Sur la 1er photo : Le projet de trottoir désiré par la Municipalité de Saint-Flavien ne verra pas le jour. Sur la 2e photo : Normand Côté. Crédit photo : Érick Deschênes

VOTE. La Municipalité de Saint-Flavien a dévoilé, le 5 septembre en soirée, les résultats du référendum exigé par des Saint-Flaviennois sur le règlement d’emprunt de 1,1 M$ souhaité par le conseil municipal afin de financer les travaux de construction d’un trottoir dans le village. Une forte majorité des citoyens éligibles à voter lors du référendum ont exprimé leur opposition au règlement d’emprunt.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Du 18 août au 5 septembre, 1 179 citoyens de Saint-Flavien étaient appelés à voter par correspondance pour connaître leur opinion sur le règlement d’emprunt. Ce sont finalement 648 de ces personnes qui ont exprimé leur opinion sur le sujet, soit un taux de participation de 54,96 %.

À la question «Approuvez-vous le règlement no 02-2021 décrétant une dépense et un emprunt de 1 191 000$ pour la construction d'un trottoir sur une partie de la rue Principale?», 489 Saint-Flaviennois ont voté contre (75,46 %). Pour leur part, 112 citoyens ont exprimé leur appui au règlement d’emprunt (17,28 %). Notons que 47 bulletins reçus par la Municipalité ont été rejetés par les scrutateurs (7,25 %).

Rappelons que le conseil municipal avait adopté en juin ce règlement d’emprunt afin de construire un trottoir le long de la rue Principale, le nom de la portion de la route 271 traversant Saint-Flavien. La construction d’une telle infrastructure est une recommandation de la coroner Géhane Kamel. Cette dernière avait mené une enquête à la suite du décès d’Anaïs Renaud, une jeune fille qui a été happée mortellement par une voiture le long de la rue Principale en mars 2018.

À la suite de l’adoption du règlement d’emprunt, la Municipalité de Saint-Flavien avait ouvert ses registres, comme l’exige les normes municipales, afin de savoir si des citoyens demandaient un référendum sur cette décision. Entre le 25 juin et le 12 juillet, 255 personnes ont finalement demandé un tel scrutin, alors qu’il fallait moins de 88 signatures pour que la Municipalité aille de l’avant sans cette consultation.

«Retrouver l’harmonie» pour faire naître un consensus

Au lendemain de la fin du processus référendaire, le maire de Saint-Flavien, Normand Côté, a tenu une conférence de presse pour réagir au résultat. Le premier citoyen de la municipalité a profité de l’occasion pour inviter tous ses concitoyens à respecter le verdict rendu par ces derniers.

«Il faut se rappeler que Saint-Flavien a son histoire et que nous avions un trottoir jusqu’en 2002. Il a été démantelé pour plusieurs raisons valables. Mes premières pensées ce matin vont vers la famille (d’Anaïs Renaud) et nous continuerons nos efforts pour assurer la sécurité des personnes. Je ne crois pas que ce soit l’argent qui a motivé l’opposition au règlement d’emprunt, mais certaines incertitudes sur le choix à faire. Je souhaite que nous prenions un moment pour laisser retomber la poussière et que nous nous remettions au travail pour accroître la sécurité sur notre territoire. Non, tout ne passe pas par un trottoir, d’autres alternatives existent. Nous devons arriver ensemble à dépersonnaliser le débat et à trouver une solution pour améliorer la sécurité sur notre territoire au bénéfice de tous», a déclaré M. Côté.

D’ailleurs, le maire de Saint-Flavien a annoncé qu’il désire mettre en place une table autour de laquelle seront réunis des représentants de tous les usagers de la rue Principale, de la Municipalité de Saint-Flavien, de la Sûreté du Québec et du ministère des Transports du Québec (MTQ). La table discutera des différents moyens pour résoudre le problème de sécurité et trouver des solutions qui feront consensus.

Du même souffle, Normand Côté a déploré l’inégalité provoquée par le système de partage des responsabilités pour les routes provinciales (numérotées). Actuellement, la Municipalité de Saint-Flavien ne peut que déposer des recommandations au MTQ pour qu’il effectue des modifications à la route 271 dans le village. De plus, la Municipalité n’a pas accès à des programmes de subventions du MTQ afin de financer les travaux d’amélioration à la rue Principale, comme pour le projet du trottoir.

«Je veux que ma municipalité soit traitée au même titre que les municipalités dont la rue Principale leur appartient. Je veux avoir droit aux mêmes programmes (financiers) que ces municipalités. Ce n’est pas juste pour Saint-Flavien (que je fais cette sortie), mais pour toutes les autres comme nous qui vit cette iniquité», a lancé M. Côté.

«Forte opposition malgré la mort d'un enfant et des recommandations claires»

De leur côté, les parents d'Anaïs Renaud, Étienne Renaud et Jacinthe Latulippe, ont réagi lundi au dévoilement du résultat, par écrit. Les deux citoyens de Saint-Flavien n'ont pas caché leur vive déception, estimant qu'ils n'imaginaient jamais avant de vivre à Saint-Flavien qu'une opposition à un trottoir pouvait exister.

«Notre communauté a fait le choix de ne pas considérer les données probantes en matière de sécurité ni d’offrir sa solidarité aux résidents qui souhaitent sécuriser la rue sur laquelle ils habitent. L’application des recommandations d’un coroner suite à un décès évitable est un acte réparateur qui favorise la résolution d’un deuil. Il est donc très difficile pour nous de ne pas interpréter ce résultat comme un manque de sensibilité et le rejet complet de notre réalité. Nous sommes attristés et blessés de ce résultat populaire, qui est en fait, la somme des décisions plus que discutables de la part de notre conseil», ont soutenu Étienne Renaud et Jacinthe Latulippe.

Les parents d'Anaïs Renaud ont également indiqué qu'ils n'entendaient pas reprendre les activités de leur crèmerie l'été prochain, le résultat du processus référendaire ayant «réduit à néant toute la joie qu'il nous était possible de répandre auprès de notre communauté».

En terminant, les deux résidents de Saint-Flavien ont une nouvelle fois critiqué la Municipalité de Saint-Flavien en saluant la municipalité voisine de leur localité, Laurier-Station, «municipalité qui a le courage d’agir en organisation responsable en prolongeant son trottoir actuel afin d’offrir une meilleure protection aux utilisateurs vulnérables de la route 271».

Les plus lus

Un chantier de 10 M$ à Laurier-Station

ÉCONOMIE. D’ici les quatre prochaines années, 10 édifices à logements seront érigés sur la rue Talbot, à Laurier-Station. Les promoteurs du projet, Mélanie Picard et Kenny Therriault, investiront au moins 10 M$ pour mener à terme ce projet dont la pelletée de terre officielle marquant le début des travaux a eu lieu le 21 septembre.

Samuel Boudreault sollicite un premier mandat de maire

POLITIQUE. Samuel Boudreault a été désigné maire de Saint-Patrice-de-Beaurivage en avril dernier à la suite du départ de Nicole Viel-Noonan. Il a décidé de tenter sa chance lors des élections municipales à venir et confirme qu’il pose officiellement sa candidature pour être élu maire de la municipalité le 3 novembre prochain.

Élections municipales : plusieurs maires élus par acclamation

POLITIQUE. La période de mise en candidature pour les élections municipales a pris fin le 1er octobre. Si certains candidats à la mairie ont été élus par acclamation, d’autres en revanche devront faire campagne pour se faire choisir par la population de leur municipalité. De plus, une municipalité n’a reçu aucune candidature pour le poste de maire.

Nouvel outil de visibilité pour les pompiers de Laurier-Station

SÉCURITÉ. Depuis plus d’un mois, une douzaine de pompiers de Laurier-Station profitent d’un outil qui leur permet d’accélérer leur temps de réponse aux appels d’urgence. Leur véhicule personnel est maintenant muni d’un feu clignotant vert.

Pour Sainte-Croix présente ses priorités électorales

POLITIQUE. Le parti Pour Sainte-Croix a présenté, le 21 septembre, sa liste de priorités en prévision des élections municipales du 7 novembre prochain.

Vision Laurier-Station veut dynamiser Laurier-Station

POLITIQUE. Conseillère sortante à Laurier-Station, Huguette Charest a décidé de briguer le poste de mairesse de la municipalité. Cette dernière ne se présente pas seule et avec L’Équipe Vision Laurier-Station elle souhaite dynamiser la municipalité.

Succès pour le Festival country de Lotbinière

FESTIVAL. Après avoir été reportée à deux reprises en raison de la COVID-19, la sixième édition du Festival country de Lotbinière a finalement pu avoir lieu. Un peu plus de 10 000 personnes se sont réunies sur les terrains de l’Expo, à Saint-Agapit, les 24, 25 et 26 septembre pour festoyer en compagnie des têtes d’affiche de l’événement.

Une distinction de plus pour la Fromagerie Bergeron

ÉCONOMIE. Trois fromages de la Fromagerie Bergeron se sont distingués sur la scène internationale. Ils ont été décorés lors de plus récente édition du Superior Taste Award tenu par l’International Taste Institute à Bruxelles.

René Turgeon numéro 1 des ventes d’albums au Québec

MUSIQUE. Le chanteur originaire de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, René Turgeon, a lancé le 3 septembre dernier son plus récent album, Mélodies Country. Deux semaines plus tard, il trône en tête du palmarès des ventes des albums francophones de l’ADISQ. Il s’agit d’une première en 26 ans de carrière pour le chanteur.

Croissance importante pour Nahak

AFFAIRES. L’augmentation des adoptions de chiens et la popularité des activités de plein air ont été favorables à l’entreprise Nahak de Laurier-Station. Au cours de la dernière année, l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements sportifs pour chien a vu son chiffre d’affaires doubler et ses ventes en ligne augmenter de façon fulgurante.