(Crédit photo : Courtoisie)

AFFAIRES. L’augmentation des adoptions de chiens et la popularité des activités de plein air ont été favorables à l’entreprise Nahak de Laurier-Station. Au cours de la dernière année, l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements sportifs pour chien a vu son chiffre d’affaires doubler et ses ventes en ligne augmenter de façon fulgurante.

L’entreprise connaissait déjà une période de croissance avant que la COVID-19 ne fasse son apparition. La pandémie a eu comme effet d’accélérer cette croissance au lieu de la freiner. «Ça nous a surpris», a lancé, d’entrée de jeu, le président et fondateur de l’entreprise, Renaud Trudel Boisclair.

À l’arrivée de la première vague de la COVID-19, en mars 2020, comme presque toutes les autres entreprises au Québec, Nahak a dû fermer ses portes pendant presque deux mois.

«Les gens ne pouvaient pas voyager. Évidemment, ils ont cherché à faire des activités de façon plus locale. Il y a eu aussi beaucoup d’adoptions de chiens et le secteur du plein air a explosé. […] On a été entièrement fermé pendant 7 à 8 semaines. Comme on fait tout à notre atelier, c’est sûr que ça a donné un coup à la production en plein pendant que la demande était forte. C’était un très gros défi, ç’a été très long à rattraper, d’où le nombre important d’embauches qu’on a fait», a-t-il enchaîné.

Ainsi, l’entreprise a doublé son personnel, passant de 12 à 25 employés pendant la dernière année. Contrairement à d’autres secteurs d’activité, le recrutement n’a pas été un casse-tête important.

«C’est un beau problème d’avoir à répondre à la demande dans un contexte où pourvoir des postes devient un défi. Ce qui nous a aidés, c’est qu’on a reçu beaucoup de candidatures spontanées de personnes qui voulaient travailler dans un milieu relié aux chiens. Parmi nos employés, on compte plusieurs propriétaires de chiens», a poursuivi M. Trudel Boisclair.

Comme c’est le cas dans plusieurs compagnies du secteur manufacturier, le plus gros problème rencontré par Nahak a finalement été l’approvisionnement en matières premières.

L’avenir

Les produits de l’entreprise sont déjà distribués dans plus de 200 points de vente au Canada en plus de la vente en ligne au Canada et aux États-Unis. Si la croissance se poursuit, l’entreprise prévoit agrandir ses installations de Laurier-Station en 2022.

D’ailleurs, si le rythme actuel est appelé à ralentir, la croissance, elle ne le sera pas. Renaud Trudel Boisclair croit qu’elle reprendra le rythme d’avant pandémie.

«Nous avons commencé en 2015, le timing était déjà bon, il y avait un engouement pour ce type d’activité. Il y avait donc une croissance naturelle. La COVID a été un accélérateur et elle a contribué à nous faire connaître à l’extérieur du Québec. […] C’est un beau secteur en croissance. Le sport attelé c’est encore relativement nouveau et une bonne partie des propriétaires de chiens ne connaissent pas ça. On travaille justement à faire connaître et à démocratiser la pratique.»

 

 

Les plus lus

Main-d'œuvre : la TREMCA veut un plan d’urgence

INDUSTRIE. Par voie de communiqué, la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA) et des industriels de la région ont fait une sortie, le 8 novembre, afin de demander au gouvernement du Québec d’implanter rapidement un plan d’urgence pour s’attaquer à la pénurie de main-d’oeuvre qui frappe la Chaudière-Appalaches.

Une autre coop se joint à la famille d’Avantis Coopérative

ÉCONOMIE. Avantis Coopérative a confirmé, le 1er novembre, la fusion des activités de la Coop Alliance aux siennes.

La CNESST publie ses recommandations pour le retour au travail

SÉCURITÉ. Dans la foulée des assouplissements annoncés récemment par le gouvernement, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a encouragé les milieux de travail à se tourner vers une formule hybride, en présentiel et en télétravail, pour une «transition réussie», le 9 novembre.

Investissements supplémentaires pour compléter le branchement d’Internet haute vitesse

TECHNOLOGIE. Le gouvernement du Québec a confirmé, le 23 novembre, une somme de 150 M$ pour compléter le branchement d’Internet haute vitesse dans les foyers qui ne sont toujours pas rejoints. Le dernier volet de l’Opération haute vitesse, Éclair III, permettra, d’ici septembre 2022, de relier les foyers très isolés ou qui n’étaient pas répertoriés sur les cartes de déploiement.