Le comité Parents-Secours de Saint-Agapit. (Crédit photo : Courtoisie)

SOCIÉTÉ. Soucieux de la sécurité des enfants de leur quartier, un groupe de parents de Saint-Agapit s’est réuni pour mettre sur pied un comité Parents-Secours. Le regroupement de Saint-Agapit, le premier du genre dans la MRC de Lotbinière, a officiellement été reconnu par Parents-Secours, le 4 juillet.

La mort tragique de la fillette martyre de Granby, au printemps, a fortement touché l’Agapitoise Renée-France Philibert. Cette dernière souhaitait apporter sa contribution afin de rendre son milieu de vie plus sécuritaire pour les enfants et les personnes vulnérables.

«C’est ce qui m’a fait allumer sur le fait que s’il y avait eu plus d’options pour elle, cela aurait peut-être changé quelque chose. Peut-être pas, mais, dans notre tête de parent, on essaie toujours de chercher [des solutions ou des explications]. J'ai consulté le site de Parents-Secours pour prendre des informations sur le fonctionnement», a-t-elle justifié.

Un appel à la mobilisation sur Facebook lui a permis de rassembler l’appui de plusieurs parents de la municipalité et de trouver les cinq membres qui forment actuellement le comité de Saint-Agapit. Ces derniers se chargeront des rencontres avec les personnes intéressées à devenir foyer-refuge en affichant la fameuse pancarte rouge et blanche.

«On travaille en collaboration avec les agents de la Sûreté du Québec de Laurier-Station. Tout sera vérifié, les antécédents judiciaires de la personne qui fait la demande, de son conjoint et de tous les enfants de plus de 12 ans qui vivent sous son toit. À partir du moment où tout est positif, on les rencontre une deuxième fois et on leur remet la pancarte et un contrat d’engagement», a poursuivi Mme Philibert.

Cette dernière croit que les premières affiches pourront être installées dans les vitres des foyers-refuges d’ici l’Halloween. En trois mois, elle espère qu’environ 25 résidences soient ciblées.

Support concret

Les foyers-refuges ne sont pas là uniquement en cas d’extrême urgence, a mentionné Renée-France Philibert. «Ça peut être un enfant qui revient de l’école en bus et qui a oublié sa clé. Il pourra aller cogner quelque part. Des adolescents le soir qui se promènent, l’un se fait intimider et ne veut pas marcher seul, il va pouvoir demander de l’aide. Ces situations peuvent nous sembler banales, mais pour eux, elles génèrent beaucoup d’anxiété.»

Par ailleurs, depuis 1992, a ajouté Mme Philibert, les personnes âgées en situation de détresse peuvent également solliciter de l'aide aux foyers-refuges et y trouver le support nécessaire.

Pour les personnes intéressées, une rencontre d’information aura lieu le 10 octobre à 19h30, au Complexe des Seigneuries. «C’est important en tant que communauté d’être là pour ces personnes qui en ont plus besoin

En plus du comité de Saint-Agapit, il en existe deux autres en Chaudière-Appalaches, l’un à Sainte-Claire-de-Bellechasse et l’autre à Thetford Mines.

 

 

 

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

SANTÉ. Au cours des 24 dernières heures, un nouveau cas d'infection au coronavirus a été découvert en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis. C'est ce qu'on peut lire dans le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur l'épidémie de COVID-19, publié mardi.

L'École de l'Épervière sera agrandie

ÉDUCATION. Lors d'une conférence de presse à Sainte-Marie le 4 septembre, la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, a annoncé que l'École de l'Épervière de Saint-Agapit sera agrandie.

COVID-19 : ceux qui ont visité le zoo Miller le 17 août appelés à se faire tester

CORONAVIRUS. Deux personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de dix personnes. Au Québec, le dernier bilan fait état de 111 nouveaux cas.

Future «ange gardienne» à 61 ans

SOCIÉTÉ. À 61 ans, Claudette Simoneau, a répondu à l’appel lancé par le premier ministre du Québec, François Legault. En juin dernier, elle est retournée sur les bancs d’école, à l’instar de plus de 9 000 autres Québécois, et a commencé la formation accélérée pour devenir préposé aux bénéficiaires. Depuis plus de quatre semaines, elle partage son temps entre des cours à distance et son stage au CH...

COVID-19 : six nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), six nouveaux cas confirmés d'infection au nouveau coronavirus ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures. La majorité de ces cas sont concentrés dans les MRC de Beauce-Sartigan (région de Saint-Georges) et des Appalaches (région de Thetford Mines).

COVID-19 : neuf nouveaux cas découverts dans la région pendant la fin de semaine

Depuis vendredi dernier, neuf nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches par les autorités sanitaires.

Traverser la Mongolie à dos de cheval

AVENTURE. Noémie Plante-Nappert vivra en 2022 une expérience que peu de Québécois auront la chance de vivre dans leur vie. La jeune femme originaire de Saint-Patrice-de-Beaurivage s’envolera alors pour la Mongolie où elle prendra part à la randonnée de charité Blue Wolf Totem, un périple de plus de 3 600 kilomètres.

COVID-19 : 18 nouveaux cas en 24 heures

SANTÉ. Au cours des 24 dernières heures, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé 18 nouveaux cas de COVID-19 sur le territoire.

COVID-19 : quatre nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

CORONAVIRUS. Dans son plus récent bilan régional publié mardi, le Centre de services intégrés de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé que quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures.

La piste de la discorde

SOCIÉTÉ. La légitimité de l’aménagement d’une piste de course en terre battue au Circuit Sainte-Croix Riverside Speedway au début du mois est au cœur d’un débat entre les exploitants de la piste de course et la municipalité. Le 10 septembre dernier, la Ville a mis en demeure les gestionnaires, estimant que les travaux réalisés par l’entreprise n’ont pas respecté le permis accordé une semaine aupar...