Photo: Courtoisie

SOCIÉTÉ. Le 30 juin dernier, Lina Giguère et André Croteau ont commencé un périple à bicyclette en autonomie sur les routes du Québec. En roulant vers l’est, sans itinéraire précis, ils se sont rendus jusqu’à Terre-Neuve.

Malgré les mouches, la chaleur accablante et les quelques jours de pluie rencontrés pendant leur voyage de deux mois, ils ont roulé à leur rythme sur plus de 3 300 kilomètres.

«L’objectif n’était pas d’aller à un endroit, mais de faire de belles routes et d’avoir du plaisir», a souvent répété M. Croteau. «Notre itinéraire a commencé à se dessiner à Amqui. Ma sœur y était pendant la période où l’on passait. Au tout début, nous n’avions pas Terre-Neuve dans notre mire. On s’est laissé guider. S’il y avait des occasions de rencontrer des gens [qu’on connaissait], on s'y rendait.»

Après leur départ de Saint-Agapit, ils ont longé le littoral avant de bifurquer dans la vallée de la Matapédia et de s’arrêter à Amqui. S’en est suivi une tournée des provinces maritimes : Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard et Nouvelle-Écosse. Enfin, le traversier de North Sidney les a menés jusqu’à Gros-Morne, sur l’île de Terre-Neuve.

Une fois arrivés, ils ont pris le temps de se poser, de marcher et de visiter les endroits où ils se sont arrêtés. Ils se sont aussi permis de faire en autobus les très longues distances qui séparaient deux villages. Leur périple s’est terminé à Saint John’s et ils sont revenus au Québec en avion.

Vivre avec l’essentiel

Ce voyage en autonomie impliquait donc qu’ils devaient avoir avec eux tout le nécessaire pour pouvoir se débrouiller. Dans les sacoches accrochées à leur vélo, on retrouvait, entre autres, une tente, des gamelles, des vêtements pour différents types de météo, un petit brûleur électrique, etc. «On a bien vécu et on n’a manqué de rien», souligne Mme Giguère.

Afin d’être plus légers, ils faisaient leur épicerie à chaque arrêt. À Terre-Neuve, les distances entre deux communautés, deux dépanneurs ou deux épiceries étaient très grandes. Ils devaient s’approvisionner dans les grandes villes et faire quelques réserves.

Enfin au niveau de la santé, cette très longue randonnée leur a permis de maintenir une très bonne condition physique. Cependant, ils ont dû mettre la pédale douce. «On s’est toujours dit qu’il ne fallait pas trop forcer pour ne pas se blesser. Si tu t’étires un muscle, un mollet ou une cuisse, c’est fini. On ne peut plus pédaler et il faut revenir. Dans les côtes on poussait nos vélos, on arrêtait souvent, on prenait des photos, on buvait de l’eau», a rajouté M. Croteau.

Expérience enrichissante

Puisque leur mot d’ordre pour ce voyage était d’avoir du plaisir, ils prenaient le temps d’apprécier chaque petite chose qu’ils vivaient ou voyaient : les fleurs dans les champs, dormir dehors, entendre les sons de la nature, ressentir la température, être ensemble, pouvoir apprécier les plages et se baigner dans la mer. Ils ont aussi aimé pouvoir parler français pendant leur voyage, notamment dans la péninsule acadienne et découvrir de nouveaux styles de vie.

En plus d’admirer la beauté des paysages, Lina Giguère et André Croteau retiennent également de ce voyage les rencontres qu’ils ont faites avec des Québécois et des gens de l’endroit.

«Dans les campings, nous étions souvent les seuls cyclistes, les gens venaient nous voir, nous posaient des questions. Nous en avons retrouvé quelques-uns à différents moments de notre voyage. D’autres nous ont demandé de nous prendre en photo. Ces personnes nous ont aussi fait réaliser que ce que nous faisions sortait de l’ordinaire», a relaté Mme Giguère.

Sur la route, les autres cyclistes et les automobilistes les encourageaient d’un geste de la main (pouce en l’air), ou d’un coup de klaxon.

Surprises quotidiennes

Plus leur périple avançait, plus les rencontres se multipliaient et certaines les ont marquées plus que d’autres. «À Caraquet, nous avons arrêté de dire que nous étions originaires de Saint-Agapit, pour dire que nous étions de la grande région de Québec. Alors que dans un camping, nous avons rencontré un couple de Madelinots dont la fille habite à Saint-Agapit», a raconté Lina Giguère. D’ailleurs, pendant tout leur voyage ils ont croisé beaucoup de Québécois, dont un couple de Saint-Apollinaire.

 

 

 

 

Les plus lus

Un plan ambitieux pour le transport en commun

TRANSPORT. La MRC de Lotbinière voit grand pour le développement de son service de transport en commun. D'ici quelques années, la ligne actuelle de l’Express vers Sainte-Foy reliant Laurier-Station et Saint-Apollinaire aux institutions d’enseignement de Québec ne sera bientôt plus la seule liaison offerte aux citoyens de la région.

Problèmes sur des passages à niveau : Joly demande au CN de se pencher sur la problématique

SÉCURITÉ. Devant plusieurs plaintes de ses concitoyens, la Municipalité de Saint-Janvier-de-Joly a amorcé des démarches auprès du Canadien National (CN) afin que l’entreprise effectue des travaux correctifs sur des passages à niveau situés sur les terrains de Jolyens.

Encore un honneur pour Karl Breu et Theres Fuchs

AGRICULTURE. Le 9 novembre dernier, Agropur, a remis le titre de Championne régionale du Club de l’Excellence en matière de qualité du lait à Karl Breu et Theres Fuchs de Lotbinière.

Apprendre la langue de son refuge

SOCIÉTÉ. Depuis le 30 mai, la MRC de Lotbinière a accueilli au moins 37 Ukrainiens sur son territoire. Si certains sont partis vers d’autres régions, d’autres habitent toujours dans la MRC, principalement à Saint-Apollinaire et Saint-Antoine-de-Tilly. En plus de s’adapter à un nouveau mode de vie et intégrer le marché du travail, ils doivent aussi apprendre le français. C’est le cas de Tamara, une...

Nomination d’un directeur adjoint au CEC de Lotbinière

ÉDUCATION. La direction du Cégep de Thetford poursuit sa promesse de s’engager davantage dans la MRC de Lotbinière. L’organisation vient de nommer Pascal Binet comme directeur adjoint des études et responsable de la gestion du Centre d’études collégiales (CEC) de Lotbinière, à Saint-Agapit.

Saint-Antoine : suivi des progrès dans le dossier de l’eau potable

ENVIRONNEMENT. Si tout se passe comme prévu, les citoyens de Saint-Antoine-de-Tilly pourraient voir finalement s’achever la saga entourant l’eau potable et le traitement des eaux usées d’ici la fin de la décennie. Dans le cadre de l’initiative Octobre on jase, le conseil municipal a fait le point avec la population le 26 octobre dernier.

Québec pourrait élargir la cellule de crise des urgences dans les régions

Annoncée plus tôt la semaine dernière, une cellule de crise afin de faire face au taux d’occupation élevé dans les urgences, notamment à Montréal, a été mise en place. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a indiqué lors d’une conférence de presse le 1er novembre que cette cellule de crise pourrait également s’élargir dans différentes régions du Québec, selon les besoins au cours des prochaines...

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches 

SANTÉ. C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional. 

Les efforts d’un étudiant de Laurier-Station récompensés

ÉDUCATION. Le Cégep de Lévis a tenu, le 28 octobre, sa 24e cérémonie de remise des diplômes pour sa cohorte 2021-2022. L’événement a également été l’occasion d'attribuer des distinctions honorifiques et un étudiant originaire de Laurier-Station était au nombre des lauréats.

Investissement Québec fière de son appui à l’économie sociale

ENTREPRENEURIAT COLLECTIF. À l’occasion du mois de novembre, mois de l’économie sociale, Investissement Québec a dressé un bilan positif de son appui aux coopératives et autres entreprises d’économie sociale de Chaudière-Appalaches le 9 novembre.