mardi 25 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Troisième lien

Troisième lien : Éric Duhaime en visite à Val-Alain

Les + lus

Christian Gauthier, ancien candidat du PCQ de Lotbinière-Frontenac, Éric Duhaime, chef du PCQ et Daniel Turcotte, maire de Val-Alain et préfet de la MRC de Lotbinière. Photo : Mélanie Labrecque

01 mai 2023 08:57

POLITIQUE. Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, était de passage à Val-Alain, le 27 avril dernier. Ce dernier s’est entretenu avec le maire et préfet de la MRC de Lotbinière, Daniel Turcotte, à propos du troisième lien entre Lévis et Québec.

Cette visite s’inscrit dans une tournée de Chaudière-Appalaches où M. Duhaime est venu prendre le pouls des élus et des chambres de commerce par rapport à la nouvelle vision du gouvernement à propos de cette infrastructure.

«On veut voir ce qu’on peut faire. Quelle est la suite des choses? On le dit, on le répète et c’est vrai, la grogne est de plus en plus forte sur le terrain. Ce n’est pas parce que ça fait une semaine que les gens ont oublié et abandonné le troisième lien», a soutenu M. Duhaime.

D’ailleurs, il ajoute que les gens qu’il a rencontrés pendant sa tournée n’étaient pas très chaud à la nouvelle proposition du gouvernement, qui, rappelle-t-il, n’a aucune évaluation des coûts et dont le mode de transport n’a pas encore été choisi.

«Les commentaires que j’ai reçus des grosses entreprises de Lotbinière, c’est de l’incompréhension. Ils ne comprennent pas. Pour eux le besoin est là. Lorsque l’on s’est parlé le jour de l’annonce, j’ai eu des remerciements d’entrepreneurs de la région d’avoir pris la parole et d’avoir exprimé clairement ce qu’ils ressentent», a rajouté Daniel Turcotte.

L’ancien candidat du PCQ lors de la dernière élection, Christian Gauthier, ajoute que dans l’industrie du camionnage, la nouvelle est une grande déception. «Ce sera encore du temps perdu, des dépenses additionnelles.  […] Tout le monde est d’avis que l’effet de la COVID est éphémère. Ça représentera des dépenses substantielles à venir : le prix de l’essence, la main-d’œuvre, le prix des pièces sont à la hausse et les temps de déplacement seront plus longs.»

Développement économique

Éric Duhaime a enchaîné en rappelant que Chaudière-Appalaches est appelée à connaître une importante croissance, notamment au niveau économique. Il rappelle que le Chantier Davie a été ajouté à la Stratégie nationale de construction navale, ce qui amènera pour plus de 8 milliards de dollars.

«On retourne à la case départ. La croissance va continuer, on sait que les besoins vont augmenter. Il y aura plus de monde. On parle du chantier maritime à Lévis, mais il y a aussi les sous-traitants. Les quartiers industriels sont en train d’exploser. Le maire de Lévis m’expliquait qu’il manque de place chez lui et essaie de trouver des gens dans Bellechasse, dans la Beauce, ici, dans Lotbinière.»

D’autres aspects ont été évacués du débat, précise-t-il, il y a le développement économique de l’est du Québec et la question de la sécurité avec les deux ponts actuels qui sont vieillissants.

Un avertissement

Parallèlement à ses visites, Éric Duhaime souhaite aussi envoyer un message aux autres régions. La Coalition avenir Québec (CAQ) n’a pas respecté sa promesse sur le troisième lien, a tenu ses députés de la région et les élus municipaux à l’écart. Ils ont appris la décision en même temps que les autres, souligne-t-il.

«C’est un symbole. Dans les autres régions, le troisième lien n’a pas bonne presse, mais ça montre aussi un gouvernement qui abandonne les régions. S’il a fait ça ici, ce sera peut-être le tour des autres régions à un moment ou l’autre», a-t-il lancé, faisant appel à une solidarité interrégionale.

Si le gouvernement avait fait part de sa décision avant les dernières élections générales, M. Duhaime croit que le visage de l’Assemblée nationale serait différent aujourd’hui, rappelant que les deux députés de la Beauce ont été élus avec 200 et 400 voix d’écart. «C’est sûr qu’il y aurait eu plus que 200 ou 400 personnes qui auraient changé d’avis s’il l’avait su un an à l’avance.»

 

Les + lus