mardi 23 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Pandémie

Duhaime outré d'une rencontre entre Legault et Bérubé

Les + lus

Le chef du PCQ est revenu à la charge contre la gestion de la crise de la COVID-19 par le gouvernement caquiste. Photo : Archives - Gilles Boutin

11 mars 2024 01:51

Lundi matin, le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime a fait une sortie pour critiquer une rencontre survenue entre le premier ministre du Québec, François Legault, et le député péquiste de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, aux bureaux montréalais du chef du gouvernement du Québec lors de la pandémie.

Lors d'un passage au balado Politiquement parlant, le député péquiste a partagé qu'il avait eu une discussion en tête à tête avec le premier ministre devant un verre de vin, un vendredi après-midi pendant la pandémie. À la blague, Pascal Bérubé a mis fin à la rencontre en rappelant à François Legault qu'il devait quitter avant le couvre-feu, le premier ministre lui disant ensuite sur le même ton qu'il pouvait «lui signer un papier».

«Un député de la CAQ a été exclu du caucus de son parti pour avoir enfreint les mesures sanitaires. Un premier ministre britannique a été contraint de démissionner en raison d’une fête pendant le confinement. Les Québécois ont droit de savoir si on a affaire ici au même genre de comportement de la part de messieurs Bérubé et Legault», a toutefois critiqué le chef du PCQ.<

Éric Duhaime réclame que les deux élus précisent lors de quel vendredi a eu lieu leur rencontre. Il s'interroge aussi si l'événement a eu lieu «pendant que les autres Québécois étaient confinés et empêchés de socialiser» et «pourquoi le premier ministre peut signer une autorisation à un ami de ne pas respecter un couvre-feu afin de lui permettre de boire du vin avec lui».

Déplorant une nouvelle fois que plus de 22 000 Québécois ont reçu des contraventions pour ne pas avoir respecté le couvre-feu en vigueur pendant quatre mois lors de la crise sanitaire, le chef conservateur argue que ces personnes devraient obtenir un dédommagement en raison de la rencontre Bérubé-Legault.

«Ce qui est bon pour pitou est bon pour minou. Si les faits évoqués par monsieur Bérubé sont vrais, le gouvernement Legault doit annuler toutes ces contraventions dès maintenant et rembourser les 33 M$ perçus», a argué Éric Duhaime.

«Désespéré»

Sur X (anciennement Twitter), Pascal Bérubé a rapidement répliqué à Éric Duhaime, jugeant sa sortie hors de propos.

«Éric Duhaime est désespéré de créer une controverse là où il n'y en a pas. C’est une tempête dans un verre d’eau, nous avons respecté toutes les règles. J’ai quitté avant le couvre-feu et j’ai pris un taxi en toute légalité. Aussi, oui il est possible d’échanger avec le premier ministre respectueusement en privé. Personne de sérieux qui me suit en politique ne croit que je suis complaisant face à ce gouvernement», a rétorqué M. Bérubé.

Les + lus