Le forage d’un puits de 2 500 mètres afin d’extraire et de stocker du gaz naturel conventionnel pourrait aller de l’avant si Ressources Utica obtient tous les permis nécessaires. (Crédit photo : Archives)

ENVRIONNEMENT. Le dossier des forages à Joly continue de faire des remous au sein d’une partie population qui s’oppose au projet de l’entreprise gazière Ressources Utica. En août dernier, le comité des citoyens de Joly a même déposé une lettre à l’attention du conseil municipal pour tenter de le convaincre de revenir sur sa position favorable à l’élaboration du forage d’un puits sur une terre agricole.

Par Émilie Pelletier – Collaboration spéciale

«Il s’agit d’un projet que nous avons accepté, que nous défendrons, et il n’est pas question de revenir en arrière», s’est d’emblée exprimé le maire de la municipalité, Bernard Fortier, en entrevue avec Le Peuple Lotbinière.

C’est toutefois ce que l’implore de faire Louise Richard, porte-parole du comité citoyen qui existe depuis 2012. Si le dossier perdure depuis environ 7 ans, elle affirme se frapper récemment à une administration municipale et à une entreprise «complètement fermées aux demandes des citoyens».

Le porte-parole de Ressources Utica, Yvan Loubier, avait d’ailleurs soutenu, lors d’activités d’information tenues en juillet, qu’il ne s’agissait pas de gaz de schiste et qu’il n’y aurait pas de fracturation hydraulique, désormais interdite dans la vallée du Saint-Laurent.

«C’est un projet sans fracturation, donc un projet acceptable. Ils veulent simplement voir si notre sous-sol est le même qu’à Saint-Flavien», a renchéri le maire de Joly, qui trouve que les craintes des résidents «sont non-fondées, parce qu’il n’y a pas eu de telle opposition à Saint-Flavien et ça fait 40 ans que ça marche».

«Coquille vide»

Mme Richard concède que ce qui a été présenté par Ressources Utica pour le forage d’un puits de 2 500 mètres, afin d’extraire et de stocker du gaz naturel conventionnel et qui pourrait aller de l’avant si elle obtient tous les permis nécessaires, est «en apparence inoffensif». Or, ce qui l’inquiète, elle et les membres qu’elle défend, c’est le contexte. «À notre avis, accepter ce projet revient à se mettre le bras dans l’engrenage», peut-on lire dans la lettre datée du 14 août déposée au conseil municipal.

Elle juge, en effet, douteux que la compagnie ait récemment embauché sept lobbyistes pour «influencer les décideurs […] pour favoriser le développement de la filiale des hydrocarbures au Québec.» Selon elle, d’autres projets de forages défendus par le mandat des lobbyistes visent les municipalités de Joly, Saint-Flavien, Val-Alain, Dosquet, Lyster et Notre-Dame-de-Lourdes, entre autres.

La création d’une seconde filiale de Ressources Utica, nommée Ressources Utica Joly, préoccupe également Mme Richard, étant donné que cette dernière «n’a pas d’établissement et aucun salarié au Québec», précise-t-elle en se basant sur le registre des entreprises du Québec et craignant que les recours contre la compagnie ne soient limités en cas de problème. «Créer une ‘’coquille vide’’ de ce genre est courant chez les compagnies qui veulent se protéger contre les poursuites et limiter les risques financiers», est-il également écrit dans la lettre.

Pied dans la porte

Louise Richard est convaincue que ce projet «n’est que le début» et qu’elle demande à la municipalité de Joly de revenir sur sa décision «pour protéger ses citoyens». 

Quant à lui, le maire Bernard Fortier demeure ferme. «On maintient notre position et par la suite, s’il y a des changements, on la réévaluera.»

 

Les plus lus

L’accès au compte d’urgence pour les entreprises élargit

POLITIQUE. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé ce matin l’élargissement des critères d’admissibilité au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC).

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Des fleurs pour la fête des Mères

COMMUNAUTÉ. Annie Charest a donné le sourire à une centaine de femmes de la MRC de Lotbinière, de Lévis et de Québec pendant la fin de semaine de la fête des Mères. Celle qui possède son salon de coiffure à Laurier-Station a parcouru près de 400 km en voiture pendant deux jours pour surprendre certaines de ses clientes, qui sont également des mamans, avec un bouquet de fleurs.

Une photographe de Saint-Apollinaire se distingue

CULTURE. Le talent d’une photographe de Saint-Apollinaire, Josée Talbot, a récemment été reconnu par ses pairs. Elle a reçu, le 25 avril dernier, le titre d’Artisan des arts photographiques (Craftman of Photographic Arts) décerné par les Photographes professionnels du Canada. Cette distinction lui a été remise par la présidente de l’association, Louise Vessey, lors du gala virtuel de l’association...

COVID-19 : l'état de la situation à 14h

CORONAVIRUS. Voici un résumé des derniers développements, autant régionaux que nationaux, portant sur la crise de la COVID-19.

Deux nouveaux cas de COVID-19 en Lotbinière

SANTÉ. Dans le bilan quotidien du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), on constate l’apparition de deux nouveaux cas de COVID-19 dans la MRC de Lotbinière. Cela porte le total de personnes qui ont été infectées par la maladie, depuis le début de la crise, à 20.

De nouveaux cas dans Lotbinière

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé deux nouveaux cas de COVID-19 dans la MRC de Lotbinière. Cela porte maintenant le nombre de personnes infectées à 22 dans la région.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

CORONAVIRUS. Dans son bilan publié lundi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un résident supplémentaire de la Chaudière-Appalaches a appris, au cours des 24 dernières heures, qu'il avait contracté la COVID-19.

Le maire de Leclercville quitte ses fonctions

POLITIQUE. Le maire de Leclercville, Marcel Richard, s’est retiré de la vie politique. Il en a fait l’annonce aux citoyens de la municipalité, par le biais du journal municipal, au début du mois.

Un virage web payant

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise de la COVID-19, certaines entreprises québécoises ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Meubles South Shore. Le fabricant de meubles basé à Sainte-Croix a vu ses ventes en ligne bondir de 90%.