, le 8 août, aux événements survenus plus tôt sur son territoire. Une intervention policière d’envergure avait été déclenchée après qu’un homme en crise se soit barricadé chez lui

Manger Lotbinière un aliment à la fois

ÉCONOMIE. La cinquième édition des mois Goûtez Lotbinière aura lieu de septembre à décembre. Pendant toute cette période, plusieurs activités seront tenues afin de sensibiliser la population à l'achat d’aliments produits dans la MRC de Lotbinière.

Les marchés publics à l’honneur

AGRICULTURE. La 11e semaine québécoise des marchés publics se déroulera du 8 au 18 août. Quatre marchés de la Chaudière-Appalaches, dont deux de Lotbinière, participeront à l’activité.

Partir à la découverte de la forêt seigneuriale

SOCIÉTÉ. Encore méconnue du grand public, la forêt seigneuriale Joly de Lotbinière est pourtant la plus importante forêt publique des basses terres du Saint-Laurent. L'organisme Les Amis de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière propose de partir à sa découverte les 17 août et 14 septembre.

L’École Pamphile-Le May célèbrera ses 50 ans

ÉDUCATION. La prochaine rentrée scolaire marquera le début des célébrations du 50e anniversaire de l’École secondaire Pamphile-Le May de Sainte-Croix. Pour souligner l’événement, l’institution d’enseignement tiendra une journée spéciale le 5 octobre.

Des conducteurs plus prudents

SOCIÉTÉ. De cancres en matière de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, les citoyens de la Chaudière-Appalaches sont maintenant parmi les plus responsables de la province. Dans la dernière année, seuls 6 % d’entre eux indiquent avoir pris le volant après avoir consommé au-delà de la limite permise. C’est ce qui ressort d’un vaste sondage CROP mené auprès de 6 732 répondants (± 350 e...

Des relais pour en apprendre plus sur l’histoire de la MRC

SOCIÉTÉ. Les relais touristiques installés dans chacune des 18 municipalités de la MRC de Lotbinière ont subi une cure de rajeunissement. Tourisme Lotbinière a officiellement présenté le résultat de ces travaux le 7 août.

Virage réussi

AGRICULTURE. L’Expo de Lotbinière vient à peine de se clôturer que le directeur général de la Société d’agriculture de Lotbinière, Alain Falardeau, était tout sourire. Le virage à 180 degrés donné à l’événement a été payant. Les visiteurs ont été au rendez-vous de cette 49e édition qui a eu lieu du 7 au 11 août.