lundi 15 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Négociations dans le secteur public

Deux autres ententes approuvées par les syndiqués

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

21 févr. 2024 12:54

Trois syndicats membres du front commun, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) et la Fédération de l'enseignement collégial (FEC-CSQ), ont entériné les ententes de principe intervenues avec le gouvernement provincial dans les dernières semaines.

La FSSS-CSN s'est réjouie que ses membres obtiennent dans le cadre du nouveau pacte des avancées en ce qui a trait aux primes, au temps supplémentaire, aux dispositions pour certaines régions et la nomenclature des titres d'emploi.  

«Avec cette négociation, on a réussi à mettre le pied dans la porte sur plusieurs enjeux majeurs pour les travailleuses et les travailleurs. Nous interviendrons à tous les niveaux pour continuer d'améliorer les conditions de travail du personnel épuisé du réseau. Il est clair que nous ne pourrons pas régler tous les problèmes du réseau en une négociation. Mais après des années à subir des reculs et des attaques, on peut se dire qu'on a repris le chemin des victoires pour celles et ceux qui donnent des services et prennent soin de la population», a lancé Réjean Leclerc, président de la FSSS-CSN.

Toutefois, le syndicat a partagé ses craintes des effets du Plan santé du ministre de la Santé, Christian Dubé.

«La réforme Dubé dans sa forme actuelle, c'est plus de ce qui n'a jamais marché et qui ne marchera jamais. Le réseau a tout sauf besoin d'une nouvelle centralisation bureaucratique. Autant la population que les travailleuses et les travailleurs savent ce que ce type de réforme donne. On a besoin de tout le contraire. Si on veut améliorer l'offre de services, ça nous prend un réseau plus décentralisé, démocratique et vraiment public», a argué M. Leclerc.

Des gains qui font plaisir

Les dirigeants de la FNEEQ-CSN et de la FEC-CSQ n'ont également pas caché leur joie de voir la lutte se conclure avec plusieurs gains pour leurs membres.

«Alors que notre alliance syndicale a été constituée il y a près de deux ans, simultanément à la création du front commun, nous pouvons être fières et fiers du chemin parcouru et de la solidarité exprimée par nos membres. Cette entente, bien qu'imparfaite à certains égards, a été jugée satisfaisante par une majorité de syndicats et de membres. Dans les prochains mois, nous travaillerons à la mettre en œuvre par le biais de nos conventions collectives», ont déclaré les porte-parole de l'Alliance des syndicats de professeures et professeurs de cégep (ASPPC), Yves de Repentigny et Youri Blanchet, respectivement vice-président de la FNEEQ-CSN et président de la FEC-CSQ.

Outre les gains salariaux obtenus par le front commun, l'ASPPC est aussi fière que l'entente inclut des échelles de traitement bonifiées ainsi que des avancées pour améliorer les conditions de travail en fonction de chacune des autres priorités visées, soit la précarité et l'insertion professionnelle; la tâche, les ressources et la réussite étudiante; l'enseignement à distance, la formation continue et la pérennité du modèle collégial; la collégialité, l'expertise enseignante et la vitalité des programmes et l'organisation et les relations de travail.


Les + lus