Joanie Déry et Philippe Hardy en compagnie de leurs enfants Élizabeth et Édouard (photo1). Joanie Déry, Philippe Hardy avec Fernand Delisle et Sandra Bernier (photo2) (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

AGRICULTURE. Le premier jumelage de l’Arterre dans la MRC de Lotbinière s’est concrétisé à la mi-juin. Joanie Déry et Philippe Hardy de Saint-Édouard peuvent maintenant réaliser leur rêve de devenir maraîcher en louant une parcelle de terre au producteur bovin d’Issoudun, Fernand Delisle.

Souhaitant s’établir près de leur famille au Centre-du-Québec, Joanie Déry et Philippe Hardy avaient mis en vente leur résidence et pris contact avec l’Arterre de l’endroit. Les futurs producteurs étaient motivés et, malgré leur manque d’expérience, aspiraient acheter leur propre terre. Pour les vendeurs, il s’agissait plutôt d’un frein. Les futurs maraîchers ont alors choisi de demeurer dans la région.

«Nous avions l’impression que nous n’étions pas pris au sérieux. De plus, notre maison ne se vendait pas. On souhaitait vraiment démarrer. Alors, on a étudié nos options et décidé de louer près de chez nous», a expliqué Joanie Déry.

Maintenant, les J.Hardyniers cultivent une trentaine de variétés de légumes : courges, courgettes, tomates, pois mange-tout, radis, choux-raves, champignons, etc. qu’ils vendent au panier ou à l’unité.

Pour l’agente de maillage, Sandra Bernier, ce jumelage est une double réussite. En plus de contribuer à la naissance d’une nouvelle entreprise agricole et à la valorisation d’une parcelle de terre, il a permis de maintenir une famille dans la MRC de Lotbinière.

Pour Fernand Delisle, le jumelage est arrivé au bon moment. «Je n’ai pas d’enfant ni de femme et je voulais que ça continue. J’ai un bon potentiel de terre noire. Je cultivais du foin, mais je savais que la terre n’était pas exploitée à son plein potentiel.» D’ailleurs, il veille au grain lorsque les Déry-Hardy ne sont pas sur la terre.

«Ce qui est le fun, c’est que ce n’est pas uniquement une entente avec un propriétaire à qui on amène un chèque une fois par année. Il s’informe de nos cultures, voit si ça se développe bien. On sent son intérêt pour que notre projet fonctionne. […] On ne peut pas être ici tout le temps. Il est nos yeux et lorsqu’il y a quelque chose, il nous le dit», a ajouté Philippe Hardy.

Entente enrichissante

«Ce n’est pas seulement une entente de location de la terre. Il y a plusieurs ententes de service qui se sont ajoutées», a expliqué Sandra Bernier. Chacun y trouve donc son compte.

«Puisque nous sommes en démarrage, nous n’avons pas toute la machinerie alors que M. Delisle en a beaucoup. Il y a moyen d’échanger des services contre l’usage de la machinerie», a spécifié Philippe Hardy. «Quand j’ai du foin à faire, je demande à Philippe de venir m’aider», a illustré Fernand Delisle.

De plus, en côtoyant M. Delisle, le couple a l’occasion d’en apprendre plus sur la production bovine, un secteur de l’agriculture qui les intéresse énormément.

D’autres projets

Les jeunes entrepreneurs voient grand et ont plusieurs projets dans leurs cartons. «Au départ, lorsqu’on voulait acheter on souhaitait avoir la place pour notre production maraîchère, mais aussi pour se lancer dans plusieurs petits projets. Oui, nous sommes en location, mais nous avons d’autres projets comme l’acériculture à petite échelle», a ajouté Joanie Déry.

D'autre part, ils peuvent compter sur le soutien de M. Delisle. «J’ai des rêves, mais je ne suis plus capable de les concrétiser. Philippe peut les faire. J’espère que ça va bien aller et que rien ne nous mettra des bâtons dans les roues, mais jusqu’ici tout va bien.»

De plus, ils n’ont pas mis de côté leur rêve de devenir propriétaire, la location de la terre leur permettra d’économiser de l’argent afin d’acquérir leur propre terre. «Les terres sont assez chères aujourd’hui. Ça fait bien. Ils peuvent démarrer tranquillement sans avoir de fardeau financier. Ici, ils n’auraient pas pu acheter, ç’aurait été trop cher», a expliqué Fernand Delisle.

Selon Financement agricole Canada, le prix des terres agricoles poursuit son augmentation. En 2019, en Chaudière-Appalaches, il était 4,4 % plus élevé qu’en 2018. Quelqu’un qui souhaitait acheter devait s’attendre à payer entre 2 500 $ et 8 000$ l’acre.

 

Les plus lus

COVID-19 : Lotbinière repasse en zone rouge

SANTÉ. Comme toutes les autres MRC de la Chaudière-Appalaches, la MRC de Lotbinière passera demain à 20h en zone rouge et ses citoyens devront respecter des mesures supplémentaires. Cependant, les Lotbiniérois ne se voient pas imposer le reconfinement strict qui entrera aussi en vigueur jeudi à 20h dans la communauté métropolitaine de Québec, incluant Lévis, ainsi que dans la région de Gatineau.

Un feu d’artifice pour souligner l’arrivée du printemps

SOCIÉTÉ. La municipalité de Lotbinière célèbrera l’arrivée du printemps en grand. Le 20 mars prochain, le ciel de la municipalité sera illuminé par des feux d’artifice.

La MRC de Lotbinière passe au rouge foncé

SANTÉ. Le premier ministre du Québec, François Legault a annoncé, lors de son point de presse du 13 avril, que les mesures spéciales d’urgence seront prolongées jusqu’au 25 avril et s’appliqueront dorénavant à l’ensemble de la Chaudière-Appalaches y compris la MRC de Lotbinière, dès demain, à 20h.

COVID-19 : Lotbinière évite le reconfinement

PANDÉMIE. La MRC de Lotbinière ne fait pas partie des cinq MRC de la Chaudière-Appalaches où un confinement strict comme à Lévis sera en vigueur dès demain à 20h. Par voie de communiqué, le gouvernement du Québec a annoncé dimanche que les citoyens des MRC de Bellechasse, de La Nouvelle-Beauce (région de Sainte-Marie), des Etchemins, de Beauce-Sartigan (région de Saint-Georges) et Robert-Cliche (r...

Aires protégées : Nature Québec soulève des inquiétudes

ENVIRONNEMENT. Les propos tenus par ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, à propos du développement futur des aires protégées inquiète l’organisme Nature Québec. Le Journal de Québec rapportait récemment que le ministère pourrait exiger que les prochaines aires protégées du sud du Québec permettent des activités de foresterie.

Les écoles du CSSBE fermées la semaine prochaine

SANTÉ. En raison de la propagation de la COVID-19 et de l’augmentation importante des cas dans le secteur du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin (CSSBE), la direction régionale de la santé publique a exigé la fermeture des établissements scolaires sous sa responsabilité.

COVID-19 : 11 nouveaux cas découverts en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches, 11 résidents de la région ont appris, au cours des 24 dernières heures, qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : 41 cas en Chaudière-Appalaches et 1 009 au Québec

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 41 nouveaux cas et aucun décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches, ce 27 mars. Dans la province, le bilan fait état de 1 009 nouveaux cas et 8 décès.

Le port du masque chirurgical obligatoire en milieu de travail

SANTÉ. Dans un contexte où la COVID-19 se propage plus rapidement, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) exige, à partir de demain, le port en continu du masque chirurgical à l’intérieur dans les milieux de travail.

L’École Beaurivage se mobilise pour Leucan

COMMUNAUTÉ. Le 10 mai prochain, 90 élèves de la 5e année à la 5e secondaire et membres du personnel de l’École Beaurivage de Saint-Agapit passeront sous le rasoir et les ciseaux du Défi Têtes rasées. Leur objectif est ambitieux, mais ils sont en bonne voie de le réaliser. La journée du Défi, ils souhaitent remettre un chèque de 40 000 $ à Leucan.