Photo 1: Alain Rhéaume et le directeur du service, Martin Simon. Photo 2: Stéphane Gingras et Martin Simon. (Crédit photo : Courtoisie)

SOCIÉTÉ. Le service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly a rendu récemment hommage à deux de ses sapeurs qui ont chacun cumulé plus de 20 ans de service. Alain Rhéaume et Stéphane Gingras ont tous deux reçu la Médaille des pompiers pour services distingués, remise par le bureau de la Gouverneure générale du Canada.

Pour le directeur, Martin Simon, il allait de soi de souligner le dévouement des deux hommes, rappelant que le service de Saint-Antoine-de-Tilly n’est composé que de pompiers volontaires.

C’est après avoir vu un entraînement des pompiers de la municipalité au début des années 1990 qu’Alain Rhéaume a eu le déclic. «Pour la pratique, ils avaient mis le feu à deux grosses granges situées derrière chez moi. C’était très impressionnant», a-t-il raconté. Ainsi, il a joint le service en janvier 1993. Pendant quelques années, il a même partagé la profession avec son épouse.

Tout au long d’une si longue carrière, les souvenirs se sont aussi accumulés. M. Rhéaume se rappelle, entre autres, l’incendie de la ferme Genest, sur le rang Boisclair. «Cela a duré plus de 30 heures, sans dormir. C’était la première fois qu’on était confronté à un aussi gros feu. On a beaucoup appris.» L’incendie à l’ancienne usine de Bombardier avait aussi été fort impressionnant. «Il s’était déclaré dans une petite cabane où étaient entreposées les matières dangereuses. Ça sautait de partout.»

Quelques fois, les interventions sont plus malheureuses, ils ont fait face à la mort à plusieurs reprises, souvent des accidents de la route. «J’ai vu trop de morts, mais ça fait partie de la game», a-t-il constaté. «Par contre, nous n’avons pas eu affaire à des feux ou nous avons trouvé des gens morts à l’intérieur.»

Âgé de plus de 60 ans, Alain Rhéaume n’entre plus dans les bâtiments en flammes. Sa capacité physique ne lui permettrait pas d’assurer sa sécurité et celle de ses coéquipiers. «Tant que le gars peut être avec nous, qu’il accepte de se lever la nuit et d’être là. Alain est encore alerte, il connait Saint-Antoine sur le bout de ses doigts, il est un excellent chauffeur de camion.C’est un atout à avoir dans un service incendie», a noté Martin Simon.

Les deux hommes ne tarissent pas non plus d’éloges envers Stéphane Gingras. «Il est extrêmement impliqué. II est toujours là, il n’a presque jamais manqué une pratique. Il travaille en face comme mécanicien. C’est le gars sur qui je peux compter tous les jours. Sa force, c’est la mécanique : les moteurs de camion, de scie à chaîne, de pompe portative, de VTT… C’est lui qui s’occupe de tout. C’est un bon chauffeur de camion et un très bon opérateur de pompe», a noté Martin Simon. Il ajoute qu’il est également très impliqué avec les premiers répondants.

Puisqu’il travaille en face de la caserne, je peux toujours compter sur lui. Sa force c’est la mécanique et il est aussi un bon opérateur de pompes», a poursuivi M. Simon. «Avec lui, tout est bien fait et si tu sais qu’il manque quelque chose, tu sais ce sera fait et bien fait. Il aime ça et prend ça vraiment à cœur. C’est quelqu’un sur qui tu peux compter», a ajouté M. Rhéaume.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Collision mortelle

FAITS DIVERS. Un homme d’une soixantaine d’années, originaire de Sainte-Croix, a perdu la vie à la suite d’une collision survenue, tôt hier matin, à Issoudun.

Un Gillois dans les hautes sphères de l’armée

PORTRAIT. Brigadier-général des Forces armées canadiennes, Marc Gagné a été promu, le 6 août dernier, au grade de major-général. Depuis sa nomination, le Gillois occupe d’importantes fonctions au sein de l’état-major à titre de chef des programmes stratégiques du personnel militaire.

Branle-bas de combat dans la forêt seigneuriale

FAITS DIVERS. Les services de sécurité incendie de Joly, de Val-Alain, de Dosquet et de Saint-Flavien ont tenu un important exercice dans la matinée du 14 septembre,. Ces derniers devaient réaliser le sauvetage d’une personne perdue dans la forêt seigneuriale.

Marc Fontaine veut changer les choses

POLITIQUE. Intéressé depuis près de 35 ans par la politique, le candidat du Parti populaire du Canada dans Lévis-Lotbinière, Marc Fontaine, a décidé de faire le grand saut cette année.

Le Télaitroman présenté à Leclercville

TÉLÉVISION. Un peu plus de 50 personnes se sont réunies à la ferme DesGémo de Leclercville le 19 septembre. Elles avaient été invitées au visionnement exclusif de la nouvelle campagne de promotion des Producteurs de lait du Québec, le Télaitroman.

Un nouveau candidat vert pour Lévis-Lotbinière

POLITIQUE. Le Parti vert du Canada a désigné le candidat qui portera les couleurs du parti dans Lévis-Lotbinière. Il s’agit de Patrick Kerr.

Nouveaux diplômés

COMMUNAUTÉ. La Coopérative de solidarité de services à domicile de Lotbinière a souligné le travail des 32 finissants de son Programme de développement des compétences sur les services d’assistance personnelle à domicile à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée le 12 septembre dernier.

Ghislain Daigle propose d’«avancer» avec les libéraux

POLITIQUE. L’ingénieur et ex-maire de Saint-Antoine-de-Tilly, Ghislain Daigle, a officiellement lancé sa campagne électorale auprès du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Lévis-Lotbinière en vue des élections fédérales du 21 octobre prochain, le 24 septembre dernier.

Jacques Gourde lance sa campagne

ÉLECTIONS. Le candidat conservateur de Lévis-Lotbinière aux prochaines élections et député sortant, Jacques Gourde, a officiellement lancé sa campagne. Dans une première communication aux médias, il a rappelé les engagements phares de sa formation politique.

Une voix pour l’environnement

POLITIQUE. Depuis qu’il est en âge de voter, le candidat du Parti vert du Canada dans Lévis-Lotbinière, Patrick Kerr, a toujours été sensible à la cause environnementale. En portant les couleurs de la formation politique, il souhaite donner une voix à ceux qui partagent les mêmes valeurs et préoccupations.