Le préfet de la MRC de Lotbinière, Normand Côté, le président de Talsom, Olivier Laquinte et la directrice générale de la SADC de Lotbinière, Sylvie Drolet. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ÉCONOMIE. La SADC de Lotbinière, dans le cadre de son huitième Déjeuner du Nouvel An, a mis l’accent sur les stratégies à adopter afin de favoriser l’innovation en entreprise. Pour l’occasion, elle a reçu le président de la firme Talsom, Olivier Laquinte, le 24 janvier dernier, au Club de golf de Lotbinière, à Saint-Gilles.

«C’est un sujet qui peut-être perçu comme une solution à des défis que l’on rencontre dans nos organisations. En même temps, je dirais qu’il peut amener de la résistance et de la démotivation sur les moyens par lesquels on s’y prend. […] Il faut repenser nos façons de faire pour avoir un nouveau regard face au processus d’affaires», a lancé la directrice générale de la SADC de Lotbinière, Sylvie Drolet, en guise d’introduction à la conférence.

«Ce qui rend l’innovation intimidante, c’est que souvent on l’associe des noms comme Steve Jobs ou Jeff Bezos. […] Chacun de ces individus a changé la manière dont leur industrie fonctionne. Ils ont créé des entreprises plus grandes que nature et modifié la manière dont on vit», a constaté Olivier Laquinte.

Malgré tout cela, l’innovation n’est pas uniquement axée autour des nouvelles technologies et de la transformation numérique. Au contraire, ce n’est qu’une partie d’un écosystème plus complexe qui est centré sur l’être humain.

«L’essence de l’innovation, c’est de prendre les outils qui existent, d’identifier un problème ou un besoin dans l’environnement et [de s’en servir pour] y répondre», a simplement expliqué M. Laquinte.

Il a indiqué aux 67 participants présents que l’innovation s’articule autour de six valeurs: l’ouverture d’esprit, l’ambiguïté, l’empathie, la diversité, la multidisciplinarité et le prototypage.

«Les trois premières sont essentielles, si on ne les a pas, on ne peut pas innover. Les deux autres sont des accélérateurs. On peut aller plus vite si on crée un environnement qui va favoriser la diversité [et la multidisciplinarité] et la dernière nous permet de gérer les risques qu’on a dans nos organisations. La difficulté avec le prototypage, c’est d’accepter que tout ne soit pas parfait au départ», a-t-il précisé.

Il ajoute que la force de l’innovation réside dans la capacité d’être à la fois un leader, mais aussi un membre de l’équipe. «C’est la force du nombre qui va créer un mouvement.»

Tradition annuelle

«Chaque année, nous tentons de trouver pour vous un conférencier entrepreneur qui puisse vous faire cheminer», a mentionné Sylvie Drolet.

Le Déjeuner du Nouvel An s’inscrit dans une série d’activités organisée par la SADC de Lotbinière pour favoriser le développement économique des entreprises du territoire.

 

 

Les plus lus

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

Collision mortelle à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Deux personnes ont perdu la vie cet après-midi, à Saint-Gilles, lors d’une collision impliquant une moto à trois roues et une voiture. Les événements sont survenus vers 13h45 sur la route 273.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

ENQUÊTE. L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Martin Carpentier : nouvelle stratégie de communication

FAITS DIVERS. Quatre jours après le début de la chasse à l’homme pour mettre la main au collet de Martin Carpentier, 44 ans, de Lévis, la Sûreté du Québec a décidé, hier soir, de rester muette sur la suite de l’opération de recherche. Ce dernier est recherché par les autorités depuis samedi après la découverte des corps de ses deux filles Norah et Romy dans un boisé de Saint-Apollinaire.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

FAITS DIVERS. Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de p...

La SQ déploie plus d'effectifs afin de localiser Martin Carpentier

CHASSE À L'HOMME. C'est sous la pluie que s'amorce vendredi la huitième journée de recherche afin de trouver Martin Carpentier, ce Lévisien de 44 ans activement recherché par la Sûreté du Québec (SQ) en lien avec les décès de deux fillettes lévisiennes, Norah et Romy.

Des chambres pour les personnes atteintes d’Alzheimer

SOCIÉTÉ. Les propriétaires du Manoir Le Beau Rivage de Saint-Gilles investissent plus de 1 M$ dans la construction d’une nouvelle aile destinée aux personnes atteintes d’Alzheimer et en perte cognitive. Les travaux débuteront au retour des vacances de la construction et, si tout va bien, les premiers résidents devraient y faire leur entrée d’ici la fin de l’année.