Ce ne sont pas toutes les femmes qui peuvent ou qui veulent avoir des enfants. (Crédit photo : Courtoise)

SOCIÉTÉ. Le jugement et les préjugés de la société envers les femmes sans enfants peuvent être très lourds. Ayant dû faire le deuil de la maternité, Catherine-Emmanuelle Delisle comprend bien cette réalité. À travers son blogue et les conférences, elle souhaite donner une voix à ces femmes. Elle sera de passage dans la région au Centre Femmes, à Saint-Flavien, le 23 avril.

«J’offre cette conférence pour permettre aux gens de mieux comprendre ces femmes. Pourquoi juge-t-on? En général, c’est par méconnaissance, par peur de la différence. Je veux parler d’elles, expliquer ce qu’elles vivent. Pour certaines, ce n’est pas une option. Je souhaite aussi montrer que c’est possible d’être accomplie et heureuse en dehors du modèle et que c’est un choix acceptable de ne pas avoir d’enfant», a-t-elle mentionné à propos de sa conférence Vivre sans enfant : une réalité à découvrir et à reconnaître.

Mme Delisle abordera différents sujets : le deuil de la non-maternité, le choix de ne pas avoir d’enfant, le regard de la société et des médias envers les femmes sans enfant, le parcours de vie sans enfant et les façons d’interagir de manière empathique avec les personnes qui n’ont pas d’enfant. Elle présentera aussi deux entrevues réalisées avec des femmes de son entourage.

«Je mets de l’avant des modèles de femmes accomplies. Elles décrivent ce qu’elles aimeraient recevoir de leurs proches comme soutien, ce qu’elles pensent du regard de la société sur elles. À la suite de ces témoignages, j’anime une discussion avec les participantes.»

Situation difficile

À 14 ans, la conférencière a appris qu’elle ne pourrait pas avoir d’enfants. S’en est suivi un long deuil qu’elle a eu de la difficulté à gérer et qu’elle a pu enfouir en elle pendant des années. Au fil du temps, Mme Delisle a construit sa vie, elle est devenue enseignante, mais la réalité l’a rattrapée dans la trentaine.

«Je n’en pouvais plus. Il fallait que je règle ça. C'était trop intense et j’ai décidé de suivre un genre de thérapie par Internet. À la fin de ce coaching, six mois plus tard, je me suis rendu compte que je me retrouverais encore toute seule avec mes questions. Je me suis demandé ce que je pourrais faire et j’ai créé le blogue femmesansenfant.com en 2012 et j’ai commencé à écrire sur le sujet.»

À travers ses publications, elle donne une voix aux femmes qui n’ont pas d’enfant, que ce soit par choix ou pour des raisons médicales. «Le cœur de mon travail, c’est de les rendre visibles dans la société. Ça fait partie du problème, on n’en parle pas.»

Utile

Catherine-Emmanuelle Delisle estime son travail nécessaire puisqu’encore aujourd’hui, les préjugés sont nombreux envers ces femmes. «Pour beaucoup, ce n’est pas acceptable socialement de faire le choix de ne pas en avoir. On nous dit qu’on devrait, que notre contribution ultime à la société, c’est de faire des enfants.»

Cette façon de penser est la preuve, selon elle, qu’on n’en parle pas suffisamment. Comme pour l’homosexualité, le travail sera long, mais nécessaire pour s’ouvrir à ce choix de vie.

 

 

 


Les plus lus

Forages : Joly ne reviendra pas sur sa décision

ENVRIONNEMENT. Le dossier des forages à Joly continue de faire des remous au sein d’une partie population qui s’oppose au projet de l’entreprise gazière Ressources Utica. En août dernier, le comité des citoyens de Joly a même déposé une lettre à l’attention du conseil municipal pour tenter de le convaincre de revenir sur sa position favorable à l’élaboration du forage d’un puits sur une terre agri...

Saint-Apollinaire : l’École des Sentiers prête pour la rentrée

OUVERTURE. En vue de la rentrée scolaire, l’heure est à la finalisation de l’ameublement à la nouvelle école primaire des Sentiers de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) à Saint-Apollinaire.

Famille nombreuse, famille heureuse

PORTRAIT. Ils étaient sept et ils seront bientôt neuf. Olivier, Malik, Dylan, William, Léa-Kim et leurs parents attendent impatiemment l’arrivée des deux nouveaux membres de leur grande famille, les jumeaux nés sur la route 116 dans la nuit du 19 au 20 août.

La CSDN pourra agrandir deux écoles primaires

Le président de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), Jérôme Demers, a annoncé, le 27 août lors d’une séance régulière du conseil des commissaires de l’instance, que le ministère de l’Éducation a autorisé le financement de l’agrandissement des écoles primaires du Grand-Voilier, à Saint-Nicolas, et des Sentiers, à Saint-Apollinaire.

Les fermes de Lotbinière ouvrent leurs portes

ACTIVITÉ. La 17e édition des portes ouvertes sur les fermes de l’UPA se tiendra le dimanche 8 septembre entre 10h et 16h, alors que plus de 100 fermes au Québec accueilleront les visiteurs. Deux fermes seront quant à elles hôtesses de l'activité sur le territoire de Lotbinière.

2 M$ pour le Cégep de Thetford

INVESTISSEMENTS. Afin de renforcer ses activités de recherches et d’améliorer la qualité des formations et des services offerts aux étudiants, le Cégep de Thetford, qui possède un campus à Saint-Agapit, bénéficie d’une aide de 2 M$ supplémentaires.

La santé et l’environnement par les semences

RÉCOLTES. Si quelques pratiques traditionnelles comme le fait de cultiver un jardin ont été délaissés au fil du temps, la tendance veut que les gens en reviennent à la base. Arrivés de l’Estrie en novembre 2018 pour s’établir à Sainte-Agathe-de-Lotbinière, Ariane B. Louis-Seize et Roby Gobeil songent à populariser davantage leur mode de culture, la semence artisanale.

Une carte interactive des transports alternatifs à l’auto solo

Pour trouver facilement les moyens de transport actif et collectif dans Lotbinière et partout en Chaudière-Appalaches, une nouvelle plateforme est en ligne depuis lundi 20 août.

Dosquet ne construira pas de nouveau gymnase

SOCIÉTÉ. Sur la table depuis 2017, le projet de construction d’un gymnase à Dosquet, sur le terrain de l’actuel centre social, a finalement été laissé de côté par la municipalité.

Le français s’ouvre aux travailleurs temporaires

IMMIGRATION. Les employeurs de Lotbinière sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le recrutement international pour pourvoir les postes qui demeurent vacants au sein de leurs entreprises, faute de main d’œuvre. Ainsi, depuis juillet, le ministère de l’Immigration a annoncé une bonification de l’aide pour les travailleurs étrangers temporaires en ce qui a trait à leur francisation. ABC Lotb...