Ce ne sont pas toutes les femmes qui peuvent ou qui veulent avoir des enfants. (Crédit photo : Courtoise)

SOCIÉTÉ. Le jugement et les préjugés de la société envers les femmes sans enfants peuvent être très lourds. Ayant dû faire le deuil de la maternité, Catherine-Emmanuelle Delisle comprend bien cette réalité. À travers son blogue et les conférences, elle souhaite donner une voix à ces femmes. Elle sera de passage dans la région au Centre Femmes, à Saint-Flavien, le 23 avril.

«J’offre cette conférence pour permettre aux gens de mieux comprendre ces femmes. Pourquoi juge-t-on? En général, c’est par méconnaissance, par peur de la différence. Je veux parler d’elles, expliquer ce qu’elles vivent. Pour certaines, ce n’est pas une option. Je souhaite aussi montrer que c’est possible d’être accomplie et heureuse en dehors du modèle et que c’est un choix acceptable de ne pas avoir d’enfant», a-t-elle mentionné à propos de sa conférence Vivre sans enfant : une réalité à découvrir et à reconnaître.

Mme Delisle abordera différents sujets : le deuil de la non-maternité, le choix de ne pas avoir d’enfant, le regard de la société et des médias envers les femmes sans enfant, le parcours de vie sans enfant et les façons d’interagir de manière empathique avec les personnes qui n’ont pas d’enfant. Elle présentera aussi deux entrevues réalisées avec des femmes de son entourage.

«Je mets de l’avant des modèles de femmes accomplies. Elles décrivent ce qu’elles aimeraient recevoir de leurs proches comme soutien, ce qu’elles pensent du regard de la société sur elles. À la suite de ces témoignages, j’anime une discussion avec les participantes.»

Situation difficile

À 14 ans, la conférencière a appris qu’elle ne pourrait pas avoir d’enfants. S’en est suivi un long deuil qu’elle a eu de la difficulté à gérer et qu’elle a pu enfouir en elle pendant des années. Au fil du temps, Mme Delisle a construit sa vie, elle est devenue enseignante, mais la réalité l’a rattrapée dans la trentaine.

«Je n’en pouvais plus. Il fallait que je règle ça. C'était trop intense et j’ai décidé de suivre un genre de thérapie par Internet. À la fin de ce coaching, six mois plus tard, je me suis rendu compte que je me retrouverais encore toute seule avec mes questions. Je me suis demandé ce que je pourrais faire et j’ai créé le blogue femmesansenfant.com en 2012 et j’ai commencé à écrire sur le sujet.»

À travers ses publications, elle donne une voix aux femmes qui n’ont pas d’enfant, que ce soit par choix ou pour des raisons médicales. «Le cœur de mon travail, c’est de les rendre visibles dans la société. Ça fait partie du problème, on n’en parle pas.»

Utile

Catherine-Emmanuelle Delisle estime son travail nécessaire puisqu’encore aujourd’hui, les préjugés sont nombreux envers ces femmes. «Pour beaucoup, ce n’est pas acceptable socialement de faire le choix de ne pas en avoir. On nous dit qu’on devrait, que notre contribution ultime à la société, c’est de faire des enfants.»

Cette façon de penser est la preuve, selon elle, qu’on n’en parle pas suffisamment. Comme pour l’homosexualité, le travail sera long, mais nécessaire pour s’ouvrir à ce choix de vie.

 

 

 


Les plus lus

Patrice Coquereau veut déstigmatiser l’anxiété

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier, il était de passage à Leclercville le 25 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Sainte-Agathe uniformise ses adresses

SOCIÉTÉ. Trouver une adresse à Sainte-Agathe, pour qui n’y réside pas, peut causer bien des maux de tête. Les noms attribués aux routes 271 et 218 sont différents selon le secteur de la municipalité et, bien souvent, les numéros d'immeubles ne suivent pas d’ordre précis. Dans moins d’un mois, ce sera chose du passé. La municipalité a finalement complété l’harmonisation des adresses et le tout sera...

Dosquet réagit aux événements de la semaine

SOCIÉTÉ. Dosquet a réagi, le 8 août, aux événements survenus plus tôt sur son territoire. Une intervention policière d’envergure avait été déclenchée après qu’un homme en crise se soit barricadé chez lui

Manger Lotbinière un aliment à la fois

ÉCONOMIE. La cinquième édition des mois Goûtez Lotbinière aura lieu de septembre à décembre. Pendant toute cette période, plusieurs activités seront tenues afin de sensibiliser la population à l'achat d’aliments produits dans la MRC de Lotbinière.

Les marchés publics à l’honneur

AGRICULTURE. La 11e semaine québécoise des marchés publics se déroulera du 8 au 18 août. Quatre marchés de la Chaudière-Appalaches, dont deux de Lotbinière, participeront à l’activité.

Partir à la découverte de la forêt seigneuriale

SOCIÉTÉ. Encore méconnue du grand public, la forêt seigneuriale Joly de Lotbinière est pourtant la plus importante forêt publique des basses terres du Saint-Laurent. L'organisme Les Amis de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière propose de partir à sa découverte les 17 août et 14 septembre.

L’École Pamphile-Le May célèbrera ses 50 ans

ÉDUCATION. La prochaine rentrée scolaire marquera le début des célébrations du 50e anniversaire de l’École secondaire Pamphile-Le May de Sainte-Croix. Pour souligner l’événement, l’institution d’enseignement tiendra une journée spéciale le 5 octobre.

Des conducteurs plus prudents

SOCIÉTÉ. De cancres en matière de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, les citoyens de la Chaudière-Appalaches sont maintenant parmi les plus responsables de la province. Dans la dernière année, seuls 6 % d’entre eux indiquent avoir pris le volant après avoir consommé au-delà de la limite permise. C’est ce qui ressort d’un vaste sondage CROP mené auprès de 6 732 répondants (± 350 e...

Des relais pour en apprendre plus sur l’histoire de la MRC

SOCIÉTÉ. Les relais touristiques installés dans chacune des 18 municipalités de la MRC de Lotbinière ont subi une cure de rajeunissement. Tourisme Lotbinière a officiellement présenté le résultat de ces travaux le 7 août.

Virage réussi

AGRICULTURE. L’Expo de Lotbinière vient à peine de se clôturer que le directeur général de la Société d’agriculture de Lotbinière, Alain Falardeau, était tout sourire. Le virage à 180 degrés donné à l’événement a été payant. Les visiteurs ont été au rendez-vous de cette 49e édition qui a eu lieu du 7 au 11 août.