Richard St-Laurent prévoit donner un nouveau visage au Domaine du Radar. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

TOURISME. Le propriétaire du Domaine du Radar, Richard Saint-Laurent, compte faire du mont Sainte-Marguerite un incontournable d’ici 2020. On en sait maintenant un peu plus sur son projet évalué à 5 M$, qui comprend un spectacle multimédia immersif.

«Saint-Sylvestre est devenu une destination touristique. Avec mon projet, ce sera plus fort encore», a lancé Richard St-Laurent.

Le programme est chargé pour le promoteur qui souhaite restaurer le bunker, colmater les fissures sur le toit, y aménager un bistro au 3e étage et une terrasse sur le toit. «Ça fait partie du patrimoine de la région. Il faut le conserver.» S’ajoute la mise en place d’un relais de motoneige qui arrivera directement dans le bunker.

Enfin, la pièce maîtresse sera le spectacle Lumens Militar conçu par Dufour Maison de création. «Le client prendra part à l’expérience. Il va entrer, on va lui donner un masque à gaz, il se fera décontaminer, on va l’embarquer dans un autobus. Chaque personne aura son rôle dans le parcours», a résumé M. St-Laurent. La présentation misera sur les mythes et légendes entourant le site et sera bonifiée par des projections extérieures visibles jusqu’à Québec, par temps clair.

Exclusivité au Québec

Richard St-Laurent ne s’arrête pas là. Il a signé une entente avec l’entreprise autrichienne Brandauer pour l’aménagement d’une descente de luge sur rail. Le circuit de plus de 1 km sera accessible en été et en hiver. Les lugeurs pourront atteindre des vitesses allant jusqu’à 60 km/h. «C’est unique. Les plus proches sont à Revelstoke, en Colombie-Britannique et au Montana.»

Il veut également donner un nouveau visage au centre de glisse. Les pistes auront un dénivelé de 300 pieds et une longueur de 200 à 300 mètres, ce qui surpassera, d’après lui, ce qu’on retrouve à Tewkesbury. Il prévoit aussi installer une plage en bordure du lac et réaménager l’ancien centre sportif en salle multifonctionnelle.

Retombées

L’impact sur l’économie de la région sera non négligeable d’après M. St-Laurent. Déjà, il permettra la création de 75 emplois. Les opportunités pour les villages voisins seront aussi importantes, notamment en ce qui concerne l’hébergement. «Tout va exploser. Il faudra faire de l’espace pour le camping et le stationnement.»

Richard St-Laurent base ses prévisions sur le succès qu’a connu Coaticook avec le spectacle Foresta Lumina. «La première année, ils ont eu 70 000 visiteurs, l’année suivante c’était 160 000. J’ai la prétention de dire qu’on ne peut pas aller en bas de ces chiffres avec Québec à côté.»

Appui de la communauté

Richard St-Laurent bénéficie déjà d’un fort appui à Saint-Sylvestre. «Nous sommes bien fiers de Richard et de son équipe. Il est parti de loin. C’est la première fois que nous avons un promoteur aussi sérieux pour la montagne», a souligné le maire, Mario Grenier. Sa présentation au conseil des maires de la MRC a également convaincu les autres élus. «C’est un projet d’envergure qui semble très intéressant», lui a indiqué le préfet Normand Côté.

«Cela permettra à la MRC de Lotbinière d’avoir un deuxième pôle de développement touristique majeur au sud», a mentionné la conseillère en développement touristique au CLD de Lotbinière, Marie-Ève Lacasse.

Toutefois, l’aide et l’appui des instances locales ne seront pas suffisants pour concrétiser la vision de M. St-Laurent. Il aura besoin du support du ministère du Tourisme. À ce propos, il doit déposer prochainement une demande de subvention.

 

 

Les plus lus

Pénurie de main-d’œuvre : la TREMCA revient à la charge

ÉCONOMIE. La Table régionale des élus de Chaudière-Appalaches (TREMCA) a rencontré, le 14 septembre, les candidats de quatre des cinq principaux partis politiques de la Chaudière-Appalaches. Ils les ont sensibilisés à l’importance d’adopter des mesures tangibles pour assurer la pérennité de l’économie et contrer la pénurie de main-d’œuvre.