samedi 24 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Recrutement CISSS-CA

Employés en santé recherchés

Les + lus

22 nov. 2023 02:00

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) cherche à pourvoir un peu plus de 50 postes dans ses établissements de la MRC de Lotbinière. Pour se faciliter la tâche, l’organisation a organisé une journée de recrutement directement dans la région, au CHSLD de Saint-Apollinaire le 23 novembre, de 15h à 20h.

Des postes d’infirmière, de préposé aux bénéficiaires, d’éducateur, des emplois qui ne demandent pas de qualifications particulières et plusieurs occasions de remplacement seront offerts aux chercheurs d’emploi.
«On recrute dans la région, pour la région. On ne va pas recruter des gens pour l’hôpital. On recrute des gens qui travailleront à quelques minutes de la maison, non pas pour aller dans les grands centres», a souligné le chef de service de l’attraction de talents et dotation interne au CISSS-CA, Simon Tremblay.
Pendant la journée, les candidats pourront franchir pratiquement l’ensemble des étapes du processus de recrutement et auront une confirmation d’embauche dans les jours suivants. Aussi, si les gens veulent aller plus loin, le CISSS-CA demeure ouvert.
«Nous évaluerons avec les candidats toutes les occasions en fonction de ce qu’ils souhaitent et de ce qui est possible. On ne se limite pas à la région de Lotbinière, mais on travaille avec les candidats pour trouver les meilleures occasions. Dans certains cas, ils voudront seulement travailler dans Lotbinière. D’autres, ils seront ouverts à différentes régions», a poursuivi M. Tremblay.
Dans le contexte de la fermeture récente de l’usine d’Altek, certains travailleurs à la recherche d’emploi pourraient y trouver leur compte, a-t-il précisé.
Négociations secteur public
Par ailleurs, Simon Tremblay estime que malgré le contexte actuel des négociations dans le secteur public et les grèves, le nombre de candidatures reçues ne semble pas être à la baisse. Par contre, il note une certaine «curiosité» chez les candidats.
«C’est sûr qu’on se fait souvent poser la question lorsque l’on contacte les candidats. Ils veulent savoir ce que ça implique. Seront-ils engagés pour aller sur la ligne de piquetage ? Ils ont différentes réflexions. L’idée, c’est de les accompagner et de répondre à leurs questions.»
L’organisation demeure flexible sur les dates d’entrée en poste. «Ils commenceront au moment qui leur convient», a-t-il mentionné.

Photo : Gilles Boutin – Archives

Les + lus