Allan D. Doyle a présenté son premier recueil de nouvelles. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

LITTÉRATURE. À 64 ans, Allan D. Doyle a réalisé un rêve qu’il caressait depuis plus de 50 ans, celui de publier un livre. Il a lancé récemment Tour d’imagination, son premier recueil de nouvelles.

Tour d’imagination, ce sont cinq petits récits qui traitent de sujets actuels aucunement liés entre eux, mais qui tentent de répondre à la question «Et si ?». Dans Bouleversement, explique-t-il, il aborde d’un autre angle le débat sur les changements climatiques. «Et s’ils nous conduisaient non pas à un réchauffement planétaire, mais à tout le contraire? Et si ces températures-là étaient un signe avant-coureur d’autre chose ?»

Cette réflexion, mentionne-t-il, lui permet de garder un esprit critique et de percevoir la société sous un œil différent. Cet esprit libre s’inspire de ce qui l’entoure, voit et entend, de ses souvenirs, des gens qu’il rencontre ou des endroits qu’il visite.

«J’ai inventé des lieux qui peuvent ressembler à d’autres lieux, comme des gens qui peuvent ressembler à d’autres gens.» Malgré que ces récits soient fictifs, l’une de ses histoires renferme un «fond de vérité». Il invite le lecteur à deviner laquelle.

Pourquoi avoir choisi d’écrire des nouvelles plutôt qu’un roman ? La réponse est très simple, a mentionné l’auteur. «Je viens de terminer une brique de 700 pages. À la 300e page, je suis revenu à l’arrière parce que j’avais perdu le fil. Avec une nouvelle, vous ne le perdez pas. Ça se lit très bien.»

Celui qui a vécu à Lotbinière, Saint-Édouard et Laurier-Station porte ce désir d'écrire depuis l’enfance. «Quand j’étais tout jeune, on m’a dit qu’il fallait que j’arrête de rêver. C'est ce que j'ai fait et, par la suite, je me suis mis à raconter des histoires. Depuis ce temps-là, je n’ai jamais cessé. […] Pour moi, il n’y a rien d’impossible, rien d’inconcevable».

D’ailleurs, il affirme qu’il écrit mieux lorsqu’il laisse toute la place à son imagination, un peu comme si quelqu’un lui soufflait le récit à l’oreille.

Tour d’imagination est disponible en version papier et en version numérique ainsi que dans certaines bibliothèques de la MRC de Lotbinière, dont celle de Saint-Apollinaire.

 

 

 

 

Les plus lus

Une lapine de Saint-Sylvestre en vedette à Animania

TÉLÉVISION. L'angora anglais de Josée Maher, de Saint-Sylvestre, Miss New de BerMah, sera l’une des vedettes de l’émission Animania, présentée à TVA. La lapine au pelage étonnant tentera de séduire les artistes et le public présents sur le plateau, lors de l’émission qui sera diffusée le 5 février, pour devenir l’animal de compagnie préféré du Québec.

La programmation du Festival country de Lotbinière dévoilée

SPECTACLE. Les responsables du Festival country de Lotbinière ont dévoilé aujourd’hui la programmation de la sixième édition de l’événement qui se déroulera à Saint-Agapit du 19 au 21 juin. À Granger Smith, qui avait été confirmé il y a quelques semaines, s’ajoutent le duo canadien High Valley et Matt Lang.

Gayle Martel expose à Saint-Apollinaire

CULTURE. Les toiles très expressives de l’artiste originaire de Saint-Apollinaire, Gayle Martel, sont exposées au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire. Il sera possible de les admirer jusqu’au 16 février.

Secondaire en spectacle s’amène

CULTURE. Les finales locales de Secondaire en spectacle se poursuivront du 6 février au 3 avril en Chaudière-Appalaches. Cette année, les écoles secondaires Beaurivage et Pamphile-Le May seront de la partie. La finale de Beaurivage aura lieu le 6 février et celle de Pamphile-Le May le 21 février.

Axel Lecompte se démarque au concours IPOP!

CULTURE. Le jeune Axel Lecompte, 10 ans, originaire de Saint-Apollinaire, a étonné en décembre dernier lors d’une compétition internationale de jeunes talents qui s’est déroulée à Los Angeles. Il a remporté la médaille d’or de la compétition Ipop! dans la catégorie Sitcom.

Josée Couture expose à Saint-Apollinaire

CULTURE. L’artiste et photographe lévisienne, Josée Couture, a monté sa première exposition en carrière. Une série de toiles et de photographies sont présentées au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire jusqu’au 15 mars.