Martin Dubois de Patri-Arch a présenté le pré-inventaire des bâtiments agricole de Lotbinière. Bien qu’il ait été fait à l’été 2017, certains bâtiments cités n’existent plus aujourd’hui. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

HISTOIRE. Le paysage agricole de la MRC de Lotbinière est ponctué de bâtiments de ferme ultra-modernes et d’installations à la fine pointe de la technologie. D’autres constructions sont les témoins silencieux d’une autre époque. Pour mettre leur importance en lumière, la MRC a commandé un pré-inventaire de ces édifices. Le répertoire qui compte 318 bâtiments a été présenté le 9 mai dernier.

«Dans un diagnostic que nous avions fait du territoire, nous retrouvions plusieurs bâtiments agricoles qui avaient une valeur patrimoniale, ou non, qui étaient laissés à l’abandon. C’était une préoccupation pour nous. L’intérêt c’est de pouvoir les remettre en valeur», a expliqué le responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme à la MRC de Lotbinière, Pablo Montenegro Rousseau.

Le travail, réalisé à l’été 2017, démontre que sur les 318 édifices répertoriés, 73 sont considérés comme ayant une valeur patrimoniale exceptionnelle ou supérieure. Pour la plupart, ils ont été construits au 20e siècle, quelques-uns vers la fin du 19e siècle.

Il n’y a pas que de vieilles granges qui ont été inventoriées. Il y a aussi d’anciennes écuries, porcheries, des bâtisses utilisées pour la conservation d’aliments ou de matériel. Certaines ont des structures surprenantes, des couleurs éclatantes ou délavées avec des détails uniques.

«C’est un patrimoine assez riche. Nous avons constaté qu’il y avait des composantes architecturales qui persistaient, parfois assez typiques de la région. Quand on s’y attarde et qu’on observe comme il faut, c’est très intéressant. Ça nous rappelle comment nos ancêtres faisaient l’agriculture», a expliqué le président de la firme Patri-Arch, Martin Dubois.

Fragile

Bien que Lotbinière compte plusieurs milliers de ces bâtiments, il s’agit d’un héritage «fragile» et «vulnérable», a rappelé Martin Dubois. Les besoins de l’agriculture moderne les rendent parfois inutiles.

«C’est dangereux d’en perdre beaucoup. C’est un patrimoine qui sera toujours plus menacé que les maisons qui sont nécessaires pour l’habitation. Quand il n’y a plus d’animaux, c’est sûr que ces bâtiments n’ont plus vraiment de raisons d’exister.»

Le répertoire, accessible sur le site de la MRC de Lotbinière, facilitera les efforts de conservation. «Si on veut les préserver, il faut savoir de quoi on parle et quels sont les éléments les plus intéressants», a rappelé M. Dubois. Du coup, il souligne le travail de plusieurs propriétaires qui entretiennent leurs bâtiments.

Selon lui, pour prolonger leur durée de vie, il faut non seulement les entretenir, mais aussi leur attribuer une fonction.

 

 

Les plus lus

Une route de Saint-Agapit parmi les 10 pires routes du Québec

SOCIÉTÉ. Pour une septième année, CAA Québec a dévoilé les résultats du palmarès des pires routes du Québec. Parmi le top 10 provincial, on retrouve une route de Saint-Agapit.

Année record pour le tournoi de golf de la Fondation Philippe Boucher

COMMUNAUTÉ. Le Tournoi de golf de la Fondation Philippe Boucher a connu une année record. L’événement qui permet de recueillir des fonds pour soutenir les activités de la Fondation a eu lieu le 11 juin.

Plus de 5 M$ pour la voirie locale

TRANSPORTS. La députée de Lotbinière-Frontenac à l’Assemblée nationale, Isabelle Lecours, a confirmé le 2 juin un investissement gouvernemental de plus de 5 M$ à plusieurs municipalités de la circonscription, dont 15 dans la MRC de Lotbinière. Cet argent vise à les soutenir dans l’entretien du réseau routier local.

Nouveau chapitre dans la saga des poussières noires

SOCIÉTÉ. Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a confirmé, en mai dernier, avoir pris une ordonnance à l’égard de l’entreprise Produits Minéra de Saint-Flavien.

Un Apollinairois se distingue aux olympiades des métiers

ÉDUCATION. Loïc Jacques, originaire de Saint-Apollinaire, a participé aux Olympiades canadiennes des métiers et technologies. Elles ont eu lieu du 25 au 28 mai, à Vancouver, en Colombie-Britannique et il est revenu avec une médaille d’argent accrochée au cou.

Saint-Patrice-de-Beaurivage lance son marché public

CONSOMMATION. Le premier dimanche d’activité du Marché public de Saint-Patrice-de-Beaurivage a attiré bon nombre de visiteurs. Le 5 juin, ils se sont rassemblés dans le stationnement de l’église pour découvrir les produits locaux.

Les lauréats locaux des Prix du patrimoine dévoilés

CULTURE. Les lauréats locaux des neuvièmes Prix du patrimoine ont été dévoilés le 8 juin à l’occasion de l’assemblée mensuelle du conseil des maires. Le jury s’est penché sur 11 candidatures et a remis quatre prix.

Aide de 40 960 $ pour Leclercville

SOCIÉTÉ. Le gouvernement du Québec a confirmé, le 10 juin, une aide financière de 40 960 $ à la municipalité de Leclercville. L’argent permettra la réalisation de travaux au parc de l’Île.

Le CPE Jolibois de Saint-Agapit inauguré officiellement

FAMILLE. Bien qu’il accueille déjà des enfants, la nouvelle installation du CPE Jolibois à Saint-Agapit a finalement été inaugurée le 10 juin dernier.

Le développement résidentiel a le vent dans les voiles à Saint-Patrice

ÉCONOMIE. La vente de terrains va bien à Saint-Patrice-de-Beaurivage. En moins de deux ans, 16 terrains ont trouvé preneurs, quatre dans la phase un du domaine du Boisé et 12 sur 14 dans la phase deux.