Tout se passe dans l’harmonie dans la famille Bergeron-Godin. Crédit photo : Émilie Pelletier - Collaboration spéciale

PORTRAIT. Ils étaient sept et ils seront bientôt neuf. Olivier, Malik, Dylan, William, Léa-Kim et leurs parents attendent impatiemment l’arrivée des deux nouveaux membres de leur grande famille, les jumeaux nés sur la route 116 dans la nuit du 19 au 20 août.

C’est lorsqu’elle s’est mise à avoir des contractions de plus en plus rapprochées dans la journée que la maman, Michelle Bergeron, a su que les bébés ne tarderaient pas. N’en étant pas à sa première grossesse, avec trois en autant d’années, elle a su reconnaître les signes.

Après avoir perdu ses eaux en soirée, il n’a fallu que quelques minutes pour que la femme de 32 ans et son conjoint, Danny Godin, se retrouvent dans la voiture, à pleine vitesse en direction de l’hôpital. «En partant, je l’ai dit à Danny que j’étais certaine que nous n’aurons pas le temps de nous rendre, se souvient-elle, alors à 34 semaines et trois jours de grossesse. Même la gardienne a eu peur de devoir m’accoucher à la maison!» 

Déjà? 

Comme de fait, le périple de Dosquet vers Québec n’aura pas été bien long sur la 116 avant que le trajet ne soit interrompu par le premier des petits jumeaux. Le temps que le papa ne compose le 9-1-1, il était déjà arrivé.

«Danny avait déjà une fille avant que l’on se rencontre, mais je savais qu’il ne se sentait pas bien lors des autres accouchements. Je lui ai confié le relais pour le deuxième bébé qui arrivait et moi je tenais le premier», raconte Mme Bergeron, fière de son docteur improvisé, surtout que les deux bébés sont nés par le siège.

À l’arrivée des ambulanciers, tout le travail était déjà accompli, avec l’aide du répartiteur au bout du fil. «Ils sont débarqués avec tout le stock, bien préparés pour un accouchement. Quand ils ont aperçu les deux bébés, ils n’en revenaient pas.»

Nouveau sport olympique : la maternité

Même si plusieurs les dévisagent lorsqu’ils sortent avec leur marmaille, Michelle Bergeron soutient que ce sont ses enfants qui la rendent heureuse et qu’elle n’aurait pas voulu faire autrement. De plus, avec l’aide de Cynthia, la gardienne présente quasiment en tout temps, et de son plus vieux âgé de 13 ans, né d’une autre union, tout roule comme sur des roulettes à la résidence de Dosquet. Il ne suffit, selon elle, que d’adapter sa propre routine à celle des enfants afin de coordonner tout le monde au quotidien.

Avec du temps, des couches et beaucoup de lait, il est possible d’en faire beaucoup, estime-t-elle. En effet, les déplacements nécessitent une organisation réglée au quart de tour, les repas doivent être prévus à l’avance et préparés. Un budget d’au moins 1 800 $ par mois d’épicerie et trois poches de lait par jour sont nécessaires pour combler tous les estomacs.

Si Danny travaille de nuit pour subvenir à tous les besoins, Michelle n’est quant à elle jamais retournée au travail en tant que préposée aux bénéficiaires, puisqu’elle apprécie d’autant plus son travail quotidien, bien certaine qu’elle le gardera toute sa vie. 

Les plus lus

Collision mortelle

FAITS DIVERS. Un homme d’une soixantaine d’années, originaire de Sainte-Croix, a perdu la vie à la suite d’une collision survenue, tôt hier matin, à Issoudun.

Un Gillois dans les hautes sphères de l’armée

PORTRAIT. Brigadier-général des Forces armées canadiennes, Marc Gagné a été promu, le 6 août dernier, au grade de major-général. Depuis sa nomination, le Gillois occupe d’importantes fonctions au sein de l’état-major à titre de chef des programmes stratégiques du personnel militaire.

Marc Fontaine veut changer les choses

POLITIQUE. Intéressé depuis près de 35 ans par la politique, le candidat du Parti populaire du Canada dans Lévis-Lotbinière, Marc Fontaine, a décidé de faire le grand saut cette année.

Le Télaitroman présenté à Leclercville

TÉLÉVISION. Un peu plus de 50 personnes se sont réunies à la ferme DesGémo de Leclercville le 19 septembre. Elles avaient été invitées au visionnement exclusif de la nouvelle campagne de promotion des Producteurs de lait du Québec, le Télaitroman.

Le comptoir postal de Saint-Gilles fermera sous peu

SOCIÉTÉ. Saint-Gilles a perdu son bureau de poste il y a un peu plus de 25 ans après le départ à la retraite de son maître de poste. Jusqu’à aujourd’hui, certains services de base étaient assurés par un comptoir postal situé à même les locaux d’Alimentation Saint-Gilles. Ce dernier sera fermé, en principe, aujourd'hui.

Ghislain Daigle propose d’«avancer» avec les libéraux

POLITIQUE. L’ingénieur et ex-maire de Saint-Antoine-de-Tilly, Ghislain Daigle, a officiellement lancé sa campagne électorale auprès du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Lévis-Lotbinière en vue des élections fédérales du 21 octobre prochain, le 24 septembre dernier.

Exposition de photos à Lotbinière

CULTURE. Dans sa plus récente exposition, la photographe Claire Gauthier met le fleuve Saint-Laurent en vedette. La voix des eaux sera présentée jusqu’au 1er novembre à la Galerie Fernand-Auger du Centre Chartier-de-Lotbinière.

Le Bloc présente ses priorités environnementales

POLITIQUE. Les candidats du Bloc québécois de Chaudière-Appalaches, François-Noël Brault (Lévis-Lotbinière), Sébastien Bouchard-Théberge (Bellechasse-Les Etchemins-Lévis) et Priscilla Corbeil (Mégantic-L’Érable) se sont réunis le 30 septembre au parc des Chutes-de-la-Chaudière pour exposer différents enjeux environnementaux de Chaudière-Appalaches.

Une voix pour l’environnement

POLITIQUE. Depuis qu’il est en âge de voter, le candidat du Parti vert du Canada dans Lévis-Lotbinière, Patrick Kerr, a toujours été sensible à la cause environnementale. En portant les couleurs de la formation politique, il souhaite donner une voix à ceux qui partagent les mêmes valeurs et préoccupations.

Pamphile Le May désigné personnage historique

CULTURE. Le gouvernement du Québec a désigné Pamphile Le May personnage historique du Québec. La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a confirmé le 18 septembre que le nom de l’homme de lettres né à Lotbinière en 1837 sera ajouté au Registre du patrimoine culturel du Québec.