samedi 18 mai 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Places en CPE à Val-Alain

La Municipalité se sent flouée par le gouvernement

Les + lus

Photos : Mélanie Labrecque ​

19 févr. 2024 04:44

Val-Alain est sur le point de perdre les 29 places en CPE attribuées en 2021 par le gouvernement pour le projet de CPE Allée d’étoiles. Une décision qui fait rougir de colère la Municipalité et la population de la petite municipalité de 1 039 habitants. Dans une sortie publique réalisée le 19 février, la Municipalité demande des comptes.

«Ces places appartiennent aux familles de Val-Alain», a lancé le maire de la Municipalité, Daniel Turcotte, devant plus de 100 citoyens, dont des familles, qui s’étaient rassemblés devant le terrain réservé à la future installation. «Si le ministère de la Famille et le CPE l’Envol ne veulent pas respecter leur engagement, qu’ils viennent nous l’annoncer à Val-Alain devant tout le monde», a-t-il rajouté.

Daniel Turcotte ne comprend pas ce revirement de situation alors que le projet semblait être sur les rails le 25 janvier quand on a présenté les plans préliminaires du bâtiment. Quelques jours plus tard, le 13 février, il apprenait que le ministère de la Famille avait l’intention de reprendre les places et de les redistribuer dans d’autres CPE de la province, notamment à Saint-Apollinaire.

Ces places appartiennent aux familles de Val-Alain. - Daniel Turcotte

Un dépassement de coûts de près de 900 000 $ aurait été donné comme justification. Un non-sens, selon M. Turcotte.

«Il y a des dépassements de coûts de l’ordre de 800 000 $ ? Le terrain est encore au nom de la municipalité. Il y a un puits de faits. Les plans et devis ne sont même pas encore déposés au gouvernement et on n’est même pas encore sur le SEAO pour les appels d’offres. Vous le prenez où votre 800 000 ?»

D’ailleurs, M. Turcotte est déçu que d’autres options n’aient pas été envisagées et que la municipalité ait été laissée dans le brouillard.

«Si le problème c’est la construction du bâtiment, ils auraient pu nous en parler. On a une caisse populaire qui sera vacante dans un an. On a un centre multifonctionnel qui sera construit. On avait prévu y mettre un gym, mais s’il y a un choix à faire on peut délaisser le gym pour un CPE. On va avoir une salle municipale vacante. On peut leur vendre. Consultez-nous, parlez-nous-en.»

De son côté, la direction du CPE l'Envol n'a pas voulu commenter le dossier.

Un besoin essentiel

Internet haute vitesse, une connexion cellulaire fiable et la présence d’écoles sont des éléments recherchés par ceux qui souhaitent déménager dans une municipalité. L’autre élément incontournable, c’est un CPE, a rajouté Daniel Turcotte.

La perte de ces places pourrait avoir un impact considérable sur les projets de développement de la Municipalité.

Des investissements municipaux

Afin de faciliter la venue de l’installation, la Municipalité a prévu vendre le terrain de la rue des Sables (évalué à 35 600 $) au coût d’un dollar au CPE l’Envol qui porte le projet. Elle a autorisé des travaux de déboisements, réalisé une étude géotechnique et fait des démarches pour obtenir les aides financières nécessaires à la venue du CPE.

De plus, la municipalité avait obtenu une aide financière de 16 500 $ de l’Entente sectorielle de développement en matière de soutien aux services de proximité dans la région de Chaudière-Appalaches. Une subvention de 46 575 $ pour la chambre froide et l’aménagement de la cour extérieure avait été obtenue du volet 4 du Fonds régions et ruralité.

Pour voir l'entièreté de la conférence de presse

 

 

 

 

Les + lus