ÉCONOMIE. D’ici les quatre prochaines années, 10 édifices à logements seront érigés sur la rue Talbot, à Laurier-Station. Les promoteurs du projet, Mélanie Picard et Kenny Therriault, investiront au moins 10 M$ pour mener à terme ce projet dont la pelletée de terre officielle marquant le début des travaux a eu lieu le 21 septembre.

Chacun des édifices qui seront construits comptera six appartements haut de gamme de type 5 ½. La construction du premier édifice devrait être terminée au mois de mars. La mise en chantier de deux autres bâtisses commencera au printemps. Une fois achevé, le projet permettra l’ajout de 60 portes supplémentaires au parc locatif de Laurier-Station.

Les promoteurs, déjà propriétaires de plusieurs édifices à logement dans la MRC de Lotbinière, ont constaté qu’il y avait un besoin «criant» à Laurier-Station pour de nouveaux appartements.

«Il y a un besoin comme je n’ai jamais vu à Laurier-Station, surtout depuis le début de la pandémie. Je ne sais pas s’il y a un lien à faire, mais pour le moment je reçois beaucoup de demandes et je donne plusieurs refus parce que je n’ai rien à offrir», a expliqué Mme Picard, ajoutant qu’il a fallu trois ans de préparation avant de pouvoir aller de l’avant.

Si son conjoint et elle ont opté pour la construction d’appartement 5 ½, c’est qu’ils ont constaté qu’il y avait de plus en plus de demandes pour des appartements plus grands. Les familles recomposées, les télétravailleurs et les retraités actifs devraient y trouver leur compte, estime Mme Picard. La location de ces nouveaux appartements permettra peut-être d’en libérer certains dans des édifices plus âgés de la municipalité, croit-elle. Des gens aux revenus plus faibles pourraient ainsi avoir accès à un appartement à un coût raisonnable. 

À la Municipalité de Laurier-Station, la construction de ces nouvelles unités est accueillie avec enthousiasme. «Je trouve génial que des gens investissent dans notre municipalité. Ça va attirer plusieurs nouveaux résidents, de jeunes familles. On ne demande pas mieux. Nous avons une belle municipalité dynamique et on aimerait la voir grandir», a souligné la mairesse, Pierrette Trépanier.

Mme Trépanier reconnaît aussi qu’il y a peu d’options locatives pour ceux qui souhaiteraient s’établir dans la municipalité. «C’est un problème de trouver un logement. Ça se remplit super rapidement. Plusieurs appartements neufs sont souvent réservés par des personnes plus âgées qui décident de quitter leur maison pour aller dans un loyer neuf. Au lieu de déménager à la tête des ponts, ils pourront demeurer dans leur village, près de leur famille.»

 

(Crédit photo : Sindy Duval)

 

Les plus lus

Une expansion hors des prévisions

ÉCONOMIE. Lorsqu’ils ont racheté l’École de conduite Lotbinière le 1er février 2021, Gabriel et Anthony Beaudet, Chantal Croteau et Anaïs Deslauriers avaient comme projet de faire grandir l’entreprise. Neuf mois plus tard, leurs prévisions ont toutes été dépassées.

La pénurie de main-d’œuvre toujours aussi présente

ÉCONOMIE. En 2021, le taux de chômage en Chaudière-Appalaches est passé de 4 % en janvier à 2,9 % en décembre, une bonne nouvelle au premier coup d’œil. Cependant, les employeurs de la région ne le voient pas de la même façon, surtout dans le secteur manufacturier qui peine à attirer des travailleurs.

Cri à l’aide et résilience

ÉCONOMIE. À moins de 24 heures de préavis, les restaurants du Québec ont été obligés de fermer leurs portes la veille du jour de l’an. Ceux de la MRC de Lotbinière n’y ont pas échappé. Si certains de ces entrepreneurs s’en tirent mieux, d’autres sont poussés dans leurs derniers retranchements.

Fromagerie Victoria ouvre ses portes à Laurier-Station

ÉCONOMIE. Fromagerie Victoria a ouvert, le 13 janvier dernier, son 18e établissement. Ce dernier a pignon sur rue à Laurier-Station, au 138, boulevard Laurier.

Un nouveau directeur général pour Evol

ÉCONOMIE. Evol (anciennement Femessor) a nommé son nouveau directeur général pour la Chaudière-Appalaches. Il s’agit de Dany Rodrigue.

Omicron s’invite dans la crise

ÉCONOMIE. La vitesse de propagation du variant Omicron de la COVID-19 change la donne pour les entreprises. Déjà qu’elles doivent composer avec une pénurie de main-d’œuvre, elles devront prendre en compte l’absentéisme provoqué par un résultat positif à un test de dépistage d’un employé ou d’un proche.

Autobus Auger passe à l’électrique

TRANSPORT. Autobus Auger vient de confirmer, le 27 janvier, la signature d’une entente de cinq ans avec l’entreprise Girardin pour l’acquisition de 50 autobus scolaires électriques.