Le forage d’un puits de 2 500 mètres afin d’extraire et de stocker du gaz naturel conventionnel pourrait aller de l’avant si Ressources Utica obtient tous les permis nécessaires. (Crédit photo : Archives)

ENVRIONNEMENT. Le dossier des forages à Joly continue de faire des remous au sein d’une partie population qui s’oppose au projet de l’entreprise gazière Ressources Utica. En août dernier, le comité des citoyens de Joly a même déposé une lettre à l’attention du conseil municipal pour tenter de le convaincre de revenir sur sa position favorable à l’élaboration du forage d’un puits sur une terre agricole.

Par Émilie Pelletier – Collaboration spéciale

«Il s’agit d’un projet que nous avons accepté, que nous défendrons, et il n’est pas question de revenir en arrière», s’est d’emblée exprimé le maire de la municipalité, Bernard Fortier, en entrevue avec Le Peuple Lotbinière.

C’est toutefois ce que l’implore de faire Louise Richard, porte-parole du comité citoyen qui existe depuis 2012. Si le dossier perdure depuis environ 7 ans, elle affirme se frapper récemment à une administration municipale et à une entreprise «complètement fermées aux demandes des citoyens».

Le porte-parole de Ressources Utica, Yvan Loubier, avait d’ailleurs soutenu, lors d’activités d’information tenues en juillet, qu’il ne s’agissait pas de gaz de schiste et qu’il n’y aurait pas de fracturation hydraulique, désormais interdite dans la vallée du Saint-Laurent.

«C’est un projet sans fracturation, donc un projet acceptable. Ils veulent simplement voir si notre sous-sol est le même qu’à Saint-Flavien», a renchéri le maire de Joly, qui trouve que les craintes des résidents «sont non-fondées, parce qu’il n’y a pas eu de telle opposition à Saint-Flavien et ça fait 40 ans que ça marche».

«Coquille vide»

Mme Richard concède que ce qui a été présenté par Ressources Utica pour le forage d’un puits de 2 500 mètres, afin d’extraire et de stocker du gaz naturel conventionnel et qui pourrait aller de l’avant si elle obtient tous les permis nécessaires, est «en apparence inoffensif». Or, ce qui l’inquiète, elle et les membres qu’elle défend, c’est le contexte. «À notre avis, accepter ce projet revient à se mettre le bras dans l’engrenage», peut-on lire dans la lettre datée du 14 août déposée au conseil municipal.

Elle juge, en effet, douteux que la compagnie ait récemment embauché sept lobbyistes pour «influencer les décideurs […] pour favoriser le développement de la filiale des hydrocarbures au Québec.» Selon elle, d’autres projets de forages défendus par le mandat des lobbyistes visent les municipalités de Joly, Saint-Flavien, Val-Alain, Dosquet, Lyster et Notre-Dame-de-Lourdes, entre autres.

La création d’une seconde filiale de Ressources Utica, nommée Ressources Utica Joly, préoccupe également Mme Richard, étant donné que cette dernière «n’a pas d’établissement et aucun salarié au Québec», précise-t-elle en se basant sur le registre des entreprises du Québec et craignant que les recours contre la compagnie ne soient limités en cas de problème. «Créer une ‘’coquille vide’’ de ce genre est courant chez les compagnies qui veulent se protéger contre les poursuites et limiter les risques financiers», est-il également écrit dans la lettre.

Pied dans la porte

Louise Richard est convaincue que ce projet «n’est que le début» et qu’elle demande à la municipalité de Joly de revenir sur sa décision «pour protéger ses citoyens». 

Quant à lui, le maire Bernard Fortier demeure ferme. «On maintient notre position et par la suite, s’il y a des changements, on la réévaluera.»

 

Les plus lus

La relève agricole récompensée au gala de LARACA

AGRICULTURE. Trois entreprises agricoles de la MRC et Lotbinière et leurs propriétaires ont été récompensés lors de la septième Soirée hommage de la Relève agricole de la Chaudière-Appalaches (LARACA). L’événement qui a réuni plus de 160 personnes a eu lieu le 1er février, à Saint-Bernard.

Saint-Narcisse prépare son 150e anniversaire

SOCIÉTÉ. La municipalité de Saint-Narcisse-de-Beaurivage travaille sur les célébrations entourant son 150e anniversaire. Un comité a été mis sur pied le 29 janvier dernier pour élaborer sur les festivités qui se dérouleront en 2022.

Une fleuriste pas comme les autres

ARTISANAT. Constatant que la beauté des arrangements floraux est toujours éphémère, l’Issoudunoise Amélie Saucier souhaitait plutôt les voir durer dans le temps. C’est ainsi qu’elle a décidé d’utiliser le papier afin de créer de toute pièce des fleurs qui ne faneront jamais.

Maladie du coeur: une seconde chance

SOCIÉTÉ. Enceinte pour la première fois à 31 ans, l’Apollinairoise Nancy Côté, sentait que quelque chose n’allait pas bien. Active et en santé, elle a vu sa condition physique se détériorer pendant les derniers mois de sa grossesse. Ce que les médecins interprétaient comme des symptômes normaux liés à son état étaient en réalité la sonnette d’alarme de quelque chose de beaucoup plus grave. Son cœu...

Une aide pour le transport collectif en région

TRANSPORTS. Le gouvernement a confirmé, le 3 février, qu’il bonifiait son Programme d’aide au développement du transport collectif dans toutes les régions du Québec. Le programme bénéficiera d’une enveloppe globale de 513,8 M$ répartie sur deux ans.

De l’aide pour les proches aidants

SOCIÉTÉ. La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a confirmé, le 7 février dernier, que 545 000$ seraient investis en Chaudière-Appalaches pour améliorer les services offerts directement aux proches aidants.

Les glissades de Saint-Sylvestre de retour

FAMILLE. Pour une 13e année, les amateurs de glisse sont conviés à Saint-Sylvestre les 7, 8 et 9 février, près de l’église, au bout de la rue Delisle. La municipalité, le Club Lions de Saint-Sylvestre ainsi que la Corporation D.É.F.I. accueilleront les amateurs de sensations fortes dans le cadre des traditionnelles Glissades familiales de Saint-Sylvestre.

Des bornes de recharge performantes

TRANSPORTS. Hydro-Québec a dévoilé, le 3 février, les statistiques d’utilisation de ses bornes de recharge pour véhicules électriques. Deux des installations les plus fréquentées se retrouvent même dans la MRC de Lotbinière, à Saint-Apollinaire et à Laurier-Station.

Une réflexion sur l’avenir des églises

PATRIMOINE. Confrontée à la réalité que certaines églises devront fermer leurs portes dans les prochaines années, la MRC de Lotbinière a amorcé un processus de réflexion sur l’avenir de ces bâtiments situés sur son territoire. La journée Ciel mon église! se déroulera le 13 mars à la salle La Chapelle de Laurier-Station.

Saint-Patrice prépare les fêtes de son 150e anniversaire

SOCIÉTÉ. Ce sont 55 citoyens de Saint-Patrice-de-Beaurivage qui se sont réunis, le 4 février, à la salle communautaire de la municipalité pour assister à la soirée d’information sur les fêtes du 150e anniversaire de la municipalité. Saint-Patrice-de-Beaurivage célèbrera les 150 ans de sa fondation en 2021.