Avec le vidéoclip de sa chanson Les pieds dans le vide, Alicia Deschênes veut sensibiliser le public à la prématurité. Crédit photo : Karoline Boucher

​CHANSON. Originaire de Saint-Agapit, l’auteure-compositrice-interprète Alica Deschênes a récemment décidé de mettre l’une de ses œuvres au service d’une cause qui lui tient à cœur. Grâce au vidéoclip de sa chanson Les pieds dans le vide, la jeune artiste veut sensibiliser petits et grands au fait que naître prématurément ne signifie pas être affligé de lourdes séquelles plus tard.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

C’est Alicia Deschênes qui a elle-même approché Préma-Québec, un organisme qui a pour mission d'améliorer la qualité de vie des enfants prématurés en offrant un appui éducatif, psychologique et financier à leurs parents, pour faire quelque chose pour les soutenir.

Cette organisation touche particulièrement la jeune femme de 23 ans puisqu’elle est elle-même une prématurée. Née à 27 semaines de grossesse, Alicia Deschênes n’a subi aucune séquelle de son arrivée plus tôt que prévue dans notre monde.

«Ça faisait longtemps que je voulais m’impliquer pour les enfants prématurés. Mes parents m’ont parlé de cette épreuve difficile qu’ils ont vécus. Ce qui leur a permis de se raccrocher, c’est de voir des enfants prématurés plus grands qui n’avaient pas de problème. Et c’est ce que j’ai voulu mettre de l’avant», partage-t-elle.

Livrer un message positif

En effet, dans le vidéoclip de Les pieds dans le vide, Alicia Deschênes a demandé à plusieurs prématurés, désormais grands, d’être figurants afin de souligner que la naissance prématurée n’est pas qu’une épreuve, mais souvent le début de belles aventures.

«Les gens ne savent pas que 85 % des enfants prématurés iront très bien par la suite. Malheureusement, on pense souvent juste au négatif et aux cas qui se terminent mal. Mais il y a tellement d’amour et de ressources autour des bébés prématurés que souvent ça se termine bien», illustre celle qui est désormais ambassadrice pour Préma-Québec.

D’ailleurs, l’initiative d’Alicia Deschênes a touché plusieurs parents d’enfants prématurés comme elle l’a pu le constater au cours des dernières semaines.

«Au départ, je n’ai pas écrit cette chance avec cette situation en tête. Avec le vidéoclip, elle a toutefois pris du sens à ce niveau pour plusieurs familles touchées par la prématurité, qui ont toutes été plongées dans cet univers inconnu malgré eux», explique l’artiste originaire de la MRC de Lotbinière.

Notons que Préma-Québec a profité de la Journée mondiale de la prématurité, qui avait lieu le 17 novembre, pour faire appel à la générosité des Québécois afin de soutenir sa mission. Les personnes intéressées peuvent faire un don pour cette cause au www.jedonneenligne.org/premaquebec/DON/.

Rappelons finalement que quelque 6 000 familles québécoises sont confrontés, chaque année, à la naissance prématurée de leur bébé.

Les plus lus

Ça tourne au Moulin du Portage

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Festival de Manseau : l’histoire qui en cache une autre

CULTURE. Bien qu’il ait été un échec, le Festival pop de Manseau demeure gravé dans l’imaginaire collectif. Afin de souligner le 50e anniversaire de ce qui devait être le Woodstock québécois, la municipalité a mandaté l’historien Jacques Crochetière pour rédiger un livre souvenir relatant l’histoire du festival. À travers les pages du recueil qui sera lancé à l’automne, l’auteur reviendra aussi su...

Peindre sans peinture

CULTURE. L’artiste peintre originaire de Saint-Apollinaire, Étienne Rousseau, participera à une aventure hors du commun. Il devra créer une oeuvre sans peinture et sans ses outils d’artiste dans le cadre de l’Exposition d’art sauvage qui se déroulera le 23 août prochain, dans les Jardins de Victoria à Saint-Isidore-d’Auckland, en Estrie.

Les petites histoires du pont de Québec

HISTOIRE. Pensez à ce pont vieux de 103 ans qui relie la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis, ce dernier a été l’hôte d’une foule d’histoires anodines, macabres, mais surtout grandioses. C’est ce que dessine l’auteur lévisien Michel L’Hébreux dans son dernier ouvrage sur le pont de Québec, Curieuses histoires du pont de Québec.

Journée consacrée aux plantes alpines et de rocailles

TOURISME. Le Domaine Joly-De Lotbinière accueillera pour la première fois dimanche le Club des Alpinegiste. Cette activité se déroule dans le cadre de la journée Le premier dimanche du mois, je vais au musée! qui aura lieu le 2 août prochain.

L’agriculture racontée en miniature à Issoudun

CULTURE. L’agriculture est au cœur de l’histoire du Québec et l’un des témoins de ce passé est la machinerie associée à la culture de la terre. À Issoudun, il est possible d’avoir un aperçu de la vie agricole du début du 20e siècle avec la collection de miniatures exposée au Musée Isidore-Boisvert.

La tenue de festivals de nouveau permise

CULTURE. Depuis le 5 août, un maximum de 250 personnes peut se regrouper dans les lieux extérieurs publics. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. Du même coup, cela autorise la tenue de festivals.