(Crédit photo : Mélanie Labrecque)

EMPLOI. Les résultats de la démarche Génération Inclusion à laquelle ont participé huit jeunes de la MRC de Lotbinière ont été publiés cet été. Axé sur les stéréotypes à l’emploi, la recherche-action chapeautée par le Carrefour emploi Lotbinière a démontré que les minorités et les personnes issues de l’immigration étaient confrontées à plusieurs stéréotypes dans le monde du travail.

Un sondage mené cet hiver auprès de 108 personnes a montré que les stéréotypes sexuels, sexistes, racistes, xénophobes et grossophobes sont présents en milieu de travail. Ainsi, 8 personnes immigrantes sur 10, 7 personnes issues des minorités culturelles ou visibles sur 10, 6 personnes vivant avec des limitations physiques, mentales ou neurologiques sur 10 et 5 personnes de la communauté LGBTQ+ sur 10 ont dit avoir vécu de la discrimination en contexte de travail.

Parmi les 108 répondants, 50 ont également fourni un témoignage. «Parmi les faits saillants les plus importants qui en sont ressortis, ce sont l’accent, la maîtrise de la langue et le poids, ce qui nous a surpris», a souligné Cassandra Monjaraz.

Boussa Gouba a été confronté au racisme en milieu de travail, notamment il a fait face à plusieurs commentaires et blagues de mauvais goût sur la couleur de sa peau. «Ça fait partie de mon quotidien. J’ai vécu plusieurs choses à mon ancien boulot. J’ai réagi, j’ai combattu et j’ai eu des résultats. On se demande si on est seul à vivre pareille situation. En partageant nos expériences, on voit aussi ce que les autres vivent.»

«Témoignages bouleversants»

Selon la coordonnatrice en immigration au Carrefour emploi Lotbinière, Judith Riopel, «les témoignages bouleversants» recueillis montrent les multiples visages des stéréotypes.

«Je suis née au Québec. Au travail, on a assumé que je venais d’arriver au pays et que je parlais bien français pour une immigrante», a illustré une répondante. «Je suis originaire du Mexique. Les gens se méfient souvent des Latinos et tiennent pour acquis que nous sommes des voleurs», en a ajouté un autre. «En entrevue, un patron m’a dit que si j’intégrais son entreprise, je pourrais obtenir de l’aide financière pour une chirurgie esthétique. Je suis partie», a poursuivi une troisième répondante.

«Il existe des solutions. Il faut apprendre à connaître les stéréotypes, savoir repérer les micro-agressions, proposer des adaptations, collaborer et travailler ensemble pour favoriser un traitement équitable. Il faut aussi avoir le courage de dénoncer pour que ça ne se répète pas», croit M. Gouba.

Comportements à changer

Ainsi, les jeunes rappellent que les stéréotypes évoqués participent à la normalisation de propos et de comportements discriminatoires. Ils peuvent prendre une apparence «faussement bienveillante» par exemple avec des compliments ou des plaisanteries, ce qui peut constituer une micro-agression.

Les participants reconnaissent que le seuil de tolérance de chacun est différent et voit la manifestation d’une micro-agression dans la répétition. «L’intention derrière le commentaire peut aussi faire une différence. […] Si tu as senti un malaise après une intervention, c’est qu’il y en a sûrement un», a souligné Jonathan Paradis Caron.

«Il faut s’adapter à la personne, certains éléments sont clairs, mais il faut se servir de son jugement et discuter», ajoute Rosie Moreau.

Ils expliquent également que la banalisation de la discrimination produit de la frustration chez les victimes et un sentiment d’impuissance chez les témoins. Ces sentiments donnent l’illusion qu’il n’est pas possible d’agir, ce qui renforce la dynamique discriminatoire.

Présentation des résultats

Les participants de la MRC de Lotbinière au projet Génération Inclusion confirment vouloir poursuivre leur travail de sensibilisation pour, entre autres, «éveiller une conscience sociale.»

«Depuis 15 ans, il y a un monde de différence, a constaté Judith Riopel, on voit l’évolution de cette ouverture. On y arrivera une personne à la fois.»

Dans cette optique, la démarche a été présentée à des élus, notamment au préfet de la MRC de Lotbinière, Normand Côté. «Nous avons été agréablement surpris. Il est super ouvert et veut s’impliquer», s’est réjouie Cassandra Monjaz.

Génération Inclusion est un projet chapeauté par Oxfam Québec. Des jeunes de la MRC de Lotbinière et de Montréal participent à cette initiative supervisée par les Carrefour emploi Lotbinière et Carrefour Jeunesse Emploi Bourassa-Sauvé de Montréal-Nord.

Les deux groupes de jeunes se sont récemment rencontrés, a indiqué Mme Riopel et travailleront prochainement à la création d’outils visuels de sensibilisation pour les entreprises.

 

 

Les plus lus

La fin d’une époque

PORTRAIT. Encore aujourd’hui, il est possible de croiser régulièrement un laitier qui fait ses livraisons à domicile dans les rues de son quartier. C’est plus rare de voir des boulangers sur la route. L’un des derniers à le faire encore au Québec roulait dans les rues MRC de Lotbinière et il a accroché les clés de son camion le 30 octobre dernier.

Meilleure reconnaissance demandée

SOCIÉTÉ. Les syndiqués du CPE l’Envol manifestaient en grand nombre ce matin à Sainte-Croix. Ils s’étaient rassemblés devant l’église le 4 novembre, dans le cadre de leur troisième journée de grève consécutive, pour dénoncer la lenteur dans les négociations avec le gouvernement.

Sécurité routière: les parents d’Anaïs demandent à l’administration municipale d’agir

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans une lettre envoyée à la fin octobre à Normand Côté, le maire de Saint-Flavien, et la directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité, Catherine Fiset, les parents d’Anaïs Renaud, cette jeune fille qui a été happée mortellement le long de la rue Principale en 2018, leur demandent d’agir afin de construire un trottoir le long de l’artère.

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...

La coroner présente son rapport concernant les décès de Norah, Romy et Martin Carpentier

La coroner Me Sophie Régnière a dévoilé, le 3 novembre, son rapport et ses recommandations concernant les tragiques événements liés aux décès de Norah, Romy et Martin Carpentier à Saint-Apollinaire à l’été 2020. Selon la coroner, plusieurs embûches ont compliqué la tâche de retrouver rapidement les fillettes saines et sauves.

L’UPA de Chaudière-Appalaches fait le point sur la dernière année

AGRICULTURE. Près de 200 personnes ont participé à l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, le 27 octobre dernier. L’assemblée, qui se tenait en simultané au Centre Caztel, de Sainte-Marie, et en mode virtuel a été l’occasion pour le président local, James Allen, de faire un retour sur les événements qui ont marqué la der...

Québec annonce de nouveaux allégements aux mesures sanitaires

SANTÉ. En compagnie du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, et le directeur général de la gestion exécutive et opérationnelle de la pandémie, Daniel Paré, le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, a annoncé de nouveaux allégements aux mesures sanitaires, le 2 novembre. Ces mesures entreront en vigueur le 15 novembre prochain.

COVID-19 : nouvelle hausse des cas actifs en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis le début de la semaine, le nombre de cas actifs de COVID-19 continue d'être en augmentation, selon ce que rapporte le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan publié jeudi.

Nouvelle augmentation du nombre de cas actifs de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis quelques jours, une nouvelle augmentation du nombre de cas actifs de COVID-19 dans la région a été enregistrée au cours des 24 dernières heures par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

COVID-19 : trois nouveaux décès enregistrés dans la région

SANTÉ. Après une accalmie de quelques jours la semaine dernière à ce niveau, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé lundi que trois résidents de la région ont récemment succombé des suites d'une infection au coronavirus.