dimanche 16 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Faits divers > Actualités

Traque des prédateurs en ligne

Des sous pour la SQ

Les + lus

Photo : Ludovic Toinel - Unsplash

10 mai 2024 08:51

Le ministre de la Sécurité publique du Québec, François Bonnardel, et Pablo Rodriguez, ministre des Transports du Canada et lieutenant du Québec, au nom de Dominic LeBlanc, ministre de la Sécurité publique du Canada, ont annoncé un financement de 19 M$ sur 6 ans pour soutenir la Sûreté du Québec (SQ) dans sa lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet (ESEI), le 3 mai dernier.

De ce montant, 13,5 M$ sur 5 ans ont été prévus dans le budget du gouvernement du Québec 2024-2025 en vue de maintenir et de bonifier l'équipe de coordination de la SQ mise en place en 2019, dans le cadre de sa Stratégie provinciale de lutte contre l'ESEI.

L'autre portion, soit 5,6 M$ sur 4 ans, découle de l'entente entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec, conclue en mars dernier, et provient du Programme de contribution pour combattre les crimes graves et le crime organisé du gouvernement du Canada.

Grâce à ces investissements, la SQ estime qu'elle sera mieux outillée «pour poursuivre et intensifier ses efforts de prévention et ceux visant à sauver davantage de victimes et à traquer des prédateurs en ligne».

Concrètement, elle pourra notamment assurer une meilleure gestion des enquêtes, rehausser la performance des outils informatiques, embaucher plus de personnel et offrir un soutien psychologique aux intervenants.

«Devant cette forme de criminalité, notre gouvernement pose un geste additionnel pour s'attaquer à l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet en investissant pour donner encore plus de moyens à la Sûreté du Québec pour combattre ce fléau, dont les répercussions sur les jeunes peuvent être très lourdes. Nos policiers sont à pied d'œuvre pour traquer les individus qui exploitent les enfants et en abusent sur Internet. Nos enfants méritent de grandir à l'abri des prédateurs sexuels sur le Web», a notamment soutenu François Bonnardel.


Les + lus