dimanche 16 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Environnement > Actualités

Lutte aux changements climatiques

Des partis d'opposition veulent une meilleur utilisation d'un fonds gouvernemental

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

28 avr. 2024 08:11

Au cours des derniers jours, Québec solidaire (QS) et le Parti libéral du Québec (PLQ) ont fait des sorties pour suggérer de nouvelles pistes d'utilisation du Fonds d'électrification et de changements climatiques (fonds vert) au gouvernement caquiste.

Le porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, et le responsable de ce parti en matière de transports, Etienne Grandmont, ont pressé vendredi le premier ministre de trouver une solution rapide pour éviter des coupures de services dans le transport en commun. Pour ce faire, les solidaires demandent au gouvernement caquiste d'envisager l'utilisation d'une partie du 1,7G$ du fonds vert.

«François Legault doit se ressaisir. En pleine crise climatique, le rôle de tous les gouvernements est d'aider au quotidien les Québécoises et les Québécois à faire leur part pour la planète en leur offrant des options de transport en commun efficaces et abordables. On a 1,7 G$ qui dorment dans le Fonds vert. En attendant l'établissement d'un modèle de financement pérenne, il faut envisager d'utiliser ces sommes pour s'assurer qu'il n'y ait pas de coupure ni de hausse des tarifs en transport collectif. Il faut encourager les gens à laisser plus souvent l'auto à la maison, pas l'inverse!», a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois.

«Au lieu de déclarer que le transport collectif c'est pas sa job, et traiter les maires et mairesses de quêteux, la ministre des Transports devrait faire preuve de leadership. La population a besoin que tous les paliers de gouvernement investissent pour offrir des options de mobilité, partout au Québec. Est-ce que la CAQ veut être le gouvernement des coupures en transport en commun, ou celui de sa relance?», a renchéri Etienne Grandmont.

Utilisation «plus efficace» souhaitée

Quant à lui, le député libéral de Jacques-Cartier et porte-parole du PLQ en matière d'énergie, Gregory Kelley, estime que le Québec doit profiter du fonds vert pour augmenter sa production d'énergie renouvelable ainsi que rendre la consommation d'électricité des Québécois plus responsable.

Selon M. Kelley, la cagnotte du fonds vert permettrait notamment d'introduire des incitatifs gouvernementaux pour permettre la réalisation de travaux plus abordables afin d'améliorer l'efficacité énergétique des habitations (isolation, portes et fenêtres plus écoénergétiques, etc.). Des subventions, issues du fonds vert, pourraient aussi encourager la production indépendante et locale d'électricité, en incitant l'installation de panneaux solaires et de batteries domestiques.

«En 2013, le Québec a lancé un marché du carbone pour taxer la pollution des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, alimentant ainsi le FECC pour financer l'économie verte. Cependant, cet outil manque actuellement de clarté et de direction quant à ses objectifs spécifiques, ce qui est assez préoccupant. Au Québec, nous disposons d'entreprises spécialisées dans le domaine solaire et des batteries, mais leurs opportunités commerciales se trouvent dans d'autres juridictions. Nous avons la possibilité d'exploiter cette expertise et ce savoir-faire pour renforcer leurs activités commerciales et leur présence sur le marché local. Il est plus que temps de faire bon usage du FECC afin de l'utiliser pour autonomiser les individus et leur donner plus de pouvoir», a conclu l'élu libéral.

Les + lus