Les députés fédéraux Steven Blaney et Jacques Gourde en compagnie du président de Solugen, André Beaulieu Blanchette goûtent l’eau extraite de la filtration du lisier. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ENVIRONNEMENT. L’entreprise lévisienne Solugen a inauguré officiellement, le 29 octobre, ses premières installations de traitement du lisier de porc. Situées à Sainte-Agathe-de-Lotbinière, elles permettent de filtrer les déjections animales, d’en extraire l’eau et de valoriser la matière résiduelle.

Concrètement, le procédé permettra de récupérer jusqu’à 84 % du volume de lisier sous forme d’eau potable. Les résidus, soit 16 %, pourront être transformés en fertilisants: phosphore, azote et potassium.

Ainsi, les éleveurs pourront augmenter leur production sans acquérir de nouvelles terres et minimiser leur impact environnemental. «Avec notre système, on va éliminer 95% des GES liés à l’entreposage et à l’épandage du lisier ce qui représente la source la plus importante des odeurs et des GES», a indiqué le président de l’entreprise, André Beaulieu Blanchette.

Cette première unité a été mise en service en septembre et pourra traiter jusqu’à 10 000 tonnes annuellement.

«Chez les éleveurs de porcs, on a une devise : responsable par nature. J’y adhère à 100 %. La réalisation de ce projet passait par l’acceptabilité sociale et environnementale. Il nous permettra d’augmenter notre cheptel. Actuellement, à notre site de Sainte-Agathe, on a une production de 600 truies en sevrage hâtif. On veut l’amener à 1 500 truies dans la prochaine année», a indiqué le propriétaire de la ferme SBGB, Sylvain Bouffard.

Ce dernier estime que ces nouvelles installations favoriseront une cohabitation harmonieuse avec ses concitoyens.

Développement

«Le développement durable, c’est l’équilibre entre l’environnement et l’économie. On a une belle preuve qu’il n’y a pas de frein à la production porcine quand on la fait de façon intelligente», a souligné le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis à la Chambre des communes, Steven Blaney.

La technologie mise au point par Solugen attire déjà l’attention d’autres producteurs de porcs de la Chaudière-Appalaches, mais aussi de municipalités qui y voient une réponse aux inquiétudes des citoyens en matière d’environnement et d’odeur.

Cet intérêt déborde également des frontières québécoises. «Nous sommes déjà en contact avec des gens en Europe. Là-bas, l’eau coûte cher. […] Il manque de terre et l’impact environnemental du lisier est plus important», a souligné M. Beaulieu Blanchette.

Erreur payante

Jusqu’à présent plus de 3 M$ ont été investis dans la mise au point de cette technologie. D’ailleurs, c’est un peu par hasard qu’elle a été découverte.

Le père de M. Beaulieu Blanchette travaillait dans le secteur de la pyrolyse. Au début des années 2000, ce dernier cherchait une façon de filtrer des eaux fortement contaminées. En travaillant sur son système, une erreur de manipulation lui a permis de réduire de 1 000 fois le taux de contamination alors qu’il visait un liquide 10 fois moins pollué.

 

 

 

Les plus lus

Un cas de plus de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La région de la Chaudière-Appalaches compte à présent 509 personnes infectées par la COVID-19, soit une de plus qu’hier. C’est ce qui ressort du plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

COVID-19. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : la situation demeure stable dans Lotbinière

SANTÉ. On peut apprendre dans le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) que la situation demeure stable dans la MRC de Lotbinière.

COVID-19: la Santé publique est prête à faire face à la deuxième vague

SANTÉ. La progression de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches est au ralenti. Depuis le début du mois de juin, on signale l'apparition de moins d’un nouveau cas par jour. Ces chiffres encourageants permettent au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) de se concentrer sur l’arrivée d’une éventuelle deuxième vague.

Lieux publics intérieurs : les rassemblements de 50 personnes ou moins de nouveau autorisés

SANTÉ. En compagnie du Dr Richard Massé, conseiller médical stratégique à la Direction de la santé publique, le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a annoncé, le 15 juin, qu'il sera de nouveau permis de tenir un rassemblement de 50 personnes ou moins dans les lieux publics intérieurs dès lundi prochain.

COVID-19 : encore deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme hier, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches, selon ce que révèle les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie au Québec.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

ÉCONOMIE. Le ministère de l'Économie et de l'Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l'occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l'occasion de la fête du Canada.

COVID-19 : l'état de la situation à 18h30

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, ce qui porte le nombre de cas depuis le début de la pandémie à 513. C'est aussi ce 21 juin que le gouvernement du Québec a dévoilé les offres mises en place pour favoriser le tourisme dans la province cet été.

COVID-19 : deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Les finissants de Pamphile-Le May se disent au revoir

SOCIÉTÉ. Le parcours scolaire des finissants de l’École secondaire Pamphile-Le May de Sainte-Croix a été souligné le 18 juin dernier. Les élèves et leurs parents se sont réunis, en soirée, dans le stationnement de l’établissement pour un gala de fin d’année hors du commun.