(Crédit photo : Archives)

ÉDUCATION. La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) compte deux classes de maternelle 4 ans dans la MRC de Lotbinière. À la rentrée, elles regrouperont un total de 30 élèves. C’est ce qui ressort d’un relevé daté du 20 juin.

Les écoles du Chêne et de la Caravelle (Saint-Flavien) accueilleront chacune 15 enfants. Ces chiffres sont représentatifs de la situation actuelle. Toutefois, ils peuvent encore changer pendant l’été, indique la porte-parole de la CSDN, Louise Boisvert. Pour démarrer un groupe de maternelle quatre ans, il faut un minimum de six inscriptions.

L’implantation de ces deux classes ne s’est pas faite à coût nul. La CSDN a dû investir 36 500 $ à l’École du Chêne et 85 000 $ à l’École de la Caravelle. Dans les deux cas, cela inclut l’achat du mobilier. La différence entre les deux factures s’explique par la nature des travaux à réaliser.

«Il y a un effet domino. Ce n’est pas seulement l’aménagement de la classe qui a un coût, mais l’ensemble de tout ce qui est engendré par ces ajustements et ces déplacements», a indiqué la porte-parole de la CSDN, Louise Boisvert. L’aménagement d’une toilette pour les petits va peser lourd dans la balance, a-t-elle illustré.

Quant à la nouvelle École des Sentiers, qui est actuellement en construction, aucun espace pour accueillir des maternelles 4 ans n’est prévu. «Ce n’était pas dans les cartons à l’époque.» Il faut dire que les plans et la construction de l’école ont débuté avant le dépôt du projet de loi 5, en février. Toutefois, elle a été pensée de façon à ce qu’elle puisse être agrandie, si les besoins se font sentir, a rappelé Louise Boisvert.

Actuellement, la mise en place des maternelles 4 ans ne se fait pas de façon systématique. Tout comme pour le programme passe-partout, le choix des établissements où sont implantées les maternelles 4 ans se fait en fonction de l’indice de milieu socio-économique. Cette variable permet de déterminer dans quel type de milieu se trouve une école. Ces classes sont prioritairement accordées aux secteurs plus défavorisés.

Service apprécié à Saint-Narcisse 

La maternelle 4 ans est quelque chose de bien réel à l’École de l’Arc-en-Ciel de Saint-Narcisse. À la prochaine rentrée, ce sera la troisième année que l’école accueillera des petits de 4 ans dans ses murs.

«Dans le village, c’est un service qui est vraiment apprécié, a lancé la directrice de l’établissement, Mélanie Leclerc. On travaille les bases. On est dans un programme éducatif d’enfants de 4 ans. On n’est pas dans l’apprentissage de la lecture comme on peut voir avec les maternelles 5 ans.»

L’enseignante travaille plutôt sur la motricité fine et globale, le développement du langage et les habiletés sociales. Elle bénéficie du support d’une technicienne en éducation spécialisée 15 heures par semaine. Une orthophoniste fait aussi des visites sur une base régulière afin d’évaluer les besoins.

Les tout-petits ont également accès à un espace qui leur est réservé au rez-de-chaussée, ils ont des heures de récréation différentes et passent au moins une heure par jour à l’extérieur, a ajouté Mélanie Leclerc.

À la prochaine rentrée, le groupe de maternelle 4 ans devrait compter 6 élèves originaires de Saint-Patrice et de Saint-Narcisse. La plus récente cohorte comptait 10 élèves.

Actuellement, il est encore tôt pour voir les impacts sur les jeunes. La directrice de l’établissement estime qu’il faudra encore quelques années. Cependant, ils ont déjà été en mesure de faire certains constats. «Au début de l’année, nous avons remarqué que parmi les enfants qui entraient en maternelle 5 ans, ceux qui étaient passés par la maternelle 4 ans semblaient plus prêts et plus sécures. Toutefois, après les Fêtes, les niveaux d’autonomie étaient pratiquement les mêmes.»

Avant que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, dépose son projet de loi, les commissions scolaires pouvaient décider d’implanter des maternelles 4 ans en fonction de l’indice de milieu socio-économique. Saint-Narcisse était considéré comme un milieu plus défavorisé. À la prochaine rentrée, a précisé Mme Leclerc, la cote de défavorisation tombera.

 

 

Les plus lus

Patrice Coquereau veut déstigmatiser l’anxiété

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier, il était de passage à Leclercville le 25 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Sainte-Agathe uniformise ses adresses

SOCIÉTÉ. Trouver une adresse à Sainte-Agathe, pour qui n’y réside pas, peut causer bien des maux de tête. Les noms attribués aux routes 271 et 218 sont différents selon le secteur de la municipalité et, bien souvent, les numéros d'immeubles ne suivent pas d’ordre précis. Dans moins d’un mois, ce sera chose du passé. La municipalité a finalement complété l’harmonisation des adresses et le tout sera...

Dosquet réagit aux événements de la semaine

SOCIÉTÉ. Dosquet a réagi, le 8 août, aux événements survenus plus tôt sur son territoire. Une intervention policière d’envergure avait été déclenchée après qu’un homme en crise se soit barricadé chez lui

Manger Lotbinière un aliment à la fois

ÉCONOMIE. La cinquième édition des mois Goûtez Lotbinière aura lieu de septembre à décembre. Pendant toute cette période, plusieurs activités seront tenues afin de sensibiliser la population à l'achat d’aliments produits dans la MRC de Lotbinière.

Les marchés publics à l’honneur

AGRICULTURE. La 11e semaine québécoise des marchés publics se déroulera du 8 au 18 août. Quatre marchés de la Chaudière-Appalaches, dont deux de Lotbinière, participeront à l’activité.

Partir à la découverte de la forêt seigneuriale

SOCIÉTÉ. Encore méconnue du grand public, la forêt seigneuriale Joly de Lotbinière est pourtant la plus importante forêt publique des basses terres du Saint-Laurent. L'organisme Les Amis de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière propose de partir à sa découverte les 17 août et 14 septembre.

L’École Pamphile-Le May célèbrera ses 50 ans

ÉDUCATION. La prochaine rentrée scolaire marquera le début des célébrations du 50e anniversaire de l’École secondaire Pamphile-Le May de Sainte-Croix. Pour souligner l’événement, l’institution d’enseignement tiendra une journée spéciale le 5 octobre.

Des conducteurs plus prudents

SOCIÉTÉ. De cancres en matière de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, les citoyens de la Chaudière-Appalaches sont maintenant parmi les plus responsables de la province. Dans la dernière année, seuls 6 % d’entre eux indiquent avoir pris le volant après avoir consommé au-delà de la limite permise. C’est ce qui ressort d’un vaste sondage CROP mené auprès de 6 732 répondants (± 350 e...

Des relais pour en apprendre plus sur l’histoire de la MRC

SOCIÉTÉ. Les relais touristiques installés dans chacune des 18 municipalités de la MRC de Lotbinière ont subi une cure de rajeunissement. Tourisme Lotbinière a officiellement présenté le résultat de ces travaux le 7 août.

Virage réussi

AGRICULTURE. L’Expo de Lotbinière vient à peine de se clôturer que le directeur général de la Société d’agriculture de Lotbinière, Alain Falardeau, était tout sourire. Le virage à 180 degrés donné à l’événement a été payant. Les visiteurs ont été au rendez-vous de cette 49e édition qui a eu lieu du 7 au 11 août.