Geneviève Bouchard a dressé un bilan des activités du Pôle agroalimentaire de Lotbinière. Crédit photo : Érick Deschênes

AGROALIMENTAIRE. Lors du plus récent conseil des maires de la MRC de Lotbinière, la coordonnatrice du Pôle agroalimentaire de Lotbinière, Geneviève Bouchard, a dressé un bilan de ses premières années d’existence. Forte des succès rencontrées lors des deux dernières années, la coopérative de solidarité désire poursuivre sa croissance afin de desservir tous les Lotbiniérois.

Par Érick Deschênes - Collaboration spéciale

Rappelons d’emblée que le Pôle agroalimentaire de Lotbinière a été fondée pour permettre de préserver et développer le cœur du village de la municipalité de Lotbinière, en créant une coopérative qui allait occuper les locaux de l’ancienne quincaillerie et station-service. En plus de cet objectif, le Pôle agroalimentaire a été lancé pour répondre à plusieurs besoins régionaux, entre autres la demande pour des espaces de stockage ainsi que l’accès à une cuisine commerciale de transformation agroalimentaire.

Et jusqu’à maintenant, les installations et les services offerts par la coopérative de solidarité sont très populaires, selon ce qu’a partagé Mme Bouchard devant les élus lotbiniérois le 8 septembre dernier.

En ce qui a trait à la cuisine commerciale, elle a été utilisée en moyenne plus de 80 heures par mois au cours de la dernière année. D’ailleurs, celle qui dirige le Pôle agroalimentaire de Lotbinière a indiqué que plusieurs nouveaux producteurs sont intéressés à devenir membre de la coopérative, pour ainsi avoir accès à cette installation.

L’organisme accueille également un marché public, qui obtient «un bel achalandage et une forte appréciation des usagers». Poussé par la vague de l’achat local provoqué par la pandémie, le marché public a rencontré un «gros succès à l’été 2020», malgré les contraintes occasionnées par la COVID-19. Le bâtiment accueillant le Pôle agroalimentaire de Lotbinière dispose aussi depuis cet été d’un café ouvert au public.

La coopérative gère également Du terroir à l’armoire, un réseau de distribution d’aliments. Là aussi, le service dont le fonctionnement repose sur un réseau de bénévoles est une réussite, selon Mme Bouchard. Du terroir à l’armoire a enregistré un chiffre d’affaires de 65 000 $ sur la dernière année depuis l’ouverture, avec un total de 867 commandes.

Actuellement, le réseau de distribution peut compter sur quatre points de collecte, soit le Pôle agroalimentaire de Lotbinière ainsi qu’à Sainte-Croix, Saint-Antoine-de-Tilly et Saint-Apollinaire.

Étendre les services

Afin de croître et desservir tous les résidents de la MRC, Geneviève Bouchard a profité de son passage devant le conseil des maires pour demander l’appui des élus.

Désirant que le service Du terroir à l’armoire puisse être disponible ailleurs que le long du fleuve Saint-Laurent, la coordonnatrice a demandé aux élus si leurs municipalités pouvaient mettre temporairement à la disposition de la coopérative un espace disposant d’un réfrigérateur et d’un congélateur.

«On veut se développer en profondeur, toucher tous les résidents de la MRC et aller chercher d’autres producteurs agroalimentaires pour pouvoir dynamiser l’initiative à l’échelle de la MRC et ne pas se concentrer uniquement à la municipalité de Lotbinière. […] L’un de nos défis, c’est d’avoir des lieux avec des réfrigérateurs et des congélateurs pour effectuer la remise de nos paniers aux deux semaines. Si on peut se rapprocher des gens, le service offert par Du terroir à l’armoire sera plus intéressant. […] On aimerait aussi avoir des points de chute intermédiaires pour que nos producteurs puissent laisser leurs produits (sans nécessairement devoir se rendre tout le temps à Lotbinière). Cela limiterait le transport et nous permettrait de couvrir davantage de territoire», a illustré Mme Bouchard.

Les dirigeants de la MRC ont accueilli favorablement cette demande et ils espèrent que les municipalités lotbiniéroises continueront d’appuyer la coopérative.

«Le Pôle a pu profiter de la plus grande aide financière de la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA), au niveau de la MRC. Vous avez fait beaucoup depuis votre fondation. On veut que ce projet prenne une envergure régionale. On ne veut pas faire trois pôles agroalimentaires, mais un qui fonctionne bien», a affirmé Normand Côté, le préfet de la MRC de Lotbinière et maire de Saint-Flavien.

Notons finalement qu’en plus de ces projets, le Pôle agroalimentaire de Lotbinière désire lancer des ateliers et des sessions de cuisine collective ainsi qu’ouvrir le laboratoire agroalimentaire de l’incubateur d’entreprise au cours des prochains mois. La coopérative de solidarité vise l’atteinte de l’autonomie financière en 2023.

Les plus lus

Main-d'œuvre : la TREMCA veut un plan d’urgence

INDUSTRIE. Par voie de communiqué, la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA) et des industriels de la région ont fait une sortie, le 8 novembre, afin de demander au gouvernement du Québec d’implanter rapidement un plan d’urgence pour s’attaquer à la pénurie de main-d’oeuvre qui frappe la Chaudière-Appalaches.

Une autre coop se joint à la famille d’Avantis Coopérative

ÉCONOMIE. Avantis Coopérative a confirmé, le 1er novembre, la fusion des activités de la Coop Alliance aux siennes.

La CNESST publie ses recommandations pour le retour au travail

SÉCURITÉ. Dans la foulée des assouplissements annoncés récemment par le gouvernement, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a encouragé les milieux de travail à se tourner vers une formule hybride, en présentiel et en télétravail, pour une «transition réussie», le 9 novembre.

Investissements supplémentaires pour compléter le branchement d’Internet haute vitesse

TECHNOLOGIE. Le gouvernement du Québec a confirmé, le 23 novembre, une somme de 150 M$ pour compléter le branchement d’Internet haute vitesse dans les foyers qui ne sont toujours pas rejoints. Le dernier volet de l’Opération haute vitesse, Éclair III, permettra, d’ici septembre 2022, de relier les foyers très isolés ou qui n’étaient pas répertoriés sur les cartes de déploiement.