samedi 13 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Immobilier > Actualités

Crise du logement

Le PCQ ne veut pas que le projet de loi 65 devienne réalité

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

23 mai 2024 02:43

Le Parti conservateur du Québec a partagé son opposition ferme au projet de loi 65, déposé mercredi par la ministre responsable de l’Habitation, France-Élaine Duranceau.

Rappelons que le projet de loi 65 vise à mettre en place un moratoire sur les évictions faites à des fins de changement d'affectation, de subdivision et d'agrandissement de logements. De plus, la possible loi abaisserait le seuil de protection contre une reprise ou une éviction pour les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi qu'augmenterait le revenu maximal à 125 % du revenu d'admissibilité à un logement à loyer modique. 

Le PCQ réclame plutôt que des consultations publiques «appropriées» soient tenues sur le projet de loi 65 «pour que toutes les parties prenantes puissent être entendues».

Le chef conservateur, Éric Duhaime, et Jean-Pierre Du Sault, un sympathisant du PCQ qui a été le président des gens d'affaires du Vieux-Québec, ont argué que les mesures envisagées par le gouvernement caquiste engendreront «des conséquences néfastes bien plus graves que les problèmes qu’il prétend résoudre».

«Les bonnes intentions ne font pas nécessairement les bonnes lois. En pleine crise du logement, la ministre risque d’accentuer la discrimination envers les aînés et de ralentir la construction de nouveaux logements. La rénovation des logements sur le plan du confort, de la sécurité et des économies d’énergie va souvent devoir attendre», ont soutenu les deux hommes.

Comme Éric Duhaime le martèle depuis plusieurs mois, le PCQ estime qu'une déréglementation du marché permettra de régler la crise du logement, en «stimulant la construction domiciliaire et en faisant baisser les prix des logements».

Les + lus