CRÉDIT : BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

HISTOIRE. Le 6 juin 1944, 150 000 soldats alliés débarquaient sur les plages de Normandie afin de libérer l’Europe du joug nazi, dont près de 900 membres du Régiment de la Chaudière. 75 ans plus tard, le régiment basé à Lévis commémore sa participation à cet événement historique. Deux de ses membres ont bien voulu partager la petite histoire des exploits de la seule unité canadienne-française ayant participé à la plus grande opération militaire amphibie de l’histoire.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Regroupant des francophones provenant du Québec et du Nouveau-Brunswick, le Régiment de la Chaudière a été transféré, en 1941, à la 8e brigade de la 3e division canadienne, un groupe réunissant environ 20 000 soldats basés en Angleterre pour défendre ce pays d’une invasion nazie.

C’est en 1943 que la série d’événements ayant mené l’unité à prendre part au débarquement de Normandie s’est amorcée. Lors de la conférence de Québec, les chefs d’état-major alliés déterminent que la 3e division canadienne fera partie du contingent allié qui réalisera l’opération. Dès lors, les membres du Régiment de la Chaudière se préparent activement pour cette mission.

«À l’échelle du Régiment de la Chaudière, dès 1943, toute la 3e division ne s’est entraînée que pour cette mission. Ce n’est pas évident de monter dans des barges, débarquer, se réorganiser sous le feu de l’ennemi. L’aspect physique était également très important. Entre autres, ils ont participé en Écosse à un entraînement commando», a expliqué Marcel Belleau, ancien colonel de l’unité et spécialiste de son histoire.

Une première marquante

Un an plus tard, après quelques reports provoqués par les mauvaises conditions climatiques, l’armée alliée composée d’unités françaises, canadiennes, britanniques et américaines débarque en Normandie. Si a posteriori ce sentiment peut paraître étrange pour les citoyens du 21e siècle, les soldats du Régiment de la Chaudière, tous des volontaires, avaient hâte de passer à l’action.

«Cela faisait pratiquement trois ans qu’ils s’entraînaient, dont la dernière année d’une manière intensive. Un ancien combattant m’a dit qu’ils étaient écœurés et qu’ils n’avaient hâte que d’y aller. Un autre ancien combattant m’a même déjà confié que l’entraînement était aussi difficile que la guerre, sinon plus dans certains cas. Il y a eu des pertes de vie lors de l’entraînement», a rappelé Éric Marmen, le directeur du musée du Régiment de la Chaudière.

Le 6 juin, l’unité débarque donc à Bernières-sur-Mer (Juno Beach), après le régiment torontois The Queen’s Own Rifles of Canada, afin de conquérir une batterie de canons et s’enfoncer dans les terres. L’opération n’est toutefois pas une sinécure puisque le Régiment de la Chaudière doit repousser une contre-attaque allemande dans la nuit du 6 au 7 juin. La 21e division blindée allemande voulait alors profiter d’une brèche entre les armées britannique et canadienne. Lors du débarquement, l’unité enregistre 105 pertes, soit 18 morts, 48 blessés et 38 prisonniers.

«C’est un événement marquant pour le Régiment de la Chaudière puisque c’était la première fois qu’il allait à la guerre, la première fois que des soldats voyaient des compagnons mourir sous leurs yeux. Le baptême du feu n’est pas évident au niveau psychologique», a souligné M. Belleau.

Malgré ces durs moments, le débarquement de Normandie a cependant permis aux soldats du Régiment de la Chaudière de vivre une expérience hors de l’ordinaire.

«Les soldats du régiment portaient, comme tous les soldats canadiens, des uniformes du modèle britannique. Les Français les ont pris pour des Anglais, mais ils ont eu une surprise lorsqu’ils ont entendu parler les soldats du Régiment de la Chaudière. Notre parler à cette époque ressemblait beaucoup au parler normand. Ils étaient donc surpris de pouvoir parler à des gens qui leur ressemblaient», a ajouté M. Belleau.

Un événement à ne pas oublier

En raison de l’importance de cette opération pour l’unité qui s’est aussi distinguée à d’autres moments de la campagne européenne, le Régiment de la Chaudière participe donc activement aux commémorations du 75e anniversaire du débarquement de Normandie.

Une délégation de l’unité est présentement dans ce coin de la France afin de participer aux célébrations commémoratives sur le parcours qu’avaient emprunté les libérateurs de différentes villes de France, dont Caen. Parallèlement, d’autres membres du régiment étaient également présents pour les commémorations qui ont eu lieu au Cénotaphe de Beauceville aujourd'hui.

 

Les plus lus

Dons de terrains à Val-Alain

SOCIÉTÉ. Le marché résidentiel hypercompétitif actuel ne favorise pas les premiers acheteurs et ceux qui ne peuvent pas faire de surenchère sur une maison. C’est avec cette idée en tête que la Corporation de développement économique (CDE) de Val-Alain a récemment lancé son programme de don de terrains.

Sortie de route à Saint-Gilles

Deux individus qui prenaient place dans un véhicule ont fait une sortie de route entre Saint-Gilles et Saint-Agathe, le vendredi 13 mai en fin de journée.

Violent incendie de ferme à Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Une cinquantaine de bêtes a péri dans un incendie de ferme survenu en fin de soirée le 11 mai, à Saint-Agapit.

Normand Côté officiellement candidat du Parti libéral du Québec dans Lotbinière-Frontenac

POLITIQUE. Le maire de Saint-Flavien et préfet de la MRC de Lotbinière, Normand Côté, a officiellement été désigné candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) pour la circonscription de Lotbinière-Frontenac. Son assemblée d’investiture s’est déroulée le 27 avril dernier, à Saint-Jacques-de-Leeds.

De généreux Apollinairois

SOCIÉTÉ. Touchés par la crise humanitaire qui se déroule en Ukraine, trois Apollinairois ont uni leurs forces pour trouver des familles d’accueil dans la municipalité afin d’héberger des réfugiés. Jusqu’à présent, ils ont recruté six familles et en recherchent d’autres puisque les premiers Ukrainiens devraient arriver sous peu.

Hockey junior AA : le Model sacré champion

HOCKEY. Le Model de Lotbinière a complété son parcours en séries éliminatoires en ayant le meilleur sur le Boutin Express de Plessisville lors des matchs cinq et six de la série finale de la Ligue de hockey junior AA Chaudière-Appalaches. Après plus d’une décennie sans remporte les honneurs de la ligue, le Model a gagné l’ultime match devant ses partisans, à Saint-Agapit, le 23 avril dernier.

Une programmation familiale pour les Rendez-vous sur le parvis

FESTIVAL. Les Rendez-vous sur le parvis ont dévoilé leur programmation le 28 avril dernier. Cette année, l’événement aura lieu sur une journée, le 2 juillet, et misera sur le caractère familial de la fête.

Saint-Narcisse: Michel Barrette porte-parole de la fin de semaine d’époque

SOCIÉTÉ. Les fêtes du 150e anniversaire de Saint-Narcisse-de-Beaurivage se poursuivront du 20 au 22 mai prochains avec la Fin de semaine d’époque. Pour l’occasion, le comité organisateur a réussi à recruter un porte-parole de taille, l’humoriste et comédien Michel Barrette.

Un revers en cour pour le RCSCCBE

SOCIÉTÉ. Le Regroupement des citoyens de Sainte-Croix contre le bruit excessif (RCSCCBE) a échoué dans sa tentative de faire suspendre temporairement le nouveau règlement encadrant l’exploitation de la piste de course. Le juge Pierre Ouellet, de la Cour supérieure du Québec, a rendu sa décision le 4 mai dernier.

Ouvrir sa maison à des Ukrainiens

SOCIÉTÉ. Une famille ukrainienne pourrait bientôt trouver refuge à Leclercville. Citoyen engagé, Normand Beaudet partage son temps entre Blainville et Leclercville. Propriétaire d’une résidence dans chacune des municipalités, il trouvait approprié d’offrir un toit à une famille qui a fui l'Ukraine. C’est Leclercville qu'elle a choisi comme terre d’accueil et elle devrait arriver prochainement.