mardi 25 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Épandage des boues municipales: les maires inquiets

Les + lus

Photo : Archives

26 janv. 2023 10:30

POLITIQUE. Les maires de la MRC de Lotbinière demandent au gouvernement du Québec d’agir promptement dans le dossier de l’épandage des boues municipales. Les élus ont adopté en ce sens une résolution lors de leur rencontre mensuelle du 11 janvier.

Cette demande traduit l’inquiétude provoquée à la suite de la diffusion des reportages présentés lors des émissions Enquête et de La semaine verte sur l’épandage des biosolides dans les champs ainsi que de l’importation de biosolides des États-Unis au Canada.

«Les normes américaines sont plus sévères que les normes canadiennes. Au Canada, on laisse les entreprises s’autodiscipliner. À mon avis, le gouvernement devrait intervenir rapidement pour encadrer la pratique pour qu’on puisse épandre les boues municipales sur les terres agricoles avec un système de surveillance par [le ministère de] l’Environnement. C’est dans l’intérêt des municipalités», a mentionné le maire de Leclercville, Denis Richard, aux autres élus présents à la rencontre.

Ce dernier plaide pour un encadrement très serré, au niveau des concentrations de contaminants permis et des usages, pour éviter que les producteurs québécois contaminent leur terre de la même façon que ce qui est arrivé à certains agriculteurs de l’État du Maine. Dans certains cas, a rapporté, La semaine verte, c’est toute la chaîne de production de ces entreprises américaines qui est polluée.

Les biosolides sont les boues générées à la suite du traitement de l’eau dans les stations d’épuration municipales. Elles sont composées, entre autres, d’excréments humains. On y retrouve des éléments essentiels à la production agricole : azote, phosphore, potassium, matières organiques, etc.

Cependant, elles contiennent différents types de contaminants à différents niveaux de concentration, dont certains qui sont toxiques pour l’humain dans de trop grandes concentrations.

Notons qu’au Québec, l’utilisation des biosolides est interdite dans la production destinée à la consommation humaine. Par ailleurs, étendre les boues municipales dans les champs est une façon plus économique d’en disposer. «Ça coûte une fraction du prix de l’enfouissement», a précisé M. Richard.

Des actions prises

Au lendemain de la diffusion du reportage de La semaine verte, le ministre de l’Environnement, Benoît Charette, a confirmé vouloir accélérer le pas pour encadrer l’épandage des boues municipales et interdire celui des boues en provenance des États-Unis.

Les modifications à la réglementation devraient être adoptées prochainement.

 

Les + lus