(Crédit photo: Courtoisie)

POLITIQUE. Conseiller municipal depuis quatre ans à Saint-Antoine-de-Tilly, Guy Lafleur a confirmé ses intentions politiques en vue de la prochaine élection municipale du 7 novembre. Ce dernier a annoncé qu’il se portera candidat à la mairie de la municipalité de 1 655 habitants.

«Ce qui est bien important pour moi, c’est que je me présente pour les citoyens de Saint-Antoine-de-Tilly. Je ne me présente pas contre quelqu’un. Par ailleurs, je crois que j’ai réussi à faire la démonstration que je pourrais bien faire ce travail. Pendant mon mandat, j’ai mené plusieurs dossiers patrimoniaux à terme», a indiqué M. Lafleur. Parmi ceux-ci, il souligne l’aménagement de l’espace Raymond-Bergeron, les travaux au presbytère et la réalisation à venir des travaux au calvaire Aubin.

Au-delà de ses intérêts pour la mise en valeur du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, Guy Lafleur souhaite également régler la problématique d’eau potable de la municipalité ainsi que le dossier de l’assainissement.

«Ce qu’il faut éviter, c’est de travailler en séquence, un petit morceau à la fois. Souvent, il y a plusieurs éléments qui peuvent se faire parallèlement. Actuellement, ce n’est pas fait. On travaille en séquence et on attend. En même temps, ne pas avoir d’eau potable, ne pas faire l’assainissement, ça bloque notre développement municipal», a-t-il expliqué, rappelant que la nouvelle source d’eau a été identifiée en 2016.

L’entretien du réseau routier local le préoccupe également. Il indique que plusieurs routes et rangs sont en «piteux état» et auront besoin de travaux de réfection dans un avenir rapproché.

Guy Lafleur souhaite aussi veiller à l’amélioration des communications avec la population. «On ne communique pas bien avec nos citoyens.» Ces derniers sont souvent laissés sans mise à jour de certains renseignements. Par exemple, illustre-t-il, il y a les avis de restrictions de la consommation de l’eau potable. «Ils reçoivent ces avis et ensuite, ils n’ont plus de nouvelles. Ils ne savent plus quoi faire. C’est la même chose dans plusieurs dossiers. Bien communiquer entre nous c’est important. Ça fait partie de mes préoccupations.»

La solution réside dans une meilleure utilisation du site Internet de la municipalité ainsi que des médias sociaux.

Par ailleurs, il est important pour l’aspirant maire que le conseil municipal ne soit pas divisé et travaille plutôt en équipe pour faire progresser les dossiers importants pour la municipalité. «Quelqu’un qui travaille bien avec son conseil est bien en selle pour mener ses dossiers de front. Avec six conseillers, tu peux en faire des affaires.»

Guy Lafleur est informaticien maintenant à la retraite. Le natif de Saint-Antoine-de-Tilly avait été élu conseiller par acclamation lors des élections générales de 2017.

 

 

 

Les plus lus

Piste de course à Sainte-Croix: le règlement adopté

POLITIQUE. Le conseil municipal de Sainte-Croix a adopté, le 7 septembre, par un vote de 5 contre 1, le règlement visant à encadrer les heures d’exploitation du Circuit Riverside Speedway.

Élections fédérales : tous les candidats sont maintenant connus

POLITIQUE. La période de dépôt des candidatures en vue des prochaines élections fédérales, qui auront lieu le 20 septembre, est maintenant terminée. Le portrait des luttes qui opposeront les personnes qui désirent devenir le député de Lévis-Lotbinière est désormais clair.

Piste de course de Sainte-Croix: Pour Sainte-Croix veut le retrait du projet de règlement

POLITIQUE. L’équipe Pour Sainte-Croix, qui veut obtenir les sièges au conseil municipal de la municipalité lotbinièroise lors des prochaines élections municipales en novembre, demande au conseil municipal de faire marche arrière dans le dossier de la piste de course de Sainte-Croix. Le groupe dirigé par Stéphane Dion, l’aspirant à la mairie, souhaite que le projet de règlement soit retiré, afin qu...

Lamarche fait de la défense de la laïcité une priorité

POLITIQUE. Par voie de communiqué, le candidat du Bloc québécois dans Lévis-Lotbinière, Samuel Lamarche, s’est réjoui, le 31 août, que le chef de sa formation politique, Yves‑François Blanchet, se soit de nouveau engagé à défendre la laïcité de l’État à la suite des élections du 20 septembre prochain.

Un aspirant à la succession de Bernard Ouellet se dévoile

POLITIQUE. Conseiller municipal à Saint-Apollinaire depuis 12 ans, Jonathan Moreau a fait savoir, le 19 août, qu’il sollicitera un mandat lors des prochaines élections municipales, mais cette fois pour devenir le maire de la municipalité. Le 7 novembre prochain, il tentera donc d’obtenir la confiance de ses concitoyens afin de remplacer Bernard Ouellet, qui a décidé de se retirer de la vie politiq...

S’engager encore pour faire avancer les choses

POLITIQUE. L’ancien conseiller municipal et maire de Saint-Antoine-de-Tilly, Ghislain Daigle, portera de nouveau les couleurs du Parti libéral du Canada (PLC) dans Lévis-Lotbinière lors des élections fédérales du 20 septembre. Avec cette nouvelle implication, l’homme de 65 ans espère être élu afin de travailler à lutter contre les changements climatiques et favoriser l’innovation.

Débat anglophone : un tournant dans la campagne selon Lamarche

POLITIQUE. Le candidat du Bloc québécois dans Lévis-Lotbinière, Samuel Lamarche, croit qu’une véritable vague déferlera en faveur de son parti au Québec à la suite de la controverse provoqué par le débat anglophone du 9 septembre.

Robert Samson sollicitera un dernier mandat

POLITIQUE. Le maire de Saint-Gilles, Robert Samson, a confirmé au Peuple Lotbinière qu’il sollicitera un dernier mandat à la tête de la municipalité lotbiniéroise, lors des élections municipales du 7 novembre prochain.

Denise Poulin sollicitera un nouveau mandat

POLITIQUE. La mairesse de Saint-Édouard, Denise Poulin, tentera d’obtenir un troisième mandat à la tête de sa municipalité, lors des prochaines élections municipales le 7 novembre prochain.

Une candidate du Parti libre du Canada dans Lévis-Lotbinière

POLITIQUE. Le Parti libre du Canada (PLIC) aura une candidate dans Lévis-Lotbinière, Mariève Lemay. La mère de six enfants se lance en politique pour «protéger le futur de ses enfants».