Ce ne sont pas toutes les femmes qui peuvent ou qui veulent avoir des enfants. (Crédit photo : Courtoise)

SOCIÉTÉ. Le jugement et les préjugés de la société envers les femmes sans enfants peuvent être très lourds. Ayant dû faire le deuil de la maternité, Catherine-Emmanuelle Delisle comprend bien cette réalité. À travers son blogue et les conférences, elle souhaite donner une voix à ces femmes. Elle sera de passage dans la région au Centre Femmes, à Saint-Flavien, le 23 avril.

«J’offre cette conférence pour permettre aux gens de mieux comprendre ces femmes. Pourquoi juge-t-on? En général, c’est par méconnaissance, par peur de la différence. Je veux parler d’elles, expliquer ce qu’elles vivent. Pour certaines, ce n’est pas une option. Je souhaite aussi montrer que c’est possible d’être accomplie et heureuse en dehors du modèle et que c’est un choix acceptable de ne pas avoir d’enfant», a-t-elle mentionné à propos de sa conférence Vivre sans enfant : une réalité à découvrir et à reconnaître.

Mme Delisle abordera différents sujets : le deuil de la non-maternité, le choix de ne pas avoir d’enfant, le regard de la société et des médias envers les femmes sans enfant, le parcours de vie sans enfant et les façons d’interagir de manière empathique avec les personnes qui n’ont pas d’enfant. Elle présentera aussi deux entrevues réalisées avec des femmes de son entourage.

«Je mets de l’avant des modèles de femmes accomplies. Elles décrivent ce qu’elles aimeraient recevoir de leurs proches comme soutien, ce qu’elles pensent du regard de la société sur elles. À la suite de ces témoignages, j’anime une discussion avec les participantes.»

Situation difficile

À 14 ans, la conférencière a appris qu’elle ne pourrait pas avoir d’enfants. S’en est suivi un long deuil qu’elle a eu de la difficulté à gérer et qu’elle a pu enfouir en elle pendant des années. Au fil du temps, Mme Delisle a construit sa vie, elle est devenue enseignante, mais la réalité l’a rattrapée dans la trentaine.

«Je n’en pouvais plus. Il fallait que je règle ça. C'était trop intense et j’ai décidé de suivre un genre de thérapie par Internet. À la fin de ce coaching, six mois plus tard, je me suis rendu compte que je me retrouverais encore toute seule avec mes questions. Je me suis demandé ce que je pourrais faire et j’ai créé le blogue femmesansenfant.com en 2012 et j’ai commencé à écrire sur le sujet.»

À travers ses publications, elle donne une voix aux femmes qui n’ont pas d’enfant, que ce soit par choix ou pour des raisons médicales. «Le cœur de mon travail, c’est de les rendre visibles dans la société. Ça fait partie du problème, on n’en parle pas.»

Utile

Catherine-Emmanuelle Delisle estime son travail nécessaire puisqu’encore aujourd’hui, les préjugés sont nombreux envers ces femmes. «Pour beaucoup, ce n’est pas acceptable socialement de faire le choix de ne pas en avoir. On nous dit qu’on devrait, que notre contribution ultime à la société, c’est de faire des enfants.»

Cette façon de penser est la preuve, selon elle, qu’on n’en parle pas suffisamment. Comme pour l’homosexualité, le travail sera long, mais nécessaire pour s’ouvrir à ce choix de vie.

 

 

 


Les plus lus

COVID-19 : Lotbinière repasse en zone rouge

SANTÉ. Comme toutes les autres MRC de la Chaudière-Appalaches, la MRC de Lotbinière passera demain à 20h en zone rouge et ses citoyens devront respecter des mesures supplémentaires. Cependant, les Lotbiniérois ne se voient pas imposer le reconfinement strict qui entrera aussi en vigueur jeudi à 20h dans la communauté métropolitaine de Québec, incluant Lévis, ainsi que dans la région de Gatineau.

Un feu d’artifice pour souligner l’arrivée du printemps

SOCIÉTÉ. La municipalité de Lotbinière célèbrera l’arrivée du printemps en grand. Le 20 mars prochain, le ciel de la municipalité sera illuminé par des feux d’artifice.

La MRC de Lotbinière passe au rouge foncé

SANTÉ. Le premier ministre du Québec, François Legault a annoncé, lors de son point de presse du 13 avril, que les mesures spéciales d’urgence seront prolongées jusqu’au 25 avril et s’appliqueront dorénavant à l’ensemble de la Chaudière-Appalaches y compris la MRC de Lotbinière, dès demain, à 20h.

COVID-19 : Lotbinière évite le reconfinement

PANDÉMIE. La MRC de Lotbinière ne fait pas partie des cinq MRC de la Chaudière-Appalaches où un confinement strict comme à Lévis sera en vigueur dès demain à 20h. Par voie de communiqué, le gouvernement du Québec a annoncé dimanche que les citoyens des MRC de Bellechasse, de La Nouvelle-Beauce (région de Sainte-Marie), des Etchemins, de Beauce-Sartigan (région de Saint-Georges) et Robert-Cliche (r...

Aires protégées : Nature Québec soulève des inquiétudes

ENVIRONNEMENT. Les propos tenus par ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, à propos du développement futur des aires protégées inquiète l’organisme Nature Québec. Le Journal de Québec rapportait récemment que le ministère pourrait exiger que les prochaines aires protégées du sud du Québec permettent des activités de foresterie.

Les écoles du CSSBE fermées la semaine prochaine

SANTÉ. En raison de la propagation de la COVID-19 et de l’augmentation importante des cas dans le secteur du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin (CSSBE), la direction régionale de la santé publique a exigé la fermeture des établissements scolaires sous sa responsabilité.

COVID-19 : 11 nouveaux cas découverts en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches, 11 résidents de la région ont appris, au cours des 24 dernières heures, qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : 41 cas en Chaudière-Appalaches et 1 009 au Québec

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 41 nouveaux cas et aucun décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches, ce 27 mars. Dans la province, le bilan fait état de 1 009 nouveaux cas et 8 décès.

Le port du masque chirurgical obligatoire en milieu de travail

SANTÉ. Dans un contexte où la COVID-19 se propage plus rapidement, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) exige, à partir de demain, le port en continu du masque chirurgical à l’intérieur dans les milieux de travail.

L’École Beaurivage se mobilise pour Leucan

COMMUNAUTÉ. Le 10 mai prochain, 90 élèves de la 5e année à la 5e secondaire et membres du personnel de l’École Beaurivage de Saint-Agapit passeront sous le rasoir et les ciseaux du Défi Têtes rasées. Leur objectif est ambitieux, mais ils sont en bonne voie de le réaliser. La journée du Défi, ils souhaitent remettre un chèque de 40 000 $ à Leucan.