mardi 23 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Industries > Affaires

Crise des médias

La CSN présente ses solutions

Les + lus

Photo : Waldemar - Unsplash

20 févr. 2024 11:36

La Centrale des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC–CSN) ont présenté, le 20 février, cinq «mesures appropriées afin de préserver l'accès à l'information des citoyens et de contrer les reculs démocratiques entraînés par les fermetures et les pertes d'emploi au sein des salles de rédaction».

Dans un premier temps, la CSN souhaite que le gouvernement provincial reconduise son programme de crédit d'impôt à la masse salariale de la main-d'œuvre journalistique, qui vient à échéance. Par ailleurs, la centrale syndicale désire que Québec étende la portée de ce programme aux salles de rédaction radio et télé, en fonction des emplois liés à l'information actuellement visés par le programme.

Rappelant ensuite qu'au cours des 10 dernières années, les médias d'information québécois ont perdu 75 % de leurs revenus publicitaires (perte nette de 800 M$), l'organisation syndicale estime que le gouvernement Legault doit mettre sur pied un fonds réservé et récurrent pour contrer les réductions d'effectif au sein des salles de rédaction des régions du Québec.

À cet effet, la CSN et la FNCC–CSN lui demandent d'instaurer un «infofrais» de 2 % sur les achats d'appareils munis d'un écran (téléphones, tablettes, ordinateurs) ainsi que sur les services Internet et mobiles. Les organisations syndicales estiment que cette contribution permettrait de réunir 200 M$ à l'échelle du Québec pour ce fonds.

La CSN demande également à Québec et à Ottawa de se doter d'une «réelle politique gouvernementale» d'achat publicitaire en appui aux médias d'information, qui imposerait notamment l'interdiction aux organismes publics et aux ministères de faire affaire avec les géants du numérique «qui ne se conforment pas à l'esprit des règles fiscales en vigueur».

La centrale syndicale croit également que les annonceurs du secteur privé devraient pouvoir bénéficier d'incitatifs pour y revenir. Concrètement, la CSN aimerait que les entreprises puissent déduire de leurs impôts le double de leurs dépenses effectuées auprès de médias d'information locaux.

Enfin, les membres des syndicats du secteur de l'information de la FNCC–CSN interpelleront, au cours des prochains mois, les villes du Québec et leurs communautés quant au rôle qu'elles peuvent jouer pour soutenir les médias d'information de leur région.

«Seuls les gouvernements du Québec et du Canada ont la capacité structurante pour soutenir un secteur qui a perdu les trois quarts de ses revenus. Les enjeux sont immenses : il en va de notre accès à l'information, de nos droits démocratiques et du rayonnement social, économique et culturel de nos communautés. Le Québec a son histoire, sa langue, sa culture : une identité collective qui ne demeure possible qu'en conservant notre capacité à produire de l'information à propos de nos différentes réalités», a conclu Caroline Senneville, présidente de la CSN.


Les + lus