(Crédit photo : Archives)

AGRICULTURE. Près de 200 personnes ont participé à l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, le 27 octobre dernier. L’assemblée, qui se tenait en simultané au Centre Caztel, de Sainte-Marie, et en mode virtuel a été l’occasion pour le président local, James Allen, de faire un retour sur les événements qui ont marqué la dernière année, mais aussi pour parler des défis à venir.

La rencontre a été l’occasion pour les participants d’adopter plusieurs résolutions qui guideront le mandat et les actions de la Fédération. Elles concernaient, entre autres, le projet de réforme du financement de l’Union, la récupération des plastiques agricoles, la date butoir pour l’épandage des engrais de ferme, la protection du territoire agricole et un projet de modernisation législative pour limiter les impacts des conflits de travail sur la production agricole.

Un parcours à obstacles…

Les conflits de travail survenu aux abattoirs d’Olymel, à Vallée-Jonction, et d’Exceldor, à Saint-Anselme, ont montré la fragilité du système actuel, a estimé James Allen. Ces derniers ont paralysé les activités d’abattage de volailles et de porcs pendant plusieurs mois. S’ajoute aussi la diminution d’abattage à venir chez Olymel.

«La taille des usines et la concentration de la transformation alimentaire dans le secteur des viandes rendent ces filières extrêmement vulnérables. Le déplacement vers d’autres lieux d’abattage étant difficile, il faut se questionner en tant que société sur l’acceptabilité sociale et l’incidence de tels conflits», a-t-il analysé.

James Allen est aussi revenu sur les exigences des consommateurs et de l’industrie envers les producteurs. Ces derniers doivent respecter de plus en plus de contraintes réglementaires et législatives. Parallèlement, «les gouvernements multiplient» les signatures d’accords de libre-échange qui permettent l’importation de produits à faible coût.

«Dans cette chasse aux bas prix, les transformateurs ont grossi d’année en année pour créer des économies d’échelle soi-disant pour le consommateur. Néanmoins, de notre côté, nous n’avons pas bénéficié de ces profits. […] Les dirigeants [de coopératives] d’aujourd’hui ont perdu de vue la prémisse d’une coopérative qui était que la plus-value générée par la transformation de nos produits soit redistribuée aux membres de la coopérative.»

Les producteurs devront ainsi avoir une sérieuse réflexion sur la façon d’aller rechercher leur part du gâteau. De plus, ajoute-t-il, la question de l’alimentation devra être amenée sur la place publique puisque la population doit non seulement s’intéresser à la nourriture, mais aussi faire des «choix éclairés» en termes d’agriculture.

… Mais tout n’est pas noir

Malgré tout, James Allen demeure positif. Il a énuméré aux participants les nombreuses initiatives prises cette année ou qui sont à venir pour rappeler que l’avenir n’est pas uniquement teinté de noir.

Parmi celles-ci on retrouve l’initiative Mangeons local et les nombreux investissements gouvernementaux comme les 157 M$ accordés sur trois ans pour accroître l’autonomie alimentaire ou les 91 M$ pour la nouvelle stratégie de croissance des serres.

S’ajoute l’adoption du projet de loi C-208, au fédéral, qui corrigera une «iniquité» pour les propriétaires d’exploitation agricole lors du transfert des actifs. «Le cadre canadien faisait en sorte qu’il était plus avantageux de vendre son entreprise à une autre personne qu’à un membre de sa famille.»

Le monde municipal

Le président du syndicat local s’est adressé aux élus municipaux. Ils doivent considérer l’agriculture et la foresterie privée comme un outil de croissance et de développement économique.

L’agriculture est au cœur d’une occupation dynamique du territoire, argue-t-il, et contribue au maintien de la vitalité de plusieurs municipalités. «Elles ont le devoir de protéger la zone et les activités agricoles.»

Quant aux activités forestières, James Allen n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a dénoncé les jeux de coulisses qui ont fait tomber un projet de mise en marché collective dans le bois de sciage en Beauce. «La mobilisation de l’industrie, avec une poignée d’intervenants, soi-disant des producteurs, ont entrepris de saboter le projet. La suite, c’est qu’ils ont réussi.»

M. Allen reste optimiste et croit que les trois associations de producteurs forestiers qui représentent 24 000 propriétaires seront assez fortes pour faire changer les choses. «On ne laissera pas une poignée de monde décider des conditions du marché, décider qui entrera à l’usine, qui récoltera du bois, quand il devra le faire et comment il sera payé», a-t-il lancé.

 

 

 

 

 

Les plus lus

COVID-19 : Québec met en place de nouvelles directives pour le dépistage et la gestion des cas

SANTÉ. Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a dévoilé, le 4 janvier, de nouvelles directives en ce qui a trait au dépistage de la COVID-19 et la gestion des cas détectés de la maladie. Avec ces mesures qui entrent en vigueur dès aujourd'hui, Québec veut diminuer les impacts dans le réseau de la santé et dans la société de la hausse importante de nouveaux cas de COVID-1...

Réserve de biodiversité : projet rejeté

ENVIRONNEMENT. Le projet de création d’une réserve de biodiversité dans la forêt de la Seigneurie de Lotbinière a été rejeté par le ministère de l’Environnement à l’automne. Cependant, lors de son assemblée générale annuelle tenue le 4 décembre, les Amis de la Forêt ont confirmé qu’ils allaient se battre pour obtenir la reconnaissance auprès du gouvernement.

COVID-19 : le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter dans la région

SANTÉ. Selon les données publiées jeudi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est encore à la hausse.

COVID-19 : Québec serre la vis aux non-vaccinés

SANTÉ. Comme le premier ministre du Québec l’avait laissé entendre à la fin de la dernière année, le gouvernement provincial va de l’avant avec l’implantation de mesures restrictives visant les personnes non vaccinées contre la COVID-19. Lors d’une mise à jour sur la situation épidémiologique de la province le 6 janvier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’...

Piste de course: les gestionnaires heureux de repartir sur de nouvelles bases

SOCIÉTÉ. Une semaine après l’adoption du règlement visant à encadrer les usages de la piste de course de Sainte-Croix les gestionnaires ont fait part de leur satisfaction face à l’entente. Dans une lettre transmise au Peuple Lotbinière le 13 janvier, Valérie Gingras et Guillaume Bergeron affirment «lever le drapeau blanc en guise de notre volonté à se conformer aux nouvelles exigences».

COVID-19 : plusieurs indicateurs continuent d'être au rouge dans la région

SANTÉ. Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie dans la province publiées ce lundi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la situation sanitaire de la Chaudière-Appalaches continue de se détériorer.

Legault donne un «grand coup» pour freiner la quatrième vague

SANTÉ. En compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, le 30 décembre, la mise en place d’une nouvelle série de mesures restrictives afin de freiner la propagation du coronavirus dans la province. Dès demain, les Québécois devront, entre autres, de nouveau vivre avec un ...

La COVID-19 emporte huit autres résidents de la Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Dans son bilan sur l'évolution de la pandémie publié lundi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé que huit résidents de la région ont récemment perdu leur combat contre la COVID-19.

Les hôpitaux de la région débordés par la COVID-19

Depuis le début de la vague de COVID-19 occasionnée par le variant Omicron, la Chaudière-Appalaches est durement touchée et ses hôpitaux régionaux également. En date du 6 janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) recensait 107 patients hospitalisés répartis entre l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital de Saint-Georges, l’Hôpital de Montmagny et l’Hôpit...

COVID-19 : légère diminution des hospitalisations

SANTÉ. Le ralentissement des hospitalisations liées à la COVID-19 constaté en milieu de semaine semble se poursuivre. Dans son bilan sur l'évolution de la pandémie publié vendredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment annoncé qu'une légère diminution du nombre de patients COVID dans la région a été enregistrée au cours des 24 dernières he...