Crédit photo : Courtoisie

SÉCURITÉ. Dans la foulée des assouplissements annoncés récemment par le gouvernement, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a encouragé les milieux de travail à se tourner vers une formule hybride, en présentiel et en télétravail, pour une «transition réussie», le 9 novembre.

La CNESST a alors confirmé qu’en milieu de travail, la distanciation minimale entre les personnes diminue de deux mètres à un mètre à l’intérieur. Cependant, si cette distance ne peut être respectée, la commission exige que les entreprises continuent à utiliser un équipement de protection individuelle ou une barrière physique. La CNESST suggère également aux employeurs de se doter d’un protocole de retour au bureau pour définir les mesures nécessaires et pour assurer que ces environnements demeurent sains et sécuritaires.

Afin d’aider les milieux de travail dans cette transition, la CNESST a d’ailleurs publié des outils pour soutenir les employeurs souhaitant implanter ou encadrer le télétravail.Pour en savoir plus sur les outils disponibles, vous pouvez visiter le www.cnesst.gouv.qc.ca/fr/prevention-securite/milieu-travail-sain/teletravail-politique-entente.

La CNESST tient également à rappeler que l’employeur doit mettre en œuvre les mesures de prévention suivantes :

- élaborer une procédure d’exclusion des personnes symptomatiques et la mettre en œuvre;

- respecter la distanciation physique d’un mètre dans les espaces de bureaux;

- installer ou maintenir des barrières physiques si la distanciation ne peut pas être respectée, ou obliger le port d’un masque de qualité;

- promouvoir le lavage des mains et l’étiquette respiratoire (tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le coude);

- planifier le retour graduel et ordonné de son personnel, ce qui permet de vérifier l’efficacité et le respect des mesures de prévention mises en place;

- informer les travailleuses et les travailleurs des mesures de prévention devant être respectées.

Les plus lus

Une expansion hors des prévisions

ÉCONOMIE. Lorsqu’ils ont racheté l’École de conduite Lotbinière le 1er février 2021, Gabriel et Anthony Beaudet, Chantal Croteau et Anaïs Deslauriers avaient comme projet de faire grandir l’entreprise. Neuf mois plus tard, leurs prévisions ont toutes été dépassées.

La pénurie de main-d’œuvre toujours aussi présente

ÉCONOMIE. En 2021, le taux de chômage en Chaudière-Appalaches est passé de 4 % en janvier à 2,9 % en décembre, une bonne nouvelle au premier coup d’œil. Cependant, les employeurs de la région ne le voient pas de la même façon, surtout dans le secteur manufacturier qui peine à attirer des travailleurs.

Cri à l’aide et résilience

ÉCONOMIE. À moins de 24 heures de préavis, les restaurants du Québec ont été obligés de fermer leurs portes la veille du jour de l’an. Ceux de la MRC de Lotbinière n’y ont pas échappé. Si certains de ces entrepreneurs s’en tirent mieux, d’autres sont poussés dans leurs derniers retranchements.

Fromagerie Victoria ouvre ses portes à Laurier-Station

ÉCONOMIE. Fromagerie Victoria a ouvert, le 13 janvier dernier, son 18e établissement. Ce dernier a pignon sur rue à Laurier-Station, au 138, boulevard Laurier.

Un nouveau directeur général pour Evol

ÉCONOMIE. Evol (anciennement Femessor) a nommé son nouveau directeur général pour la Chaudière-Appalaches. Il s’agit de Dany Rodrigue.

Omicron s’invite dans la crise

ÉCONOMIE. La vitesse de propagation du variant Omicron de la COVID-19 change la donne pour les entreprises. Déjà qu’elles doivent composer avec une pénurie de main-d’œuvre, elles devront prendre en compte l’absentéisme provoqué par un résultat positif à un test de dépistage d’un employé ou d’un proche.

Autobus Auger passe à l’électrique

TRANSPORT. Autobus Auger vient de confirmer, le 27 janvier, la signature d’une entente de cinq ans avec l’entreprise Girardin pour l’acquisition de 50 autobus scolaires électriques.