lundi 15 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Le tirage royal

Un premier roman pour Daphné Bédard

Les + lus

Dans un univers dystopique, Daphné Bédard utilise les mariages arrangés pour faire évoluer ses personnages dans Le tirage royal. Photo : Courtoisie

13 mars 2024 08:20

À seulement 21 ans, Daphné Bédard a réalisé l’un de ses rêves les plus chers, le 14 février dernier. Le premier roman de la résidente de Laurier-Station, Le tirage royal, a fait son apparition sur les tablettes des librairies.

«J’étais vraiment contente qu’une maison d’édition, Pratico Édition, tripe sur mon manuscrit et le choisisse pour en faire un livre. Je savais que mon histoire avait un bon potentiel, mais je suis quand même surprise et heureuse à la fois. Je suis quand même jeune et je ne pensais pas pouvoir voir mon premier roman être publié aussi tôt dans ma vie», se réjouissait encore l’autrice lotbiniéroise, presque trois semaines après le lancement de Tirage royal.

C’est en janvier 2022 que l’étudiante en linguistique à l’Université Laval s’est lancée dans la création de son premier roman. Grande lectrice, Daphné Bédard désirait s’occuper pendant une période de confinement. Ayant déjà pris la plume pour le plaisir dans le passé, la résidente de Laurier-Station désirait écrire un roman abordant des thématiques qui n’avaient pas été nécessairement abordées dans les ouvrages qu’elle avait précédemment lus.

Après avoir envoyé son manuscrit qui a nécessité environ un an de travail, la jeune autrice a finalement appris en mai dernier que son ouvrage avait été retenu pour publication par Pratico Édition.

 Classes sociales et mariages

 Avec Le tirage royal, premier tome d’une trilogie imaginée par l’autrice, Daphné Bédard raconte l’histoire de plusieurs jeunes de 18 ans du royaume d’Ereya. Dans ce monde, les mariages sont déterminés par un tirage au sort, mélangeant les différentes classes sociales.

Dans le roman de Daphné Bédard, le tirage de cette année s’avère toutefois spécial : le prince Ethan et la princesse Juliana, les jumeaux royaux, y participent. Pour Victoria, l’héroïne du récit, cette étape n’est qu’un cauchemar. Il signifie renoncer à son amour interdit avec Alexander et vivre loin de sa famille. Lorsque Victoria est envoyée à la Cité Royale et que Grace, son amie, est envoyée à la Cité Solitaire, toute sa vie vole en éclats.

«J’ai toujours aimé les univers dystopiques et je voulais aborder les thèmes des mariages arrangés et de la royauté. D’utiliser le mariage arrangé comme toile de fond de l’histoire, je trouvais que ça me permettait d’ajouter de l’inconnu dans l’histoire. On ne sait pas si les personnages vont se haïr ou s’aimer. Ça incite donc les lecteurs et les lectrices à se plonger dans l’histoire afin de savoir ce qui va se passer avec les personnages», illustre la jeune autrice, sur l’importance des thèmes retenus pour Le tirage royal.

Et jusqu’à maintenant, le choix de Daphné Bédard s’avère payant. N’ayant reçu que des retours positifs, celle qui aimerait conjuguer l’écriture avec sa future profession en révision linguistique planche déjà sur le deuxième tome de la trilogie. Ce dernier doit être publié cet automne. Daphné Bédard entend ensuite amorcer l’écriture, cet été, de la dernière partie des aventures des personnes de Tirage royal avant de se lancer dans d’autres univers littéraires.

Les + lus