Développement économique Canada a accordé pour près de 2 M$ de prêt à quatre entreprises de la région. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ÉCONOMIE. Développement économique Canada (DEC) a confirmé une aide de 1,9 M$, sous forme de prêt remboursable, à quatre entreprises de la Chaudière-Appalaches. L’argent accordé par Ottawa permettra à DK-Spec, Fromagerie Bergeron, Miroir Laurier et ValConcept de poursuivre leur croissance.

Cette somme génèrera des investissements totaux de 7,5 M$ dans les quatre sociétés et favorisera, du même coup, la création de 23 emplois.

DK-Spec

L’entreprise, qui a pignon sur rue dans le quartier Saint-Nicolas, doit investir 1,3 M$ pour acquérir et installer des équipements de production et d’automatisation numériques. L’aide du gouvernement se chiffre à 500 000 $.

Cette modernisation est nécessaire, estime le président de DK-Spec, Clermont Levasseur. Les coûts de production souffrent actuellement de la surtaxe sur l’acier et l’aluminium «On a réussi à les améliorer avec l’automatisation. Le nerf de la guerre, c’est l’automatisation et la main-d’œuvre afin de répondre aux critères des clients.»

L’entreprise est spécialisée dans la commercialisation d’outils de coupe industriels pour les entreprises manufacturières de l’industrie forestière et du bois d’œuvre. Elle doit aussi offrir des produits à valeur ajoutée pour se démarquer de la concurrence chinoise.

Fromagerie Bergeron

Les frères Bergeron poursuivent la modernisation de leur usine de Saint-Antoine-de-Tilly. Ils investiront 4,4 M$ pour l’acquisition et l’installation d’une nouvelle ligne de production, un système de lavage, des bassins, une écrémeuse et un progiciel de gestion intégrée

«Connaître [l’état] de la production à la fin de la journée pour être capable de corriger le tir si le rendement n’est pas à point. Avec le système actuel, il y a un délai de deux à trois semaines», a expliqué le président de l’entreprise, Roger Bergeron. Ces équipements permettront également de limiter les pertes de lait dans le processus de production de fromage.

Le prêt du fédéral se chiffre à 700 000 $. Il s’ajoute à une contribution de 3,9 M$ accordée en mars 2018. L’entreprise avait alors annoncé un investissement de 20 M$ pour améliorer sa productivité et son efficacité.

Miroir Laurier

Le gouvernement alloue deux prêts à l’entreprise de Laurier-Station. Le premier, de 240 000 $, permettra l’achat et l’installation d’équipements stratégiques comme une machine de façonnage et une laveuse pour le four de trempe. DEC accorde également une contribution de 290 000 $. L’argent sera utilisé à la modernisation de la ligne de fabrication des unités de verre scellées et à acquérir un système de traitement des eaux.

«C’est notre expertise technique et notre parc de machines qui nous permet de réaliser des produits de plus en plus spécialisés. Notre capacité à nous démarquer de la compétition, c’est d’anticiper les besoins de l’industrie et les tendances du marché», a soutenu la vice-présidente exécutive de l’entreprise, Mélanie Mercier.

Pour concrétiser ses deux projets, Miroir Laurier investira une somme d’un peu plus de 1,3 M$.

ValConcept

Spécialisé dans la fabrication de moustiquaires, ValConcept prévoit des investissements de 400 000 $ pour automatiser sa production.

«Les usines de portes et fenêtres ne font plus ce genre de production [moustiquaires]. Elles vont en sous-traitance. On ne réussit pas à répondre à la demande. On refuse des contrats parce que toute l’opération est manuelle, c’est complexe», a expliqué le président de Val-Concept, Daniel Roy.

L’aide fédérale de 250 000 $ permettra à la compagnie, qui a des usines à Saint-Apollinaire et à Val-Alain, de faire l’acquisition de deux robots qui feront passer la production quotidienne de 2 500 à 3 000 moustiquaires.

 

 

Les plus lus

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Logistik Unicorp produira des millions de blouses pour le secteur médical

ÉCONOMIE. L’entreprise Logistik Unicorp vient tout juste de signer un important contrat avec le gouvernement canadien. Son réseau d’usines et de sous-traitants, une vingtaine en tout, confectionnera des millions de blouses de protection destinées aux travailleurs de la santé de tout le pays.

Prestation travailleurs essentiels : inscription selon le mois de naissance

EMPLOI. Les travailleurs admissibles au Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels (PIRTE) pourront déposer leur requête auprès de Revenu Québec dès le 19 mai. Afin d’alléger le processus, un calendrier d’inscriptions en lien avec le mois de naissance a été établi.

Relance du secteur agroalimentaire : Sollio propose des solutions

AGRICULTURE. Le président de Sollio Groupe Coopératif, Ghislain Gervais, s’est fait entendre devant le panel sur l’autosuffisance et les chaînes d’approvisionnement dans le contexte de la COVID-19, le 26 mai. Il a partagé avec le gouvernement fédéral certaines pistes de réflexion pour limiter les conséquences de la COVID-19 à court et long terme sur la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire.

Plus de 5M$ aux producteurs de maïs-grain affectés par la crise du propane

AGRICULTURE. La Financière agricole du Québec a confirmé une aide supplémentaire de 5,2 M$ aux producteurs de maïs et de grain. Le versement de l’argent annoncé le 12 mai s’ajoute à un montant déjà confirmé de 60 M$ pour soutenir ceux qui ont été lourdement affectés par la crise du propane de l’automne 2019.

L’industrie du textile a besoin de travailleurs

ÉCONOMIE. Depuis quelques semaines, l’industrie du textile fait face à un heureux problème. La signature de contrats avec le gouvernement fédéral pour la confection de matériel de protection pour le secteur médical a amené les entreprises à fonctionner à plein régime. C’est le cas de Logistik Unicorp dont les usines et sous-traitants doivent embaucher plus de personnel pour répondre à la demande.