Pauline Harrisson en compagnie d’une jeune pensionnaire de l’orphelinat qu’elle visite régulièrement. Crédit photo : Courtoisie

SOCIÉTÉ. Consciente que la pénurie de main-d’œuvre qui touche actuellement le Québec affecte également les entreprises de la région, l’Apollinairoise Pauline Harrisson souhaite mettre l'épaule à la roue. Elle veut faire venir au Québec 10 jeunes Haïtiens à titre de travailleurs temporaires ou saisonniers. Malgré toute sa bonne volonté, elle se bute à la lourdeur bureaucratique. Elle lance un cri du cœur afin qu’on l’aide à ouvrir les portes à ces jeunes.

«Ils sont déjà identifiés, ils ont leur passeport depuis septembre 2018 et ils sont prêts», a-t-elle affirmé d’entrée de jeu.

Si tout avait été comme elle le souhaitait, ils seraient ici. Ce qu’elle ne comprend pas, c’est pourquoi il est si difficile de faire venir des jeunes motivés à travailler, alors que les entreprises cherchent intensément du personnel. En juillet, le taux de chômage en Chaudière-Appalaches se situait à 2,3 %

«Le problème, c’est la lourdeur de la paperasse. Ce dont j'ai besoin, c'est d’une entreprise qui me dira: "Nous on va t’aider en les engageant, mais en contrepartie envoie-nous les meilleurs parce que ça coûte cher".»

Pauline Harrisson explique que ces frais peuvent s’élever à au moins 10 000$ pour un seul travailleur. L’expérience, si elle échoue, n’est donc pas profitable à une petite entreprise.

«Je discutais avec Judith [Riopel, du Carrefour jeunesse emploi] qui me confirmait que c’est déjà arrivé que des employés, qui avaient été recrutés à l’étranger, retournent dans leur pays. Une fois ici, ils n’arrivaient pas à s’adapter parce qu’ils n’avaient pas été préparés.»

La préparation c’est, selon elle, la clé de la réussite et c’est ce qu’elle fait. Elle travaille en amont afin de valider les qualifications et de trouver «les meilleurs», ceux qui seront capables de soutenir le rythme dans les entreprises québécoises. Depuis son premier voyage à Haïti, elle y est retournée plusieurs fois pour rencontrer ces jeunes, les évaluer et elle ne s’est pas contentée de discuter avec eux.

«Souvent, je fais des simulations. Par exemple, je les convoque à 9h le lendemain matin pour faire différents travaux et nettoyer la cour [de l’orphelinat]. Ceux qui arrivent à 9h15, je leur donne congé puisque chez nous ça ne fonctionne pas de cette façon, mais ça, personne ne leur a dit.» Ces exercices lui permettent ainsi de voir qui, parmi eux, sont ponctuels, proactifs, créatifs et ont un potentiel de meneur.

Son implication ne s’arrêtera pas une fois que les jeunes seront ici. Pauline Harrisson indique qu’elle souhaite les héberger et leur fournir le suivi nécessaire afin qu’ils débutent dans de bonnes conditions et puissent, par exemple, entrer à l'heure au travail tous les jours.

Coup de foudre

Cette histoire d’amour avec ces jeunes Haïtiens a commencé l’année dernière, en juin, lorsqu’elle s’était rendue une première fois dans un orphelinat de Croix-des-Bouquets comme travailleuse humanitaire.

Là, elle a fait la rencontre d'enfants, mais a aussi été étonnée d’y voir des adolescents, presque de jeunes adultes, qui devront bientôt quitter la sécurité de ce refuge avec pratiquement rien devant eux.

«Je me suis demandé ce que je pourrais faire pour faire la différence dans la vie de ces grands-là.»

Par la suite, elle y est allée plusieurs fois pour les rencontrer et cibler ceux qui pourraient travailler au Québec. «Ce qu’ils veulent, c’est de travailler pour, ensuite, retourner dans leur pays soutenir leur famille comme le font les Mexicains.»

Enfant, Pauline Harrisson a été adoptée. Aujourd’hui, elle souhaite partager la chance qu’elle a eue avec ces jeunes pour qui elle a eu un coup de cœur.

«Quand je suis arrivée là, ça m’a complètement déchirée. J’ai eu de la chance, j’ai eu des enfants et des petits-enfants. [...] Si je suis arrivée là, ce n’est pas pour rien», a-t-elle affirmé.

 

Les plus lus

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Un virage web payant

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise de la COVID-19, certaines entreprises québécoises ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Meubles South Shore. Le fabricant de meubles basé à Sainte-Croix a vu ses ventes en ligne bondir de 90%.

Desjardins investira plus de 160 M$ pour favoriser la relance économique

ÉCONOMIE. Alors que le Québec amorce la reprise de ses activités, le Mouvement Desjardins a annoncé, le 29 avril, la mise en place de diverses initiatives afin de favoriser la relance économique de la Belle Province et de l'Ontario. La coopérative financière basée à Lévis investira notamment 160 M$ pour ce motif.

Les Confections Joly prête pour la reprise des activités

ÉCONOMIE. Au cours des prochains jours et des semaines à venir au Québec, l’économie reprendra graduellement. Toutefois, les entreprises devront respecter des normes sanitaires strictes lors de leur réouverture. De son côté, les Confections Joly est prête à recommencer ses activités.

Aide fédérale en agriculture : insuffisante selon Sollio

AGRICULTURE. Si l’aide de 252 M$ accordée par le gouvernement fédéral au milieu agricole de tout le Canada est saluée, selon plusieurs représentants du milieu elle est «nettement insuffisante». Sollio Groupe Coopératif (anciennement la Coop Fédérée) joint sa voix à plusieurs autres porte-parole du milieu, dont celles de l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec et de la Fédération canadien...

Logistik Unicorp produira des millions de blouses pour le secteur médical

ÉCONOMIE. L’entreprise Logistik Unicorp vient tout juste de signer un important contrat avec le gouvernement canadien. Son réseau d’usines et de sous-traitants, une vingtaine en tout, confectionnera des millions de blouses de protection destinées aux travailleurs de la santé de tout le pays.

De nouveaux webinaires pour les entrepreneurs

ÉCONOMIE. La SADC de Lotbinière, le département de développement économique de la MRC de Lotbinière et le Carrefour emploi Lotbinière poursuivent leurs efforts afin d’outiller les entreprises dans la poursuite de leurs affaires en temps de pandémie. Une série de webinaires gratuits sera offerte tous les vendredis du mois de mai.

Prestation travailleurs essentiels : inscription selon le mois de naissance

EMPLOI. Les travailleurs admissibles au Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels (PIRTE) pourront déposer leur requête auprès de Revenu Québec dès le 19 mai. Afin d’alléger le processus, un calendrier d’inscriptions en lien avec le mois de naissance a été établi.

Plus de 5M$ aux producteurs de maïs-grain affectés par la crise du propane

AGRICULTURE. La Financière agricole du Québec a confirmé une aide supplémentaire de 5,2 M$ aux producteurs de maïs et de grain. Le versement de l’argent annoncé le 12 mai s’ajoute à un montant déjà confirmé de 60 M$ pour soutenir ceux qui ont été lourdement affectés par la crise du propane de l’automne 2019.

Relance du secteur agroalimentaire : Sollio propose des solutions

AGRICULTURE. Le président de Sollio Groupe Coopératif, Ghislain Gervais, s’est fait entendre devant le panel sur l’autosuffisance et les chaînes d’approvisionnement dans le contexte de la COVID-19, le 26 mai. Il a partagé avec le gouvernement fédéral certaines pistes de réflexion pour limiter les conséquences de la COVID-19 à court et long terme sur la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire.