Le président de l’UPA, Marcel Groleau. (Crédit photo : Capture d’écran)

ÉCONOMIE. Dans une lettre envoyée au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, l’Union des producteurs agricoles a demandé au gouvernement fédéral de laisser la frontière ouverte pour accueillir les travailleurs étrangers temporaires.

«Nous avons besoin de ces travailleurs chez nous. Les inconvénients sont largement supérieurs aux risques […] C’est urgent. Certains producteurs doivent décider [dans les prochains jours] s’ils démarrent leur saison ou non», a plaidé le président de l’UPA, Marcel Groleau, lors d’un point de presse le tenu le 18 mars.

Annuellement, le secteur agricole québécois reçoit quelque 16 000 travailleurs étrangers temporaires principalement originaires du Mexique et du Guatemala. Ils jouent un rôle important dans la bonne marche de l’industrie agricole québécoise, notamment dans les secteurs horticole et maraîcher.

En été, a rappelé l’UPA, plus de 80% de l’approvisionnement en fruits et légumes frais provient des producteurs québécois. Des difficultés d’approvisionnement engendreraient «une explosion des prix», a ajouté M. Groleau.

Afin d’assurer la venue sécuritaire de ces travailleurs, l’UPA a suggéré au gouvernement fédéral une série de mesures à appliquer.

Notamment, ils seraient amenés au Canada par des vols nolisés et non commerciaux, devraient subir un contrôle médical avant leur départ. À leur arrivée, ils seront pris immédiatement en charge par les employeurs et transportés directement vers la ferme ou un lieu de quarantaine. L’UPA propose également qu’ils soient regroupés par date d’arrivée et groupe de travail.

Du même souffle, Marcel Groleau a lancé un appel aux Québécois qui se retrouveront sans emploi dans les prochaines semaines en raison de la crise provoquée par la pandémie de la COVID-19. Les personnes qui souhaiteraient offrir leurs services aux entreprises agricoles. Ils peuvent soumettre leur candidature dans les Centres d’emploi agricole du Québec.

Rappelons que la frontière canadienne a été fermée à tous les voyageurs étrangers le 16 mars, sauf pour les Américains. Deux jours plus tard, le président américain, Donald Trump, confirmait la fermeture quasi complète de la frontière canado-américaine. Jusqu'à nouvel ordre, seuls les échanges commerciaux seront permis.

 

 

Les plus lus

Important investissement à Saint-Narcisse-de-Beaurivage

ÉCONOMIE. Avantis Coopérative a confirmé, ce matin, un investissement de 650 000 $ à Saint-Narcisse-de-Beaurivage pour transformer et moderniser ses installations commerciales.

Une aide fédérale pour soutenir les petites entreprises touristiques

TOURISME. Le gouvernement fédéral a confirmé, le 11 janvier, une aide de 40 M$ accordée à la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Réseau des SADC et CAE. Cette somme permettra de soutenir les petites entreprises du secteur touristique.

Des équipements agricoles qui coûteront plus cher en 2023

ÉCONOMIE. Financement agricole Canada (FAC) estime que la demande pour l’équipement agricole restera vigoureuse en 2023.

Moulures 2000 et Alnordica Fabrication se regroupent

ÉCONOMIE. Moulures 2000, de Saint-Patrice-de-Beaurivage, et Alnordica Fabrication, de Saint-Lambert-de-Lauzon, ont confirmé le 2 février le regroupement de leurs entreprises en une seule entité d’affaires.

Daniel Voyer quittera Développement PME

ÉCONOMIE. Le directeur général de Développement PME (DPME0, Daniel Voyer, quittera son poste le 31 mars prochain.

Un brunch du Nouvel An inspirant

ÉCONOMIE. Une soixantaine de personnes se sont réunies le 27 janvier dernier au Club de golf de Saint-Gilles à l’occasion du 10e Brunch du Nouvel An. L’événement organisé par la SADC de Lotbinière avait invité comme conférencier Dominic Gagnon, cofondateur de Connect&Go.