Le président de Solugen, André Beaulieu Blanchet à la COP 24. (Crédit photo : Courtoisie)

AGRICULTURE. Le traitement du lisier de porc représente un problème majeur pour les producteurs. L’entreprise lévisienne Solugen propose une solution technologique qui enraye ce problème. Lors de la COP 24, qui a eu lieu récemment en Pologne, elle a confirmé la mise en place d’une première vitrine technologique au printemps 2019, un investissement de 3 M$ et c’est dans une ferme de la MRC de Lotbinière qu’elle sera érigée.

«Les terres sont de plus en plus rares et chères. Nous, ce qu’on propose, c’est l’augmentation de la production sur les mêmes terres, sans avoir à décentraliser les activités», a expliqué le président de Solugen, André Beaulieu Blanchet.

La municipalité où seront construites les installations ainsi que le nom du producteur seront dévoilés en 2019. «Il veut tripler la capacité sur l’une de ses fermes. Avec notre système, nous allons réduire les coûts de gestion et éventuellement travailler à revaloriser ses engrais», a ajouté M. Beaulieu Blanchet

Concrètement, la technologie de Solugen permettra de filtrer le lisier de porc afin d’en extraire l’eau potable, ce qui peut représenter plus de 84 % du volume total. Les résidus, soit environ 16%, pourront être transformés en engrais.

Le système qui sera mis en place en est à sa deuxième version. Lors du développement de la première, la capacité de traitement est passée d’un litre à l’heure à 1000 litres à l’heure. «Au lieu de distribuer ce prototype. On s’est dit qu’on ferait un petit recul et qu’on en produirait un deuxième avec ce qu’on a appris. C’est ce qu’on va commercialiser.»

La construction des installations devrait avoir lieu en février et en mars pour une mise en service vers la fin du mois de mars.

Avantages

Cette méthode apporte plusieurs bénéfices, a relaté M. Beaulieu Blanchet, dont la réduction des odeurs. Il permet d’augmenter la production sans avoir à construire d'autres installations et chercher de nouvelles terres où épandre le lisier.

«Le producteur n’a plus besoin de nouvelles fosses, puisqu’on fait le traitement en continu. On utilise celle en place pour envoyer nos concentrés d’engrais liquide. Aussi, ce n'est plus nécessaire de creuser d’autres puits, car on lui redonne de l’eau potable. Avec le puits qu’il a, c’est suffisant pour alimenter tous ses porcs.»

S’ajoutent des impacts sur la santé, la diminution des gaz à effets de serre, moins de transport par camion et l’élimination de l’écoulement du lisier au printemps et en automne.

Erreur payante

C’est un peu par hasard que la technologie développée par Solugen a été découverte. Le père de M. Beaulieu Blanchet travaillait dans le secteur industriel. Ce dernier cherchait une façon de filtrer des eaux fortement contaminées. En mettant au point son système, une erreur de manipulation lui a permis de réduire de 1 000 fois leur contamination alors qu’il visait un liquide 10 fois moins pollué.

«Il a raconté [sa découverte] à l’un de ses frères qui était un petit producteur porcin au début des années 2000. Il lui a demandé si cela pouvait traiter le lisier de porc. Il voulait augmenter sa production, mais n’avait pas de terres disponibles à proximité pour disposer de ses surplus. En faisant des tests, mon père a réalisé qu’il pouvait redonner une eau pure. C’est comme ça que l’aventure a commencé.»

Les plus lus

Investissement de 2 M$ à Saint-Agapit

ÉCONOMIE. Les propriétaires de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, de Saint-Agapit, concrétisent actuellement un projet qu’ils avaient dans leurs cartons depuis deux ans. Ils ont investi 2 M$ dans la construction d’une nouvelle clinique dentaire, qui sera située à quelques pas de l’actuelle. Les travaux ont débuté en juin et devraient être terminés à la mi-novembre.

Investisseurs recherchés

ÉCONOMIE. Le Club de golf les Boisés de Joly s’est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le 3 juillet dernier, un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers a été déposé par le syndic, Lemieux Nolet.

Coup de pouce demandé pour des travailleurs étrangers

SOCIÉTÉ. Consciente que la pénurie de main-d’œuvre qui touche actuellement le Québec affecte également les entreprises de la région, l’Apollinairoise Pauline Harrisson souhaite mettre l'épaule à la roue. Elle veut faire venir au Québec 10 jeunes Haïtiens à titre de travailleurs temporaires ou saisonniers. Malgré toute sa bonne volonté, elle se bute à la lourdeur bureaucratique. Elle lance un cri d...