samedi 13 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Environnement > Actualités

Environnement

Reprise de la lutte à la berce du Caucase

Les + lus

Photo : Comité de bassin de la rivière Chaudière

17 juin 2024 10:18

Les organismes de bassins versants (OBV) de la Chaudière-Appalaches, dont l’OBV du Chêne, ont repris leur lutte annuelle contre la berce du Caucase. Les équipes d’éradication de cette plante exotique envahissante ont repris du service en mai dernier.

L’objectif de cette campagne annuelle est d’éliminer entièrement les plants issus des graines qui sont toujours en dormance dans le sol.

«Notre équipe régionale agit sur toute la Chaudière-Appalaches et permet de prêter main-forte aux organismes de bassins versants locaux», a commenté la directrice générale du Comité de bassin de la Rivière Chaudière, Véronique Brochu.

En 2023, les équipes de l’OBV du Chêne ont arraché 4 935 plants. En 2022, elles en avaient éliminé 5 833. Ces chiffres, témoins des progrès de la campagne, sont loin de l’année record de 2020 où 19 808 plants avaient été enlevés.

Dans l’ensemble de la Chaudière-Appalaches, l’année dernière, les signalements ont été peu nombreux, mais ont quand même permis de découvrir de nouvelles colonies. En 2023, ce sont plus de 60 000 plants qui ont été arrachés sur le territoire. Cela porte à 380 000 plants détruits depuis le début de la campagne régionale en 2018.

Une plante envahissante

La berce du Caucase peut mesurer de 2 à 5 mètres de hauteur alors que ses feuilles peuvent atteindre 1,5 mètre de largeur et 3 mètres de longueur. À maturité, atteinte en trois à cinq ans, la plante forme de grandes ombelles de fleurs blanches dès le mois de juillet.

 

D’abord vertes, les graines vont brunir et tomber au sol. Un seul plant de berce du Caucase peut généralement produire de 15 000 à 20 000 graines, qui peuvent rester en dormance de cinq à sept ans une fois tombée au sol.

Le danger provient de sa sève incolore et indolore qui peut causer des brûlures importantes au contact avec la peau. Ces brûlures surviennent dans les 24 à 48 heures après le contact, car la sève s’active sous les rayons ultraviolets de la lumière naturelle ou artificielle.

Les citoyens qui croient avoir trouvé un plant ou une colonie de berce du Caucase peuvent signaler sa présence au www.byebyeberceducaucase.com ou par téléphone à 581-224-6671.

 

 

Les + lus